En novembre sur le PlayStation Store

Value Pack PlayStation Vita 16 Go Aqua Blue

Après un mois d’octobre un peu banal, novembre s’est révélé légèrement plus surprenant sur les consoles Sony, avec par exemple une sélection de titres Neo·Geo moins attendus comme Robo Army, Street Hoop, Mutation Nation et The King of Fighters ’97 (6,99 € chacun), et surtout la réédition du classique de l’arcade Elevator Action au même prix. Sinon, l’une des grosses sorties du mois était sans doute Outcast – Second Contact (44,99 €), le remake d’un jeu précurseur des mondes ouverts, mais en un sens, la grande nouvelle était surtout que la Vita, que certains pensaient définitivement morte au sortir du dernier Tokyo Game Show, montre des signes de résistance. Certes, le nouveau pack ci-dessus, sorti la semaine dernière, ne quittera probablement pas le Japon, mais la portable a presque été aussi bien servie que la PlayStation 4 côté néorétro ce mois-ci, grâce aux indépendants. Elle n’a peut-être pas eu droit, du moins chez nous, à The Count Lucanor (14,99 €) en version dématérialisée, mais elle a bénéficié d’une offre cross-buy pour Völgarr the Viking (9,99 €) et Asdivine Hearts (14,99 €), et elle a pu rattraper son retard avec l’excellent Cursed Castilla EX (11,99 €) qui fait lui aussi l’objet d’une chouette édition physique !


Robo Army (Neo·Geo MVS, 6,99 €)ROBO ARMY (PS4)
(Neo·Geo MVS, 30 octobre 1991 au Japon)
Catégorie : beat ’em up
Joueurs : 1-2
Éditeur : SNK
Date de sortie PSN : 02/11/2017
Prix : 6,99 €
Page du jeu : [Robo Army]

Quatrième beat ’em up après le médiocre Burning Fight réédité le mois dernier, Robo Army marque un net progrès par rapport à ses prédécesseurs, sans atteindre le niveau des ténors du genre. Fortement influencé par RoboCop puisqu’il se déroule à Neo-Detroit, le jeu présente déjà un univers futuriste assez original pour le genre, où l’on contrôle deux policiers robots qui se rebellent contre leur créateur. Et cela a aussi une incidence sur le gameplay, puisque le pouvoir d’invincibilité transforme carrément les deux protagonistes en tanks ! En outre, le jeu compense sa faible palette de coups pour le genre par pas mal d’interactions avec l’environnement, comme balancer des carcasses de voitures à la tête des ennemis… En dehors du nettement plus tardif Sengoku 3 (2001), il reste l’un des meilleurs beat ’em ups de la Neo·Geo aux côtés de Sengoku 2 (1993) et de Mutation Nation ci-dessous, mieux réalisé et encore plus délirant.


Street Hoop (Neo·Geo MVS, 6,99 €)STREET HOOP (PS4)
(Neo·Geo MVS, 8 décembre 1994 au Japon)
Catégorie : basket
Joueurs : 1-2
Éditeur : Data East
Date de sortie PSN : 09/11/2017
Prix : 6,99 €
Page du jeu : [Street Hoop]

Quatrième jeu signé Data East sur la machine, Street Hoop existe en trois versions selon le continent, puisqu’il s’appelle Dunk Dream au Japon et Street Slam aux États-Unis, où les équipes représentent en outre des villes américaines et non des pays comme dans les deux autres versions – les seules toutefois disponibles dans cette réédition, hélas, et qui diffèrent par le nombre de mi-temps. On a sinon affaire à du basket typé arcade à trois contre trois, sans prise en compte des fautes et avec un gameplay n’utilisant que deux boutons et ne permettant pas de choisir le joueur que l’on contrôle. Malgré tout, il offre quelques subtilités comme les feintes, mais on peut trouver étrange que la jauge de super shot, qui permet de lancer un dunk ou un tir à trois points imparables, se remplisse avec les paniers marqués, et rend donc les retournements plus difficiles. Sans atteindre la profondeur d’un Windjammers du même éditeur, Street Hoop en retrouve le fun et l’ambiance et c’est de toute façon le seul jeu de basket sur le support, qui a été nettement mieux servi en matière de foot, de baseball et même de volleyball – Japon oblige !


