En juillet sur l’eShop Nintendo

Sky Skipper (arcade, 6,99 €)

Après Donkey Kong en juin, c’est Sky Skipper (1981) qui crée l’évènement ce mois-ci sur Switch, d’autant qu’il n’existe carrément qu’un seul exemplaire complet de ce jeu d’arcade dans les locaux de Nintendo of America ! Toutefois, il ne faudrait pas en oublier les autres rééditions de la gamme Arcade Archives (6,99 € chacun), avec en juillet Samurai Shodown V, The Super Spy, League Bowling et The King of Fighters ’97 issus de la Neo·Geo, aux côtés de classiques à redécouvrir comme City Connection et Omega Fighter. Sinon, en dehors d’Another World (9,99 €) et des compilations Mega Man X Legacy Collection 1 & 2 (19,99 €), les sorties du mois ont été davantage tournées vers le néorétro qu’en juin avec SpiritSphere DX (10 €), Pocket Rumble (9,99 €), Miles & Kilo (7,99 €), Ultra Space Battle Brawl (12,99 €), 20XX (14,49 €), Bomb Chicken (13,49 €), Octopath Traveler (59,99 €), Super Destronaut DX (4,99 €), le DLC de Sonic Mania Plus (4,99 €), Bud Spencer & Terence Hill – Slaps And Beans (20 €), Crossing Souls (14,99 €) ou encore l’autorunner rythmique Beat Rush (4,99 €).


Samurai Shodown V (Neo·Geo MVS, 6,99 €)SAMURAI SHODOWN V (Switch)
(Neo·Geo MVS, 10 octobre 2003 au Japon)
Catégorie : combat
Joueurs : 1-2
Éditeur : SNK/Hamster
Date de sortie eShop : 05/07/2018
Prix : 6,99 €
Page du jeu : https://www.nintendo.fr/…SAMURAI-SHODOWN-V.html

Après l’excellent quatrième volet, la série Samurai Shodown avait été choisie par SNK pour tenter le passage à la 3D avec des résultats plutôt mitigés, et il aura donc fallu sept ans pour la voir revenir en 2D sur Neo·Geo… Mais entretemps, le constructeur a fait faillite ; confié à Yuki Enterprise, cet épisode tranche donc, si je puis dire, et pas seulement parce qu’il s’agit d’une prequel baptisée d’ailleurs Samurai Spirits Zero au Japon. On retrouve certes tous les personnages de son prédécesseur (sauf Amakusa) et huit nouveaux pour un total de vingt-quatre dans cette cartouche de 708 Mbits, mais la jouabilité a été repensée de manière déstabilisante pour les habitués… Non seulement les fonctions des boutons ont changé, mais les emblématiques finishers ont disparu, ainsi que les modes Slash et Bust même si la plupart des coups sont toujours disponibles, quitte à les donner à quatre nouveaux combattants ! Cela dit, le gameplay offre son lot de nouveautés avec un bouton de concentration qui permet de ralentir l’adversaire, et l’apparition d’une jauge verte pénalisant les bourrins. Mais, outre le fait que bousculer la formule présente toujours des risques dans un jeu de combat, la réalisation, elle, n’a en revanche pas beaucoup évolué en sept ans, recyclant beaucoup d’éléments du quatre et proposant des décors certes nombreux mais moins animés. Et surtout, Samurai Shodown V Special (2004) viendra corriger le tir, or une version non censurée a été rééditée l’année dernière sur consoles Sony.


The Super Spy (Neo·Geo MVS, 6,99 €)THE SUPER SPY (Switch)
(Neo·Geo MVS, 8 octobre 1990 au Japon)
Catégorie : action
Joueurs : 1
Éditeur : SNK/Hamster
Date de sortie eShop : 12/07/2018
Prix : 6,99 €
Page du jeu : https://www.nintendo.fr/…THE-SUPER-SPY-1401281.html

Sorti durant les premiers mois de la Neo·Geo comme pas mal de rééditions ces dernières semaines, The Super Spy est l’un des très rares titres purement solo du standard, d’autant qu’il présente l’originalité de se dérouler en vue subjective ! Mais presque deux ans avant Wolfenstein 3D, on n’a bien sûr pas affaire à un FPS ; les déplacements se font surtout latéralement, façon Operation Wolf (1987) sans le scrolling forcé, et en profondeur (mais laborieusement) lorsque l’on fait face à un couloir. On peut aussi pénétrer dans certaines salles où se trouvent des otages donnant des renseignements ou des bonus, une carte des lieux qu’il faudra mémoriser sur le champ (capture d’écran recommandée !) ou des ennemis. Pour se défendre, vous avez principalement vos poings et vos pieds, avec la possibilité de charger les coups, de les varier avec une direction ou encore de bloquer une attaque en combinant les deux boutons. Mais vous disposez aussi d’un couteau qui s’use à force d’utilisations, d’un pistolet aux munitions limitées, et parfois de pistolets mitrailleurs qu’il faudra dégotter. Or en dépit d’un système de levelling, l’action devient vite aussi répétitive que ses décors sont monotones : une usine de quatre étages puis un immeuble de seize ! Dans le genre, mieux vaut attendre Cross Swords et sa suite, jouables à deux et nettement plus variés ; le premier devrait d’ailleurs être réédité d’ici la fin du mois prochain.


