En septembre sur le PlayStation Store

Haunted Castle (arcade)

Le kitschissime flyer américain de Haunted Castle (1988)

Après un mois d’août très riche pour toutes les consoles du reste, le PlayStation Store s’est montré à nouveau prêt pour la rentrée… Certes, on n’a pas eu droit à des rééditions PlayStation 2 ce mois-ci mais à de belles surprises avec, outre Final Fantasy IX (20,99 €), le retour (depuis Formation Armed F fin janvier) des Arcade Archives classiques ; on avait presque fini par oublier que Hamster avait commencé par des rééditions de jeux d’arcade de différents éditeurs avant de se focaliser sur la Neo·Geo… Le service a donc également accueilli The Ninja Warriors et Haunted Castle (le fameux Castlevania réservé à l’arcade), mais le standard de SNK a tout de même été encore au rendez-vous et, une fois n’est pas coutume, de manière assez synchrone avec la concurrence : Puzzled, Zed Blade, Blue’s Journey et Spinmaster (6,99 € chacun), sans compter Samurai Shodown V Special (14,99 €) en cross-buy et cross-play sur PlayStation 4 et Vita. Côté néorétro, cela a en revanche été plus calme ou du moins plus attendu. Au programme, un peu de rattrapage avec Freedom Planet (17,99 €) et A Hole New World (11,99 €), quelques nouveautés multiplateformes avec Songbringer (19,99 €) et DreamBreak (9,99 €), et enfin des extensions avec Shantae: Pirate Queen’s Quest (11,99 €) et The Binding of Isaac: Afterbirth+.


Puzzled (Neo·Geo MVS, 6,99 €)PUZZLED (PS4)
(Neo·Geo MVS, 20 novembre 1990 au Japon)
Catégorie : réflexion
Joueurs : 1-2
Éditeur : SNK
Date de sortie PSN : 01/09/2017
Prix : 6,99 €
Page du jeu : [Puzzled]

Sorti durant les premiers mois de la console sous le nom de Joy Joy Kid au Japon, et jeu de lancement de l’AES (à la vente) en juillet 1991, Puzzled n’est pas franchement resté dans les mémoires. Vu le prix des cartouches Neo·Geo, les joueurs attendaient sans doute plus qu’un simple clone de Tetris… Cela dit, il se distingue du classique de notre membre d’honneur par la présence d’un scénario, mais aussi par son objectif. Il ne s’agit pas que d’éliminer des lignes, mais de libérer le passage d’un ballon en bas de l’écran. Et comme chaque tableau est « prérempli », il est possible d’effectuer des combos qui remplissent une jauge dédiée, permettant l’utilisation d’une bombe qui élimine les blocs autour du dirigeable. L’aventure est composée de six niveaux de dix tableaux chacun, ce qui plaira sans doute à ceux qui trouvent que Tetris manque d’un vrai mode solo. Hélas, la réalisation laisse à désirer, avec un écran splitté même à un joueur et des musiques répétitives, et le mode multijoueur est terriblement décevant puisque les deux participants jouent chacun de leur côté, sans interaction… En outre, la console a eu depuis bien mieux dans le genre, comme Puzzle Bobble ou Magical Drop, entre autres.


Zed Blade (Neo·Geo MVS, 6,99 €)ZED BLADE (PS4)
(Neo·Geo MVS, 13 septembre 1994 au Japon)
Catégorie : shoot ’em up
Joueurs : 1-2
Éditeur : SNK
Date de sortie PSN : 07/09/2017
Prix : 6,99 €
Page du jeu : [Zed Blade]