Mutation Nation (Neo·Geo MVS, 6,99 €)MUTATION NATION (PS4)
(Neo·Geo MVS, 16 mars 1992 au Japon)
Catégorie : beat ’em up
Joueurs : 1-2
Éditeur : SNK
Date de sortie PSN : 21/11/2017
Prix : 6,99 €
Page du jeu : [Mutation Nation]

Quelques mois après Robo Army et moins d’un an avant Sengoku 2 sortait ce Mutation Nation, cinquième beat ’em up sur Neo·Geo si vous avez suivi… Alors que l’on pouvait reprocher à Robo Army son interface réduisant la surface de jeu d’une barre noire, ce titre offre une réalisation plus éclatante, truffée d’effets de zooms et de sprites de boss énormes. L’univers est certes toujours post-apocalyptique mais résolument plus délirant, virant parfois au kitsch avec des protagonistes très typés du début des années 1990, et des ennemis tout droit sortis de séries B des années 1950 ! Hélas, parce qu’on ne peut décidément pas tout avoir, le gameplay fera plus débat. En apparence, c’est un retour en arrière avec seulement deux boutons, mais le jeu mise davantage sur les différentes hauteurs de saut et sur les combos (également aériens) qui permettent de jongler avec les ennemis comme dans un jeu de combat. En revanche, le système de super-attaques est décevant, car elles consomment deux points de vie sans toujours permettre au joueur de se dégager, et celui-ci est en plus vulnérable pendant que l’on charge l’attaque…


The King of Fighters '97 (Neo·Geo MVS, 6,99 €)THE KING OF FIGHTERS ’97 (PS4)
(Neo·Geo MVS, 28 juillet 1997 au Japon)
Catégorie : combat
Joueurs : 1-2
Éditeur : SNK
Date de sortie PSN : 21/11/2017
Prix : 6,99 €
Page du jeu : [The King of Fighters ’97]

Après la cuvée ’96 en août, voici logiquement The King of Fighters ’97. Son prédécesseur ayant pris des risques qui se sont avérés payants même si cela n’a pas été sans quelques problèmes d’équilibrage, cet épisode joue la carte de la réconciliation en laissant au joueur le choix de son gameplay. Le mode Advanced reprend ainsi les roulades de l’opus d’avant mais la jauge de Power se remplit désormais en attaquant, mettant encore plus l’accent sur l’offensive, tandis que le mode Extra retrouve l’esquive des deux premiers volets et une jauge qui se remplit en la chargeant ou en bloquant les attaques. Le nombre total de combattants n’augmente que de deux mais, comme d’habitude, certains disparaissent pour laisser place à des petits nouveaux comme le charismatique Yamazaki ou Blue Mary apparue dans Fatal Fury 3, tandis que Billy Kane revient après avoir manqué l’épisode précédent. Décevant sur certains points comme sa bande-son, cet épisode vaut surtout pour son scénario très réussi et en plus absent de son best of de successeur, ce qui n’a pas empêché The King of Fighters ’98 de l’éclipser…


Elevator Action (arcade, 6,99 €)ELEVATOR ACTION (PS4)
(arcade, 1983)
Catégorie : action
Joueurs : 1-2 (alterné)
Éditeur : Taito
Date de sortie PSN : 23/11/2017
Prix : 6,99 €
Page du jeu : [Elevator Action]

Elevator Action est sans doute le précurseur d’un genre de jeu d’action basé sur la réflexion et le timing, et auquel appartient des classiques comme Rolling Thunder (1986) et Shinobi (1987). L’objectif est de parcourir un immeuble de trente étages de haut en bas et de trouver tous les documents secrets gardés derrière les portes rouges, tout en évitant ou en éliminant les gardes qui sortent des bleues. Et comme son nom l’indique, le jeu repose énormément sur l’utilisation d’ascenseurs qui compliquent le level design. Regorgeant de subtilités comme la possibilité de passer sur la cabine d’un ascenseur, d’écraser un ennemi avec, de détruire les éclairages ou de les faire tomber sur un garde, ce classique quelque peu oublié n’aura droit à une descendance officielle, aussi tardive qu’inattendue, qu’avec l’excellent Elevator Action Returns (1994), porté sur consoles trois ans plus tard. Un troisième épisode, Elevator Action: Death Parade, cette fois sous forme de jeu de tir, est sorti dans les salles d’arcade japonaises en 2009, et un remake de l’original jouable à quatre a également fait son arrivée sur PlayStation 3 en 2011.


Je vous donne donc rendez-vous le dernier mardi de décembre pour le point sur les sorties !

Lien Permanent pour cet article : http://mag.mo5.com/actu/127190/en-novembre-sur-le-playstation-store-6/