League Bowling (Neo·Geo MVS, 6,99 €)LEAGUE BOWLING (Switch)
(Neo·Geo MVS, 10 décembre 1990 au Japon)
Catégorie : sport
Joueurs : 1-4 (alterné)
Éditeur : SNK/Hamster
Date de sortie eShop : 19/07/2018
Prix : 6,99 €
Page du jeu : https://www.nintendo.fr/…LEAGUE-BOWLING.html

Sorti lui aussi moins d’un an après le lancement de la Neo·Geo en arcade, League Bowling peut aujourd’hui passer pour un de ces titres modestes permettant à une nouvelle plateforme de couvrir rapidement un maximum de genres, mais il y avait en réalité à l’époque encore peu de jeux de bowling, surtout en arcade. Son gameplay ne reposant que sur un bouton se révèle plutôt simple mais très fonctionnel, et le jeu offre trois modes (ou plutôt trois variantes de règles) et du multijoueur jusqu’à quatre. De plus, avec le système de LAN expérimenté dans Riding Hero, on peut connecter jusqu’à quatre consoles mais on reste toutefois limité à huit joueurs. Bien évidemment, la mise en place d’un tel dispositif est loin d’être évidente, mais c’est possible ! Profitant d’une réalisation plutôt réussie même si l’affichage n’exploite qu’une moitié de l’écran en solo, le jeu reste avant tout destiné à ceux qui ont la possibilité de le pratiquer entre amis ; les autres pourront sans doute se contenter du remake gratuit de 2002, en ligne sur Newgrounds, bien qu’il manque deux des trois modes de jeu et la possibilité de choisir le poids de la boule.


City Connection (arcade, 6,99 €)CITY CONNECTION (Switch)
(arcade, 1985)
Catégorie : plateformes
Joueurs : 1-2 (alterné)
Éditeur : Jaleco/Hamster
Date de sortie eShop : 19/07/2018
Prix : 6,99 €
Page du jeu : https://www.nintendo.fr/…City-CONNECTION.html

Bien que son flyer laisse penser qu’il s’agit d’un jeu de course, City Connection se rattache davantage aux jeux de plateformes. Reprenant le concept de Miner 2049er (1982), ou de Skweek (1989) mais vu de profil, le jeu vous demande de repeindre l’intégralité des pistes de chaque tableau, réparties sur plusieurs pistes étagées, en roulant dessus ! Mais à l’instar de certains autorunners récents sur mobiles, votre véhicule ne s’arrête jamais et peut seulement changer de direction… Adapté sur Famicom sur la toute première cartouche dotée de mappers, le jeu de Jaleco a surtout brillé à l’époque pour ses nombreux niveaux prenant des lieux du monde entier en toile de fond, comme le fera Pang (1989) quatre ans plus tard. Chaque tableau est en plus accompagné d’une variante du premier motif du Concerto pour piano n° 1 en si bémol mineur de Tchaïkovski, déclinée en fonction de la région du globe visitée. En outre, si la version américaine remplace le conducteur par un homme, la Honda City de l’original est pilotée par une certaine Clarice, personnage très populaire au Japon et qui a visiblement toujours des fans là-bas !


Sky Skipper (arcade, 6,99 €)SKY SKIPPER (Switch)
(arcade, 1981)
Catégorie : shoot ’em up
Joueurs : 1-2 (alterné)
Éditeur : Nintendo/Hamster
Date de sortie eShop : 20/07/2018
Prix : 6,99 €
Page du jeu : https://www.nintendo.fr/…Sky-Skipper-1404590.html

