L’émulateur NES d’Animal Crossing pouvait faire tourner plus de jeux !

Animal Crossing (GameCube)

L’un des attraits de la version Game Cube d’Animal Crossing, le deuxième volet de la série sorti en 2001 au Japon, était de pouvoir s’adonner à pas moins de dix-neuf classiques de la NES – cinq ans avant la Wii et sa Console Virtuelle ! Eh bien Nintendo avait peut-être commencé à expérimenter quelque chose avec ce jeu… Pour ceux qui ne le connaissent pas, l’une des activités principales est de meubler sa maison à l’aide de différents éléments. Parmi eux se trouvaient des NES sur lesquelles étaient posées des cartouches comme on le voit ci-dessus, et interagir avec elles permettaient de jouer au titre correspondant ; il fallait ainsi dix-neuf consoles (et une grande maison) pour pouvoir jouer à tous ces jeux ! Mais il existait également une NES ne comportant aucune cartouche, et qui ne suscitait qu’une réflexion de votre avatar comme on le voit ci-dessus. Et c’est là que le hacker James Chambers a fait une découverte intéressante. En soi, le fait que l’émulateur inclus puisse lire d’autres ROMs n’a rien de surprenant, mais interagir avec la NES sans cartouche déclenche en réalité la recherche de fichiers sur la carte mémoire ! Il est donc possible que Nintendo ait envisagé de distribuer d’autres jeux en les stockant dessus. Chambers est ainsi parvenu, comme expliqué en détail sur son blog, à faire démarrer des titres comme Pinball (1984), Mega Man (1987) ou Battletoads (1991), bien que le premier soit déjà disponible dans Animal Crossing et que le dernier ait demandé quelques retouches avant de fonctionner. Il est toutefois important de préciser que tout cela n’a été testé que via l’émulateur Dolphin, compte tenu de la difficulté de transférer des fichiers sur d’authentiques cartes mémoires. En attendant, Chambers a mis en ligne tous les outils pour convertir les ROMs au bon format sur GitHub.

Sources : NintendoLife & Kotaku

Lien Permanent pour cet article : http://mag.mo5.com/actu/142972/lemulateur-nes-danimal-crossing-pouvait-faire-tourner-plus-de-jeux/