En septembre sur l’eShop Nintendo

China Warrior/The Kung Fu (PC Engine, 5,99 €)

Après un mois d’août exceptionnel, l’eShop de la Switch n’a pas faibli du côté des jeux indés néorétro qui arrivent en masse tant que la boutique n’est pas encore submergée… C’est même une véritable déferlante sur la nouvelle machine de Nintendo avec The Binding of Isaac: Afterbirth+ (39,99 €), NeuroVoider (13,99 €), Double Dragon IV (9,49 €), Kingdom: New Lands (14,99 €), Quest of Dungeons (8,99 €), Thimbleweed Park (19,99 €) et, à l’instant, Golf Story (14,99 €), BUTCHER (9,99 €) ainsi que Brave Dungeon + Dark Witch’s Story:COMBAT (8,99 €). Cependant, la 3DS n’a pas encore dit son dernier mot avec l’excellent Metroid: Samus Returns (44,99 €) et, pour être complet, un énième RPG via Kemco, Crystareino (9,99 €). Pour ce qui est des rééditions, on notera surtout l’arrivée des jeux d’arcade Nintendo dans la gamme Arcade Archives à commencer par Mario Bros. (6,99 €), mais aussi le réveil, depuis Castlevania: Dracula X en janvier, de la Console Virtuelle de la 3DS avec Pokémon version Or & Argent (9,99 €). Sinon, les jeux Neo·Geo du mois sur Switch sont Blue’s Journey, Spinmaster, Art of Fighting et Burning Fight (6,99 € chacun), tandis que la Wii U a accueilli Detana!! TwinBee (6,99 €) ainsi que Chew-Man-Fu, China Warrior et Shockman (5,99 € chacun) sur PC Engine.


Blue's Journey (Neo·Geo MVS, 6,99 €)BLUE’S JOURNEY (Switch)
(Neo·Geo MVS, 14 mars 1991 au Japon)
Catégorie : plateformes
Joueurs : 1-2
Éditeur : SNK
Date de sortie eShop : 07/09/2017
Prix : 6,99 €
Page du jeu : http://www.nintendo.fr/…BLUE-S-JOURNEY-1264199.html

Un peu moins d’un an après la sortie (à la location) de la Neo·Geo sortait ce titre connu sous le nom de Raguy au Japon, sans doute le seul jeu de plateformes pur sur le support alors que le genre dominait sur console ; c’est l’année de Sonic au Japon et de Super Mario Bros. 3 en Europe… Autant dire qu’au prix de la cartouche, la presse a fait peu de cas (17/40 dans Famitsu) de ce représentant quelque peu générique du genre que l’on doit à Alpha Denshi, même s’il offre la particularité rare d’être jouable à deux en simultané à l’instar de Bonk 3 deux ans plus tard, avec la possibilité de porter son partenaire. Il fait d’ailleurs partie de ces jeux où les attaques ne font qu’étourdir les ennemis en général, et il faut donc les soulever ensuite pour les jeter à la manière d’un Top Hunter (1994) sur la même machine, bien que la saisie soit ici automatique. Il est également possible de les faire glisser sur le sol façon bowling pour dégommer leurs congénères, en leur sautant deux fois dessus. Enfin, plus original, le bouton C permet de rapetisser pour se faufiler dans des passages étroits mais aussi courir plus vite et sauter plus haut, même si l’on ne peut plus attaquer. À ce sujet, les sprites ne sont pas bien grands pour le support, dont ce sympathique Blue’s Journey ne tire pas vraiment parti de manière générale…


Spinmaster (Neo·Geo MVS, 6,99 €)SPINMASTER (Switch)
(Neo·Geo MVS, 16 décembre 1993 au Japon)
Catégorie : run and gun
Joueurs : 1-2
Éditeur : Data East
Date de sortie eShop : 14/09/2017
Prix : 6,99 €
Page du jeu : http://www.nintendo.fr/…SPIN-MASTER-1275782.html

