TEST EXPRESS : Sigi – A Fart for Melusina

Sigi – A Fart for Melusina (Windows, iOS, Android, Xbox One, PlayStation 4, Vita, Switch)SIGI – A FART FOR MELUSINA
Windows, iOS, Android, Xbox One, PlayStation 4, Vita, Switch
Catégorie : action/plateformes
Joueurs : 1
Développeur : pixel.lu
Éditeur : Sometimes You (sur consoles)
Date de sortie : NC (iOS/Android), 22/12/2017 (Steam), 07/09/2018 (consoles)
Prix : 1,99 € (iOS/Android), 2,99 € (Steam), 5,99 € (PS4), 4,99 € (Xbox One/Vita/Switch)
Site Officiel : http://pixel.lu/
(testé sur Switch)

Prouts’n Ghosts

Ah oui, alors c’est devenu ça l’auguste Mag MO5.COM : des intertitres scato et des jeux dont on n’a pas trop entendu parler ? Eh bien oui, tout à fait ! Et cela pour plusieurs raisons ! Tout d’abord, il y a eu une petite vague bien sentie de communication sur le titre, mais je ne sais absolument pas pourquoi, sans doute juste parce qu’il y avait fart (« pet » en VF) dans le titre et aussi parce que le héros ressemblait en fait vachement à Mario. Et c’est même sans doute à cause de ça que le jeu a attiré mon attention sur l’eShop de la Switch. Comme quoi, quand on a des goûts pourris… Mais la vraie raison, celle qui fait que vous vous infligez ce test, c’est que c’est une bonne surprise. Foin de Mario en fait, Sigi, le héros éponyme (rien à voir avec la jument fidèle de Link), est un clone d’Arthur, l’impayable exhibitionniste de Capcom. Et il est encore plus gênant que son aîné parce qu’il n’est pas dans une quête de type « princesse en détresse » ; il a carrément décidé d’en savoir plus sur une sirène croisée par hasard, dont il n’a pu s’approcher à cause d’une flatulence mal placée. Quelle entrée en matière, hein ? Mais malgré ça, on est dans un clone plus dans l’air du temps de Ghouls’n Ghosts, c’est à dire parfaitement accessible – qu’il est étrange cet air du temps qui lisse les jeux hardcore du passé pour des jeux encore plus hardcore mais plus acceptables… – mais incroyablement dynamique. Peut-être même trop avec sa jouabilité au poil, ses niveaux un peu semblables mais bien construits et son arme « triple couteau » vraiment trop puissante. Néanmoins ce n’est pas juste dans l’atteinte de la fin du niveau, en ayant glané au passage les lettres qui composent S-I-G-I, des sandwiches et des frites qui font péter le héros, que réside son intérêt mais plutôt dans le fait qu’il soit taillé pour le speedrun avec découverte de secrets (grottes cachées et quatre artefacts divins). Aussi, s’il vous paraîtra aisé de le finir, le faire en moins de trente minutes (un des succès du jeu) demandera un brin d’engagement ! Un jeu dont l’ambition n’est que de vous divertir – comme si ça n’était pas une ambition suffisamment noble, tiens…

On aime :On aime moins :
  • L’écran qui tremble à chaque explosion, c’est rigolo
  • La vibration HD aussi, ultra abusée, c’est rigolo
  • Les prouts, c’est rigolo
  • La jouabilité impeccable, c’est rigolo
  • Les secrets, c’est rigolo
  • La faible durée de vie
  • L’humour scato, à ne pas mettre entre toutes les mains (NdR : dont celles du boss de la WDA)
  • Le manque de variété graphique malgré un cycle jour/nuit
  • La présence d’un Hall of Famer raciste de la WWE
  • NdR : Starmania en tête toute la journée !

Verdict : Aussi gras mais rassurant qu’une saucisse-frites en fin de soirée, Sigi ne vous occupera pas longtemps mais le fera de manière agréable, grâce à un gameplay dynamique et accessible (NdR : c’est quoi ce plagiat ?).

90hbpm

Lien Permanent pour cet article : http://mag.mo5.com/actu/148426/test-express-sigi-a-fart-for-melusina/