OldSchool is beautiful épisode 2017.09

OldSchool is Beautiful

Après plusieurs émissions abordant diverses plateformes en vrac, OldSchool is beautiful se concentre cette fois-ci sur l’Amstrad CPC, un micro-ordinateur particulièrement populaire dans l’Hexagone. Hélas, les fans risquent de grincer des dents car Michel Louvet n’a pas été convaincu par les jeux inédits récemment exhumés sur la machine, dont Terrorballs (1987) évoqué dans notre dernier bilan. Les quatre autres, Frogger (1992), Ninja Grannies (1989), Unpredictaball (1992) et Acolyte (1989), seront mentionnés dans le prochain. Mais après tout, les jeux sont parfois annulés pour de bonnes raisons, même s’ils conservent bien sûr un intérêt historique. Et heureusement, des développeurs continuent de faire des merveilles sur la machine, du moins en Espagne, comme le prouvent les très récents The Lost Treasure of Cuauhtemoc et El Linaje Real, abordés dans nos deux derniers bilans. Enfin, pour ceux qui resteraient allergiques à l’ordi au croco, vous trouverez en prime ci-dessous les sessions de jeu consacrées aux adaptations de Thunder Blade (1987) et Tapper (1983) sur Commodore 64.

En savoir plus »

Lien Permanent pour cet article : http://mag.mo5.com/actu/117003/oldschool-is-beautiful-episode-2017-09/

SEGA Forever, des classiques gratuits sur mobiles !

SEGA Forever

À la mi-mai, la société SEGA Sammy assurait dans sa stratégie pour les années à venir (Road to 2020) vouloir soutenir ses anciennes licences, voire les raviver. Or, peu après, des fuites concernant un service appelé SEGA Forever a mis le feu aux poudres, d’autant qu’un compte Twitter associé était ouvert (mais alors inactif) depuis novembre ! Certains n’ont pas pu s’empêcher de fantasmer une sorte d’abonnement à la Netflix donnant accès à tout le catalogue de l’ex-constructeur, mais il s’agira au final d’une simple gamme de rééditions sous iOS et Android, qui ont toutefois la particularité d’être gratuites mais affichant de la publicité. On pourra toutefois débourser 1,99 € pour l’éliminer et bénéficier de sauvegardes locales, mais chaque titre dispose de sauvegardes et de classements en ligne, et de la compatibilité avec les manettes. La première sélection de classiques disponibles dès aujourd’hui est assez prévisible avec Altered Beast (iOS, Android), Comix Zone (iOS, Android), Kid Chameleon (iOS, Android), Phantasy Star II (iOS, Android) et Sonic the Hedgehog (iOS, Android), mais le responsable marketing Mike Evans a assuré dans une interview à Gamesindustry.biz que l’on aurait aussi droit à des titres Saturn et Dreamcast en plus des suspects habituels de la Mega Drive, comme le suggère également la vidéo ci-dessous. Par ailleurs, il précise que la majorité des rééditions ont été créées via Unity, ce qui faciliterait à terme d’éventuels portages sur PC et consoles… En attendant, sachez qu’un nouveau jeu sera disponible toutes les deux semaines ; on tâchera de vous tenir informés.

En savoir plus »

Lien Permanent pour cet article : http://mag.mo5.com/actu/116977/sega-forever-des-classiques-gratuits-sur-mobiles/

Cyber Utopia, un FPS rétro et cyberpunk sur Steam

Cyber Utopia (Windows)

Comme à la grande époque où chaque éditeur se devait d’avoir son propre « Doom-like », les FPS rétro se multiplient ces dernières semaines. Mais contrairement aux jeux du milieu des années 1990, les nouvelles productions bénéficient d’une longue histoire sur laquelle se baser, ce qui permet d’avoir aussi bien des titres qui s’inspirent de Wolfenstein 3D (1992) comme CTHON ou Western FPS, que d’autres influencés par Hexen (1995) tels que Project Warlock, ou bien Quake (1996) comme Exodemon. Créé par le Russe (comme son nom ne l’indique pas) Coconut Tree Studio, c’est clairement à la première catégorie qu’appartient Cyber Utopia, qui ne cherche visiblement pas à faire dans l’originalité même si son ambiance cyberpunk aidera peut-être à ne pas le confondre avec d’autres… Cela dit, il coûte la bagatelle de 2,99 € sur Steam.