Connu sous le nom d’Operation Ragnarok au Japon, ce shoot ’em up horizontal du modeste studio NMK fait partie de ces titres Neo·Geo, comme Shock Troopers mais aussi les Bomberman et un certain nombre de puzzle games, qui ne sont malheureusement sortis qu’en arcade, au format MVS. Et pourtant, dans le cas de Zed Blade, une version AES avait été achevée à l’époque mais n’a jamais été commercialisée, ce qui explique qu’il reste relativement méconnu. Néanmoins, on a affaire à un jeu sympathique à défaut d’être original ou inoubliable, sur une machine de toute façon moins réputée pour ses shoot ’em ups que ses jeux de combat. Le gameplay fait dans le classique, avec le choix entre trois vaisseaux et la personnalisation de l’arsenal de celui-ci, et le challenge n’est pas très relevé. On reprend à l’endroit où l’on meurt à chaque vie perdue et certains boss peuvent s’éliminer avec une seule smart bomb ! Jouable à deux simultanément, il pourra davantage séduire les nostalgiques de la dance des années 1990, avec des musiques qui rappellent les premiers albums respectifs de 2 Unlimited et Prodigy !


The Ninja Warriors (arcade, 6,99 €)THE NINJA WARRIORS (PS4)
(arcade, 1987)
Catégorie : beat ’em up
Joueurs : 1-2
Éditeur : Taito
Date de sortie PSN : 07/09/2017
Prix : 6,99 €
Page du jeu : [The Ninja Warriors]

The Ninja Warriors fait partie de ces beat ’em ups se déroulant sur un seul plan comme Kung-Fu Master (1984) ou Vigilante (1988), que notre membre d’honneur Yoshihisa Kishimoto qualifie de shoot ’em ups du fait de leur gameplay primitif. Et il faut bien avouer que ce titre signé Taito est en plus mou et répétitif… On n’utilise que deux boutons, l’un pour des kunais à la portée vraiment courte, l’autre pour des shurikens hélas peu puissants, et on saute avec la direction haut mais uniquement pour esquiver les attaques, le level design étant désespérément plat… Au fond, si ce classique a marqué les esprits, c’est d’abord pour sa borne reprenant le principe de celle de Darius sorti la même année, et revu aussi dans Warrior Blade: Rastan Saga Episode III (1992), qui place (via un jeu de miroirs) trois moniteurs côte à côte pour un écran encore plus large qu’au cinéma. Cet aspect n’a bien sûr pas toujours été retranscrit dans ses nombreux portages, et si le format est respecté sur PlayStation 4, c’est forcément au prix de larges bandes noires… L’autre spécificité du jeu qui l’a rendu célèbre, ce sont ses protagonistes qui cumulaient deux choses très populaires dans les années 1980 : les ninjas et les cyborgs ; plus on prend de dommages, plus les parties robotisées de son personnage apparaissent façon Terminator… Mais les fans de Kunoichi et sa chevelure blonde préfèreront plutôt se tourner vers l’épisode développé par Natsume en 1994 sur Super Nintendo, hélas uniquement jouable en solo mais excellent.


Blue's Journey (Neo·Geo MVS, 7,99 €)BLUE’S JOURNEY (PS4)
(Neo·Geo MVS, 14 mars 1991 au Japon)
Catégorie : plateformes
Joueurs : 1-2
Éditeur : SNK
Date de sortie PSN : 12/09/2017
Prix : 7,99 €
Page du jeu : [Blue’s Journey]

Un peu moins d’un an après la sortie (à la location) de la Neo·Geo sortait ce titre connu sous le nom de Raguy au Japon, sans doute le seul jeu de plateformes pur sur le support alors que le genre dominait sur console ; c’est l’année de Sonic au Japon et de Super Mario Bros. 3 en Europe… Autant dire qu’au prix de la cartouche, la presse a fait peu de cas (17/40 dans Famitsu) de ce représentant quelque peu générique du genre que l’on doit à Alpha Denshi, même s’il offre la particularité rare d’être jouable à deux en simultané à l’instar de Bonk 3 deux ans plus tard, avec la possibilité de porter son partenaire. Il fait d’ailleurs partie de ces jeux où les attaques ne font qu’étourdir les ennemis en général, et il faut donc les soulever ensuite pour les jeter à la manière d’un Top Hunter (1994) sur la même machine, bien que la saisie soit ici automatique. Il est également possible de les faire glisser sur le sol façon bowling pour dégommer leurs congénères, en leur sautant deux fois dessus. Enfin, plus original, le bouton C permet de rapetisser pour se faufiler dans des passages étroits mais aussi courir plus vite et sauter plus haut, bien que l’on ne puisse plus attaquer. À ce sujet, les sprites ne sont pas bien grands pour le support, dont ce sympathique Blue’s Journey ne tire pas vraiment parti de manière générale…