Pour ses débuts sur le support, Data East ne se risque pas d’emblée sur le segment du jeu de combat et commence par une valeur sûre… Miracle Adventure, tel qu’on le connaît au Japon, rappelle fortement Joe & Mac (1991) du même éditeur, dont l’un des graphistes fait ici également office de planner (game designer). Et le chara design le rapproche davantage de Dashin’ Desperadoes sorti quelques mois plus tôt sur Mega Drive… On a donc affaire à un run and gun pêchu et mignon qui utilise trois boutons. L’attaque de base est le fameux yo-yo, mais on ramassera au cours de l’aventure d’autres armes qui ont aussi une incidence sur les Bomber Attacks en nombre limité, déclenchées avec le bouton C. On notera enfin la possibilité d’effectuer des attaques concentrées en maintenant A, de sauter sur les ennemis pour les assommer, et de les dégommer avec une glissade en appuyant sur bas, A et B en même temps. Réédité sur la Console Virtuelle de la Wii en 2010, le jeu se révèle particulièrement fun à deux joueurs même si l’on observe alors quelques ralentissements. La réalisation est cependant très soignée et a bien vieilli, mais la partie sonore reste en deçà. La difficulté est bien équilibrée quel que soit le réglage et on regrettera surtout une courte durée de vie avec seulement cinq niveaux, quoique très variés.


Art of Fighting (Neo·Geo MVS, 6,99 €)ART OF FIGHTING (Switch)
(Neo·Geo MVS, 24 septembre 1992 au Japon)
Catégorie : combat
Joueurs : 1-2
Éditeur : SNK
Date de sortie eShop : 21/09/2017
Prix : 6,99 €
Page du jeu : http://www.nintendo.fr/…ART-OF-FIGHTING-1281161.html

Ryūko no Ken le poing du dragon et du tigre »), tel qu’il est connu au Japon, est sorti entre le premier World Heroes et Fatal Fury 2, eux aussi créés en réponse au phénomène Street Fighter II et alors que SNK cherchait encore sa propre voie en matière de jeux de combat. Il est donc encore un peu expérimental et, si tous les personnages sont certes jouables en versus, on ne peut incarner que Ryō Sakazaki ou Robert Garcia dans le mode solo très scénarisé pour le genre, cherchant à s’approcher d’un film d’action. Néanmoins, le jeu marque une étape importante car c’est non seulement la première cartouche à dépasser les 100 Mb, mais le jeu pose plusieurs bases graphiques et de gameplay. La fameuse technique de dézoom des personnages fait ainsi son apparition, de même qu’une jauge de Spirit qui diminue à chaque coup (ou lorsque votre adversaire vous provoque), ce qui rend les attaques spéciales de moins en moins puissantes. Enfin, outre l’apparition de Desperation Moves imparables à effectuer en dernier recours, et du fameux Haoh Shoko Ken qui doit lui être appris via l’un des trois stages bonus, c’est le premier jeu de combat dont le design visuel est signé du légendaire Shinkiro !


Detana!! TwinBee (PC Engine, 6,99 €)DETANA!! TWINBEE (WII U)
(PC Engine, 28 février 1992 au Japon)
Catégorie : shoot ’em up
Joueurs : 1-2
Éditeur : Hudson/Konami
Date de sortie eShop : 21/09/2017
Prix : 6,99 €
Page du jeu : http://www.nintendo.fr/…/Detana-Twin-Bee–276819.html

Sorti uniquement au Japon, ce qui explique en passant la taxe d’import d’un euro supplémentaire, c’est à l’époque le seul portage sur console (l’autre étant sur micro X68000) du jeu d’arcade Detana!! TwinBee (1991), aussi connu sous le nom de Bells & Whistles en Occident. Il s’agit du cinquième épisode de la série et du second en arcade après l’original de 1985, dont le portage NES a été réédité en 2011 sur 3DS. Or si ce dernier a bien entendu lancé le genre « cute ’em up », l’arrivée de Shujiro Hamakawa (Shuzilow.HA), venu de l’animation et faisant office de chara designer sur Detana!! TwinBee justement, a indéniablement contribué à développer le look kawaii de la série de Konami. En termes de gameplay, on retrouve la même formule avec les items sous forme de cloches sur lesquelles on peut tirer pour choisir son bonus, mais deux nouvelles couleurs font leur apparition (la violette et la noire) pour un total de sept. De plus, il est désormais possible de charger son tir et de fusionner avec GwinBee pour l’élargir. C’est donc une valeur sûre même si on pourra lui préférer, aussi disponible sur Wii U, son successeur Pop’n TwinBee (1993) sur Super Nintendo, et qui reprend d’ailleurs pas mal d’éléments du jeu PC Engine


Pokémon version Or & Pokémon version Argent (Game Boy Color, 9,99 €)POKÉMON VERSION OR & ARGENT (3DS)
(Game Boy Color, 21 novembre 1999 au Japon, 6 avril 2001 en Europe)
Catégorie : RPG
Joueurs : 1
Éditeur : Nintendo
Date de sortie eShop : 22/09/2017
Prix : 9,99 €
Pages du jeu : [Pokémon version Or / version Argent]