En savoir plus »

Lien Permanent pour cet article : http://mag.mo5.com/actu/116970/cyber-utopia-un-fps-retro-et-cyberpunk-sur-steam/

Resident Evil contamine Pix’n Love #31

Pix'n Love #31

On ne peut pas dire que nos amis de Pix’n Love aient chômé ces derniers mois avec des livres sur Tomb Raider, Suda51, la Dreamcast ou encore Final Fantasy VI depuis le début de l’année, mais le dernier numéro de leur mook remonte tout de même à décembre. L’équipe prétendant toutefois avoir été contaminée par le virus T pour justifier ce retard, on ne leur en voudra pas trop et on attendra avec impatience ce nouvel opus mettant en effet à l’honneur la série Resident Evil, à laquelle nos amis de Level MAX !! ont récemment dédié un podcast. Mais bien entendu, on y trouvera des dossiers sur d’autres sujets, comme le studio français Titus et les classiques Kid Icarus (1986) et Rez (2001). En outre, les abonnés auront droit à une couverture exclusive, mais aussi à un CD deux titres du groupe dijonnais The Hitboxes, qui signe de chouettes reprises de thèmes de jeux vidéo. Vous avez jusqu’au 3 juillet pour vous abonner si ce n’est déjà fait.

Lien Permanent pour cet article : http://mag.mo5.com/actu/116924/resident-evil-contamine-pixn-love-31/

Le shoot ’em up Steredenn disponible sur PlayStation 3 !

Steredenn (Windows, Mac OS X, Linux, Xbox One, PlayStation 4, PlayStation 3, iOS)

Sorti il y a pile un an – à une semaine près ! – sur PlayStation 4, alors qu’il était déjà disponible depuis plusieurs semaines sur Xbox One et plusieurs mois sur Steam, Steredenn fait une arrivée totalement inattendue sur PlayStation 3, aujourd’hui même. Le shoot ’em up tonitruant du studio rennais Pixelnest Studio conserve son tarif de 12,99 € sur le PlayStation Store, sachant qu’une version iPhone et iPad est également disponible depuis mai, à 4,49 € sur iTunes.

En savoir plus »

Lien Permanent pour cet article : http://mag.mo5.com/actu/116916/le-shoot-em-up-steredenn-disponible-sur-playstation-3/

La Polymega aussi compatible avec les jeux Neo·Geo CD !

Les jeux Neo·Geo CD sur Polymega

Présentée sous son nouveau nom début juin, la Polymega est, pour mémoire, une console rétro compatible avec les écrans HD et pouvant accueillir divers modules vendus séparément, chacun étant dédié à une famille de machines avec ses ports cartouche et manettes respectifs, plutôt que de les multiplier sur sa coque comme les rivales RetroN 5 et Retro Freak. Et en plus d’offrir une « émulation hybride » sous Linux plus fiable selon ses développeurs interviewés par NintendoLife, la console dispose en standard d’un lecteur CD pouvant lire les titres Mega CD, PC Engine CD-ROM² et PlayStation. Or l’équipe avait promis la révélation d’un quatrième support juste avant l’E3 et, celui-ci passé et l’actualité chargée qui va avec, on peut enfin relayer l’information ; il s’agit sans grande surprise de la Neo·Geo CD. Et outre le fait que la multiplication récente des rééditions de la machine de SNK nous rappelle l’intérêt évident que cela représente, la Polymega devrait corriger le principal défaut de la version CD de la « Rolls Royce des 16-bit » : ses temps de chargement, comme on le voit dans la seconde vidéo ci-dessous. Pour rappel, la console devrait bientôt faire l’objet de précommandes via une probable campagne Kickstarter.

En savoir plus »

Lien Permanent pour cet article : http://mag.mo5.com/actu/116887/la-polymega-aussi-compatible-avec-les-jeux-neo%c2%b7geo-cd/

Serious Sam’s Bogus Detour disponible sur PC

Serious Sam’s Bogus Detour (Windows, Linux)

Créée en 2001 par les Croates de Croteam, qui peuvent parfois être aussi capables de subtilité avec The Talos Principle, la série Serious Sam a connu un parcours assez varié, surtout depuis que Devolver Digital a fait ses débuts en publiant la réédition HD du volet inaugural en 2009, et les titres suivants. L’éditeur, qui a sans doute ainsi pris goût aux pixels rouges de Mother Russia Bleeds ou STRAFE, l’a alors décliné à toutes les sauces, en particulier en 2011 avec Double D, un vilain run and gun en HD, Kamikaze Attack!, un titre nonsensique pour mobiles et enfin The Random Encounter, un RPG créé par le désormais célèbre studio Vlambeer (Nuclear Throne)… Or après un passage par la case VR, c’est de nouveau un studio indé, le duo suédois Crackshell (Hammerwatch), qui nous propose un spin-off avec Serious Sam’s Bogus Detour. Dévoilé il y a près de deux ans, cet épisode se présente donc en vue du dessus façon Cannon Fodder (1993) ou Alien Breed (1991), mais dans des zones très vastes faisant d’ailleurs regretter l’absence d’une carte. Tout en conservant l’ADN bourrin de la série, le jeu offre ainsi un aspect exploration plus marqué, et trouve de ce fait un certain équilibre entre action et réflexion. Et en dépit de son style rétro, il se monte très généreux avec du multijoueur jusqu’à douze et de nombreux modes, et un éditeur qui permet même d’en créer d’autres soi-même ! Le tout est disponible sous Windows et Linux via Steam et Good Old Games, au tarif de 13,49 € pour la semaine de lancement, sachant que les possesseurs d’autres épisodes de la série (qui fait elle-même l’objet de promotions) ou d’Hammerwatch auront droit à une réduction supplémentaire. Un aperçu du jeu sera également proposé aujourd’hui à 16h (et en français) sur la chaîne Twitch de l’éditeur.

