En avril sur l’eShop Nintendo

Samurai Shodown V Special (Neo·Geo MVS, 6,99 €)

Après un mois de mars bien généreux, avril témoigne d’un certain retour au calme en l’absence de nouveautés SEGA AGES ou même Data East. Le Nintendo Switch Online est lui fidèle au poste avec The Lost Levels, Star Soldier (1986) et Punch-Out!! (1987) ainsi que la version SP de Kid Icarus (1986), de même que la gamme Arcade Archives (6,99 € chacun) avec Donkey Kong 3 (1983), Time Pilot (1982), Psycho Soldier (1986) ainsi que Samurai Shodown V Special (2004), à la fois le dernier jeu sorti à l’époque sur Neo·Geo mais aussi la dernière réédition issue du standard pour une durée indéterminée… On notera aussi en avril les remakes de Shadowgate (19,99 €) et de The Demon Crystal (9,99 €), la compilation Arcade Classics (19,99 €) de Konami ainsi que les remasters de Final Fantasy X/X-2  et de Final Fantasy XII (49,99 € chacun), ce dernier n’arrivant toutefois que mardi prochain.  Enfin, la livraison du mois est une nouvelle fois généreuse en matière de néorétro : The Friends of Ringo Ishikawa (14,99 €), Overwhelm (8,99 €), Sephirothic Stories (14,99 €), Switch ‘N’ Shoot (3,89 €), Way of the Passive Fist (12,99 €), Super Star Path (3,99 €) et Bot Vice (8,99 €), Slime Tactics (9,99 €), Super Weekend Mode (4,99 €), Hell is Other Demons (9,99 €), Katana ZERO (14,99 €), Cafeteria Nipponica (10 €), Aggelos (13,99 €), Death Coming (6,99 €), Shalnor Legends (9,99 €), Dig Dog (3,49 €), Super Blood Hockey (14,99 €) ou encore Zeroptian Invasion (4,99 €).


Donkey Kong 3 (arcade, 6,99 €)DONKEY KONG 3 (Switch)
(arcade, octobre 1983 au Japon)
Catégorie : shoot ’em up
Joueurs : 1-2 (alterné)
Éditeur : Nintendo/Hamster
Date de sortie eShop : 05/04/2019
Prix : 6,99 €
Page du jeu : https://www.nintendo.fr/…DONKEY-KONG-3-1542749.html

Vilain petit canard de la trilogie, Donkey Kong 3 est il faut dire bien différent de ses prédécesseurs, s’apparentant à un shoot ’em up – ou plutôt à un run and gun avant l’heure puisque le jardinier Stanley peut sauter. Recyclant le cadre du Game & Watch Green House (1982), sorti quelques mois plus tôt mais n’ayant pas connu un grand succès, et peut-être quelques idées du méconnu Space Firebird (1980) de Nintendo, le jeu consiste en trois niveaux qui s’enchaînent à l’infini – même si le deuxième n’apparaît pas la première fois. On passe au suivant en repoussant jusqu’en haut de l’écran le gorille qui, en remontant, fera parfois tomber un spray plus puissant. Ce faisant, il faudra aussi éliminer les insectes qui tentent de manger nos fleurs, ce qui n’impacte toutefois que le score. L’action se montre hélas assez répétitive, même si cette version arcade est (un peu) plus attrayante que son portage NES, car on a droit à une petite danse de victoire à la fin du troisième niveau, une fois la tête du primate encastrée dans la ruche. Écoulé à seulement 5000 bornes aux États-Unis, soit six fois moins que Donkey Kong Jr. (1982) et douze fois moins que Donkey Kong (1981), ce titre mésestimé a refait parler de lui l’année dernière lorsque sa semi-suite sur micros japonais, le très rare Donkey Kong 3: Dai Gyakushū (1984), a été exhumée.


Time Pilot (arcade, 6,99 €)TIME PILOT (Switch)
(arcade, novembre 1982 au Japon)
Catégorie : shoot ’em up
Joueurs : 1-2 (alterné)
Éditeur : Konami/Hamster
Date de sortie eShop : 11/04/2019
Prix : 6,99 €
Page du jeu : https://www.nintendo.fr/…TIME-PILOT-1545457.html