Après le triptyque original de 1996, réédité sur 3DS en février 2016, voici le deuxième duo de RPG Pokémon sachant que, là encore, une version Cristal viendra le compléter un an plus tard. Ce nouvel épisode double, puisque les deux versions ne diffèrent comme d’habitude que par la présence de quelques monstres exclusifs pour encourager les échanges, reprend la formule de ses prédécesseurs mais ajoute cent nouvelles créatures pour un total de 251, avec aussi deux nouveaux types, acier et ténèbres. On note également d’autres nouveutés de gameplay, comme la prise en compte de l’horloge interne qui influe sur l’apparition de certains pokémons, ou la possibilité pour les petits monstres de porter des objets à utiliser en combat. De nouvelles pokéballs facilitant la capture font aussi leur apparition, ainsi que le pokématos qui fait à la fois office de montre, de carte, de radio et de téléphone… Profitant du véritable phénomène né avec son prédécesseur, cet épisode connaîtra un succès fulgurant avec cinq millions d’exemplaires écoulés en une semaine au Japon et pas loin d’un million en l’espace de deux jours en Europe !


Mario Bros. (arcade, 6,99 €)MARIO BROS. (Switch)
(arcade, 1er juin 1983 aux États-Unis, 14 juillet 1983 au Japon)
Catégorie : plateformes
Joueurs : 1-2
Éditeur : Nintendo
Date de sortie eShop : 27/09/2017
Prix : 6,99 €
Page du jeu :http://www.nintendo.fr/…Mario-Bros–1276808.html

Si Mario Bros. est en effet sorti initialement en arcade, ce n’est bien sûr pas un hasard s’il a fait son arrivée dans les salles enfumées du Japon la veille de la sortie de la Famicom. La 8-bit de Nintendo n’accueillera son portage que deux petits mois plus tard, en septembre 1983, où il se distinguera d’emblée par la qualité de l’adaptation, extrêmement fidèle bien entendu, et comme le tout premier jeu de la machine jouable à deux simultanément. D’ailleurs, si la cartouche s’est vendue à plus d’1,63 millions d’exemplaires sur ce territoire, on ne peut pas en dire autant de cet « original » en arcade, forcément pas particulièrement impressionnant pour l’époque et devenu du coup plutôt rare. Certains justifient également cet échec relatif par le krach du marché américain cette année-là, mais on pourrait objecter que celui-ci a nettement moins impacté le secteur de l’arcade. Le jeu bénéficiera de toute façon d’un très grand nombre de portages sur consoles et micro-ordinateurs et ce, jusqu’à la fin des années 1980 ! Il faut dire qu’il demeure très amusant à deux joueurs et qu’il conserve, en dépit de son côté primitif, une certaine valeur historique puisque c’est le premier jeu dans lequel le plombier est ouvertement appelé Mario.


Burning Fight (Neo·Geo MVS, 6,99 €)BURNING FIGHT (Switch)
(Neo·Geo MVS, 20 mai 1991 au Japon)
Catégorie : beat ’em up
Joueurs : 1-2
Éditeur : SNK
Date de sortie eShop : 28/09/2017
Prix : 6,99 €
Page du jeu : http://www.nintendo.fr/…BURNING-FIGHT-1283390.html

Bien que Burning Fight soit sorti à peine plus d’un an après le lancement de la Neo·Geo, ce n’est pas le premier beat ’em up du support qui a alors déjà accueilli les décevants Ninja Combat (1990) et Sengoku (1991). Et cette troisième tentative ne cherche même pas cette fois à se distinguer par un univers original en se mesurant ouvertement au modèle à battre à l’époque, Final Fight (1989). Mais hélas, si la console de SNK offre une expérience « arcade perfect » jouable à deux en simultané, contrairement au portage Super Nintendo du classique de Capcom, on ne peut pas dire que le résultat soit mémorable pour autant. On retrouve le choix entre trois protagonistes équilibrés différemment, la possibilité de ramasser des armes, de détruire certains éléments du décor… Les seules petites originalités résident dans la présence de salles bonus et de deux boutons d’attaque, l’un pour les poings, l’autre pour les pieds. Mais le jeu souffre surtout de son côté très générique, difficile à excuser deux ans après son modèle. Les boss ne sont pas très impressionnants (mais ne sont pas faciles à vaincre pour autant), les animations sont raides, la jouabilité très perfectible et avec cinq petits niveaux, on en a vite fait le tour…