On ne reviendra pas sur la genèse de ce jeu d’arcade dont il ne reste qu’un seul exemplaire dans les locaux de Nintendo of America ; on vous renvoie à notre article dédié. On y explique qu’il s’agit d’une suite de Donkey Kong sorti quelques mois plus tôt, même si l’on ignore qui est derrière puisque Shigeru Miyamoto a uniquement confirmé récemment avoir réalisé les illustrations de la borne – et on l’avait deviné vu le style ! Certes, on ne contrôle pas celui que l’on n’appelait pas encore Mario à l’époque, mais on retrouve des gorilles (plusieurs cette fois) du côté des antagonistes. Ceux-ci ont enfermé les membres de la famille royale (dont pas mal d’animaux !) mais, pour les attraper au vol avec votre biplan quand ils jaillissent à répétition de leurs cages, il faut déjà larguer des bombes sur les gorilles qui les gardent. Par ailleurs, il faudra prendre soin de ne pas se crasher dans le décor, et de ne pas arriver à cours de carburant en retournant au besoin au drapeau de départ. Une fois tout le monde libéré, on passe au niveau suivant (sur un total de quatre) après avoir récolté des points en fonction du fuel restant… En dépit de son univers original et charmant, on comprend que Sky Skipper ait été éclipsé par Donkey Kong ; cette réédition a avant tout une valeur historique, aussi énorme soit-elle en l’occurrence.


The King of Fighters '97 (Neo·Geo MVS, 6,99 €)THE KING OF FIGHTERS ’97 (Switch)
(Neo·Geo MVS, 28 juillet 1997 au Japon)
Catégorie : combat
Joueurs : 1-2
Éditeur : SNK/Hamster
Date de sortie eShop : 26/07/2018
Prix : 6,99 €
Page du jeu : https://www.nintendo.fr/…THE-KING-OF-FIGHTERS-97.html

Après la cuvée ’96 en décembre, voici logiquement The King of Fighters ’97. Son prédécesseur ayant pris des risques qui se sont avérés payants même si cela n’a pas été sans quelques problèmes d’équilibrage, cet épisode joue la carte de la réconciliation en laissant au joueur le choix de son gameplay. Le mode Advanced reprend ainsi les roulades de l’opus d’avant mais la jauge de Power se remplit désormais en attaquant, mettant encore plus l’accent sur l’offensive, tandis que le mode Extra retrouve l’esquive des deux premiers volets et une jauge qui se remplit en la chargeant ou en bloquant les attaques. Le nombre total de combattants n’augmente que de deux mais, comme d’habitude, certains disparaissent pour laisser place à des petits nouveaux comme le charismatique Yamazaki ou Blue Mary apparue dans Fatal Fury 3, tandis que Billy Kane revient après avoir manqué l’épisode précédent. Décevant sur certains points comme sa bande-son, cet épisode vaut surtout pour son scénario très réussi et en plus absent de son best of de successeur, ce qui n’a pas empêché The King of Fighters ’98 de l’éclipser…


Omega Fighter (arcade, 6,99 €)OMEGA FIGHTER (Switch)
(arcade, 1989)
Catégorie : shoot ’em up
Joueurs : 1-2
Éditeur : UPL/Hamster
Date de sortie eShop : 26/07/2018
Prix : 6,99 €
Page du jeu : https://www.nintendo.fr/…OMEGA-FIGHTER.html

La gamme Arcade Archives permet souvent de découvrir des jeux d’arcade oubliés parce qu’ils n’ont pas fait l’objet de portages sur consoles ou micros ; Omega Fighter avait été annoncé sur Mega Drive avant même la sortie de la 16-bit, mais cette adaptation n’a hélas jamais vu le jour… Et c’est dommage, car ce jeu signé UPL est à la fois original et avant-gardiste. Original, parce qu’il se déroule intégralement sur un immense cuirassé spatial, chaque mission consistant à en détruire une partie – et heureusement, le concepteur du navire a varié les coloris de son revêtement histoire d’éviter la monotonie ! Avant-gardiste, parce que l’un des deux types de smart bombs, qui gravitent physiquement autour de votre vaisseau et peuvent être détruites, permet de ralentir le temps. Et avant-gardiste parce que le jeu encourage la prise de risque puisque le nombre de points que rapporte un ennemi dépend de sa distance au moment où vous l’abattez… Or ce sont des éléments que l’on retrouvera dans les manic shooters de Cave du début des années 2000 ! En revanche, l’arsenal minimaliste du jeu ne sera pas au goût de tous : deux types d’armes, l’une frontale mais puissante, l’autre en éventail mais faible, sachant que plus on en ramasse du même type, plus son avantage est marqué, mais si l’on en change, on repart à zéro.


Je vous donne donc rendez-vous le dernier jeudi d’août pour le point sur les sorties !

Lien Permanent pour cet article : http://mag.mo5.com/actu/143433/en-juillet-sur-leshop-nintendo-2/