Les deux R·Type de la Super Nintendo réunis dans une seule cartouche !

R·Type Returns (Super Nintendo)

Très actif ces derniers temps, Retro-Bit avait lancé en fin d’année dernière les compilations Retro Revival, des cartouches NES et Super Nintendo réunissant plusieurs classiques. Apparemment, la société va poursuivre sur sa lancée en 2018 avec R·Type Returns, une cartouche contenant Super R·Type (1991) et R·Type III: The Third Lightning (1993), c’est-à-dire les deux épisodes de la série d’Irem sortis sur la 16-bit de Nintendo, pour mémoire retirés de la Console Virtuelle mais récemment inclus dans la Super Retro-Cade du même fabricant. Bien sûr, les détracteurs de la machine rappelleront que le premier souffre de sérieux problèmes de ralentissements, mais le second est nettement meilleur et surtout assez difficile à dénicher à un prix correct par les temps qui courent… Visiblement limitée à mille exemplaires, du moins pour sa première série, la cartouche aura en plus droit à l’édition prestigieuse ci-dessus, agrémentée de goodies. Et ce ne sont pas les seuls classiques d’Irem qui feront l’objet d’une réédition, puisque le méconnu Holy Diver (1989), un jeu très proche de Castlevania et qui n’avait hélas jamais quitté le Japon, reviendra lui dans la belle édition physique sur NES ci-dessous. Les deux cartouches seront notamment en vente chez CastleMania Games où l’on peut en avoir un meilleur aperçu.

Holy Diver (NES)

Source : NintendoLife

Lien Permanent pour cet article : http://mag.mo5.com/actu/129774/les-deux-r%c2%b7type-de-la-super-nintendo-reunis-dans-une-seule-cartouche/

  • Shmoupf de l’Est

    Bonjour et bonne année, meilleurs vœux 2018.
    Ils arrivent à avoir les droits, c’est assez surprenant.
    Ces rééditions sont une bonne nouvelle, je me tâte.

  • Dans l’absolu, avec la mode actuelle du retrogaming, ça ne m’étonne pas trop que les éditeurs devenus inactifs (Irem, Jaleco, Data East et Cie) capitalisent sur leurs licences. Après tout, c’est tout ce qui leur reste (enfin aux détenteurs actuels de leurs droits) : un catalogue.
    Ce que je trouve plus surprenant, c’est que Hamster Corp a récemment récupéré les droits des jeux Irem justement, pour les ressortir sur consoles actuelles. Mais en y réfléchissant bien, cela coûte sans doute moins cher quand on ne demande pas l’exclusivité, ce qui expliquerait que l’on voit autant de rééditions de ce type. Surtout qu’il n’y a ici aucune concurrence entre des rééditions sur consoles et des rééditions physiques sur vieilles machines.