Chew-Man-Fu (PC Engine, 5,99 €)CHEW-MAN-FU (WII U)
(PC Engine, 30 mars 1990 au Japon, 1990 aux États-Unis)
Catégorie : réflexion
Joueurs : 1-2
Éditeur : Hudson/Konami
Date de sortie eShop : 28/09/2017
Prix : 5,99 €
Page du jeu : http://www.nintendo.fr/…/Chew-Man-Fu–276643.html

Derrière ce titre très stéréotypé se cache Be Ball, un jeu de réflexion dans lequel on doit placer toutes les boules sur les dalles de même couleur. Heureusement, il ne s’agit pas tout à fait d’un clone de Sokoban en temps limité car il est possible de tirer les boules comme de les pousser – aucun risque que l’une d’elles se retrouve coincée dans un angle du tableau, par conséquent. En revanche, les niveaux sont peuplés d’ennemis que l’on pourra éliminer justement grâce aux boules, en donnant un bon coup de pied dedans ! Celles-ci disposent en outre de différentes spécificités, et des bonus viendront pimenter la partie. Jouable à deux, doté d’un mini-jeu de foot en versus et d’un éditeur de niveaux, le titre est sympathique mais souffre d’un côté répétitif, les stages se recyclant au bout d’un moment. Le genre de jeu qu’il vaut mieux essayer d’abord…


China Warrior (PC Engine, 5,99 €)CHINA WARRIOR (WII U)
(PC Engine, 21 novembre 1987 au Japon, 1989 aux États-Unis)
Catégorie : beat ’em up
Joueurs : 1
Éditeur : Hudson/Konami
Date de sortie eShop : 28/09/2017
Prix : 5,99 €
Page du jeu : http://www.nintendo.fr/…/China-Warrior–276654.html

Sorti au Japon moins d’un mois après le lancement de la PC Engine, et sous le nom encore plus générique de The Kung Fu, il s’agit d’une véritable démo technique de la console. Le tout premier jeu signé Hudson sur sa machine a en effet surtout impressionné par la taille gigantesque de ses sprites (la moitié de l’écran en hauteur) tout en conservant une grande fluidité et sans le moindre clignotement. Les fans de Bruce Lee apprécieront aussi de contrôler un véritable clone de la légende, mais le jeu illustre assez bien ce que j’expliquais dans mon édito consacré à la console. C’est l’archétype du titre offrant un gameplay 8-bit des plus rudimentaires, à la Kung-Fu Master (1984), contrastant avec sa réalisation préfigurant, et surpassant même par certains aspects, les futures 16-bit. D’ailleurs, à son arrivée deux ans plus tard aux États-Unis, il sera nettement plus critiqué d’autant qu’on aura vu mieux depuis. Demandant une bonne mémoire et un certain sens du rythme comme le scrolling avance en permanence, le jeu conserve avant tout une valeur historique indéniable, et un certain charme pour les amateurs d’arts martiaux.


Shockman (PC Engine, 5,99 €)SHOCKMAN (WII U)
(PC Engine, 27 avril 1991 au Japon, 1992 aux États-Unis)
Catégorie : action/plateformes
Joueurs : 1-2
Éditeur : Masaya/Extreme
Date de sortie eShop : 28/09/2017
Prix : 5,99 €
Page du jeu : http://www.nintendo.fr/…/Shockman-278942.html

Shockman est en réalité le titre américain de Kaizō Chōjin Shubibinman 2, le deuxième épisode de la série créée par Masaya. Pour mémoire, le troisième est sorti sur PC Engine CD-ROM², tandis qu’un Shubibinman Zero (1997) a été publié cinq ans plus tard sur Satellaview exclusivement… jusqu’à récemment. La grande majorité des joueurs estime en tout cas que ce deuxième volet répare tous les défauts du jeu original avec des sauts plus maniables par exemple, et qu’il bénéficie en plus d’une réalisation exceptionnelle, avec des scrollings en parallaxe et des musiques excellentes. En revanche, le mode deux joueurs est hélas bogué, et Paul Weller (That Sinking Feeling) de la Sunteam trouve lui qu’il est le moins réussi de la trilogie, notamment du fait de sa difficulté moins élevée. L’accent mis sur les affrontements à l’épée et donc au corps-à-corps dans son prédécesseur a été ici remplacé par un gameplay de run and gun bien plus vif, avec en outre la présence de séquences de shoot ’em upbien entendu. Ce qui ne l’empêche pas d’être frustrant vers la fin, lorsqu’une mort renvoie parfois loin en arrière…


Je vous donne donc rendez-vous le dernier jeudi d’octobre pour le point sur les sorties !

Lien Permanent pour cet article : http://mag.mo5.com/actu/123098/en-septembre-sur-leshop-nintendo/