En savoir plus »

Lien Permanent pour cet article : http://mag.mo5.com/actu/116870/serious-sams-bogus-detour-disponible-sur-pc/

River City: Knights of Justice castagne déjà sur 3DS

River City: Knights of Justice (3DS)

Annoncé en Occident fin mai et jouable à l’E3 la semaine dernière, River City: Knights of Justice est déjà disponible depuis cet après-midi sur l’eShop de la 3DS. Et la bonne surprise est qu’il affiche un tarif de 14,99 € bien plus raisonnable que celui des deux derniers épisodes de la série parus chez nous, River City: Tokyo Rumble et River City Melee: Battle Royal Special. Cette localisation de Nekketsu Mahō Monogatari se distingue toutefois des autres jeux de la licence Kunio par son univers d’heroic fantasy à l’européenne et par son gameplay. Si l’on a l’habitude de beat ’em ups teintés de RPG, les deux genres sont ici proportionnés différemment, le titre se déroulant plutôt à la manière d’un RPG avec sa carte générale, ses villages, ses quêtes et même ses rencontres aléatoires, mais ce sont les combats qui se résolvent en bagarre généralisée plutôt qu’au tour par tour. Par ailleurs, Natsume a d’ores et déjà annoncé le prochain jeu de la série à faire son arrivée sur la portable ; ce ne sera pas Downtown Nekketsu Jidaigeki (2015) mais directement Downtown Nekketsu Monogatari SP (2016), le remake de River City Ransom incluant quelques nouveautés comme le mode Fighting of Double Dragon 2016 en un-contre-un, rendant hommage à un autre classique de notre membre d’honneur Yoshihisa Kishimoto. Prévu pour cet automne, River City: Rival Showdown pourrait faire l’objet d’une édition physique car l’éditeur n’a pas spécifié qu’il s’agissait d’une exclusivité eShop cette fois dans son communiqué.

En savoir plus »

Lien Permanent pour cet article : http://mag.mo5.com/actu/116855/river-city-knights-of-justice-castagne-deja-sur-3ds/

Blasting Agent toujours pixelisé sur PlayStation 4 et Vita

Blasting Agent (Windows, PlayStation 4, Wii U, Vita, 3DS)

Sorti l’été dernier sur PC et consoles Nintendo, le run and gun minimaliste Blasting Agent vient de faire une arrivée inattendue sur PlayStation 4 et Vita. Et même s’il ne fait pas l’objet d’une offre cross-buy, son tarif demeure très doux à 2,99 €. Pour mémoire, il s’agit (officiellement) du tout premier jeu d’Axol Studio, basé à Saint Louis dans le Missouri et en réalité composé d’une seule personne, Timothy Hely. Créé à l’origine en flash en 2009 et primé peu après, il fut l’un des premiers à avoir été développés à l’aide de la librairie Flixel à l’instar d’un certain Canabalt

En savoir plus »

Lien Permanent pour cet article : http://mag.mo5.com/actu/116847/blasting-agent-toujours-pixelise-sur-playstation-4-et-vita/

The Sky is Falling en téléchargement sur Commodore 64

The Sky is Falling (Commodore 64)

Dévoilé en vidéo dans notre bilan de mars, The Sky is Falling est à présent disponible sur Commodore 64, du mois au format dématérialisé via itch.io, au tarif de $2.99. Il s’agit à l’origine d’un petit jeu créé pour les mobiles par Ovine by Design (Darkness), toujours disponible à petit prix sur Google Play, et dans lequel on joue un personnage poursuivi par un rocher et qui doit jeter des clés à molette (!) sur des stalactites pour les ralentir alors que le plafond descend dangereusement. Et c’est donc désormais le premier jeu de Stuart Collier sur le micro-ordinateur, épaulé par le prolifique Trevor « Smila » Storey aux graphismes et l’incontournable Richard Bayliss aux musiques. Une édition physique en format cassette et disquette, imitant le look des jaquettes Imagine de la grande époque, sera aussi bientôt en vente chez Psytronik.

En savoir plus »

Lien Permanent pour cet article : http://mag.mo5.com/actu/116830/the-sky-is-falling-en-telechargement-sur-commodore-64/

Articles plus anciens «