Haunted Castle (arcade, 6,99 €)HAUNTED CASTLE (PS4)
(arcade, février 1988 au Japon, 22 septembre 1988 aux États-Unis)
Catégorie : action/plateformes
Joueurs : 1-2 (alterné)
Éditeur : Konami
Date de sortie PSN : 14/09/2017
Prix : 6,99 €
Page du jeu : [Haunted Castle]

Derrière ce titre occidental générique se cache la version arcade de Castlevania, d’ailleurs simplement baptisée Akumajō Dracula au Japon comme beaucoup d’épisodes de la série. Il s’agissait en fait pour Konami d’importer en arcade le succès des jeux Famicom et MSX, et le titre se montre différent sur le plan du gameplay, davantage axé sur les combats que la plateforme, comme sur celui de la direction artistique, bien que le fameux Golem y fasse sa première apparition. N’ayant jamais été porté hormis une réédition exclusive au Japon sur PlayStation 2 en 2006 (et déjà via Hamster Corporation), il n’est donc pas resté dans les mémoires, mais aussi parce qu’il n’est pas très réussi… Comme l’explique notre membre d’honneur Masaaki Kukino dans le premier tome de The Untold History of Japanese Game Developers, le développement partait à vau-l’eau quand le graphiste et ses collègues qui travaillaient sur un autre jeu ont été appelés en renfort pour boucler le projet en quelques semaines. Or si certaines idées sont intéressantes, comme le pont qui s’écroule au dernier niveau ou les boss sensibles à une arme secondaire spécifique, la difficulté est très mal dosée. À l’époque, beaucoup de jeux d’arcade Konami faisaient revenir le joueur au tout début quand il n’avait plus de vies, même s’il lui restait des crédits, mais ici, ces derniers sont carrément limités à trois qu’on ajoute ou non des pièces !


Spinmaster (Neo·Geo MVS, 6,99 €)SPINMASTER (PS4)
(Neo·Geo MVS, 16 décembre 1993 au Japon)
Catégorie : run and gun
Joueurs : 1-2
Éditeur : Data East
Date de sortie PSN : 15/09/2017
Prix : 6,99 €
Page du jeu : [Spinmaster ]

Pour ses débuts sur le support, Data East ne se risque pas d’emblée sur le segment du jeu de combat et commence par une valeur sûre… Miracle Adventure, tel qu’on le connaît au Japon, rappelle fortement Joe & Mac (1991) du même éditeur, dont l’un des graphistes fait ici également office de planner (game designer). Et le chara design le rapproche davantage de Dashin’ Desperadoes sorti quelques mois plus tôt sur Mega Drive… On a donc affaire à un run and gun pêchu et mignon qui utilise trois boutons. L’attaque de base est le fameux yo-yo, mais on ramassera au cours de l’aventure d’autres armes qui ont aussi une incidence sur les Bomber Attacks en nombre limité, déclenchées avec le bouton C. On notera enfin la possibilité d’effectuer des attaques concentrées en maintenant A, de sauter sur les ennemis pour les assommer, et de les dégommer avec une glissade en appuyant sur bas, A et B en même temps. Réédité sur la Console Virtuelle de la Wii en 2010, le jeu se révèle particulièrement fun à deux joueurs même si l’on observe alors quelques ralentissements. La réalisation est cependant très soignée et a bien vieilli, mais la partie sonore reste en deçà. La difficulté est bien équilibrée quel que soit le réglage et on regrettera surtout une courte durée de vie avec seulement cinq niveaux, quoique variés.


Je vous donne donc rendez-vous le dernier mardi d’octobre pour le point sur les sorties !

Lien Permanent pour cet article : http://mag.mo5.com/actu/122950/en-septembre-sur-le-playstation-store-5/