Si Yoshiki Okamoto est surtout connu pour son impressionnant CV chez Capcom (1942, Final Fight, Street Fighter II, etc.), le game designer a en réalité fait ses brefs premiers pas chez Konami, où il aura tout de même eu le temps de bousculer le monde du shoot ’em up avec ce Time Pilot puis Gyruss (1983). S’il n’est pas en 3D comme ce dernier, Time Pilot diffère néanmoins des titres du genre de l’époque par son scrolling multidirectionnel – du moins simulé car il s’agit plutôt d’un shoot ’em up « en arène » à la Asteroids (1979), où votre avion reste au centre de l’écran tandis que ennemis et nuages défilent de manière bluffante pour l’époque. L’autre originalité du jeu tient dans son thème de voyage dans le temps, chaque niveau se déroulant à une époque différente (1910, 1940, 1970, 1982 et 2001 – le futur !) avant de boucler. Le but est d’éliminer un nombre donné (mais croissant) d’ennemis, dont la nature dépend de la période, afin de faire apparaître leur vaisseau-mère dont l’élimination (en sept tirs) permet de passer au stage suivant. Ce faisant, on pourra également engranger des points en ramassant les parachutistes. Le jeu demeure plaisant une fois habitué à la relative lenteur des manœuvres…


Samurai Shodown V Special (Neo·Geo MVS, 6,99 €)SAMURAI SHODOWN V SPECIAL (Switch)
(Neo·Geo MVS, 22 avril 2004 au Japon)
Catégorie : combat
Joueurs : 1-2
Éditeur : SNK/Hamster
Date de sortie eShop : 18/04/2019
Prix : 6,99 €
Page du jeu : [Samurai Shodown V Special]

Dernier jeu publié sur Neo·Geo il y a quinze ans, Samurai Shodown V Special ne suit en fait que de quelques mois Samurai Shodown V (2003) déjà réédité. Car il ne s’agit pas tant d’un épisode « spécial » à la Fatal Fury même s’il ne présente pas de scénario non plus, qu’un correctif de son prédécesseur qui avait bouleversé le gameplay tout en recyclant un peu trop les décors de la série… Doté (en version AES) d’un mode Practice quasi-inédit et quatre nouveaux personnages, il reprend quand même les bases de son prédécesseur mais mieux équilibrées ; la Concentration Attack peut désormais être contrée par un Zetsumei Ōgi (quart de tour arrière avec C et D). Le souci, c’est qu’alors que cette attaque était censé être très gore, SNK a fait censurer le jeu à la dernière minute, avant de procéder à une campagne de rappel devant la colère des fans. Hélas, la nouvelle version dite fixed rétablissait certes les animations d’origine mais pas les démembrements, que l’on pouvait paradoxalement débloquer dans la version unfixed via un Universe BIOS. D’où la réédition non censurée (et jouable en ligne) publiée en septembre 2017 sur consoles Sony, mais on ignore du coup ce que propose cette version Arcade Archives


Psycho Soldier (arcade, 6,99 €)PSYCHO SOLDIER (Switch)
(arcade, 1986 au Japon)
Catégorie : run and gun
Joueurs : 1-2
Éditeur : SNK/Hamster
Date de sortie eShop : 25/04/2019
Prix : 6,99 €
Page du jeu : https://www.nintendo.fr/…PSYCHO-SOLDIER-1549859.html

Psycho Soldier est la suite du jeu Athena sorti seulement quelques mois plus tôt et réédité en décembre, et elle est d’ailleurs elle aussi incluse dans la compilation SNK 40th Anniversary Collection. Mais elle se montre très différente de l’original sur le plan de l’univers comme du gameplay, puisque l’on a cette fois affaire à un run and gun sur quatre étages à la manière d’un SonSon (1984), donc moins laborieux, et qui ne retrouve de son prédécesseur que les blocs destructibles pouvant contenir des bonus. Il faut dire qu’on ne contrôle plus la déesse grecque mais sa descendante, l’écolière Athena Asamiya, qui a la particularité d’avoir des pouvoirs psychiques et rêve de devenir pop idol. Et ce n’est pas qu’un détail scénaristique puisque le jeu est accompagné d’une chanson – une première dans un jeu vidéo au Japon – interprétée par la star de l’époque Kaori Shimizu, et ceux qui avaient acheté le portage d’Athena sur Famicom ont même pu en obtenir la cassette audio. La version instrumentale servira logiquement de thème  dans la série The King of Fighters, tantôt pour la jeune fille ou pour son équipe dans laquelle on retrouve d’ailleurs Sie Kensu, un adolescent chinois que contrôle ici un second joueur – et doté par chance des mêmes pouvoirs ! Hormis les jeux de combat, Athena Asamiya fera une troisième apparition encore différente dans le (médiocre) Athena: Awakening from an Ordinary Life (1999) sur PlayStation, survival horror où elle maîtrise à peine ses pouvoirs dans un Japon futuriste.


Je vous donne donc rendez-vous le dernier jeudi de mai pour le point sur les sorties !

Lien Permanent pour cet article : http://mag.mo5.com/actu/162816/en-avril-sur-leshop-nintendo-3/