En mai sur l’eShop Nintendo

Ninja Gaiden (arcade, 6,99 €)

Avec la dernière réédition Neo·Geo le mois dernier, ce bilan de mai marque un tournant d’autant qu’il s’agit aussi du dernier avant de passer à une formule hebdomadaire à partir de juin, comme expliqué dans cet article. Mais il n’en est pas moins très riche, avec sur le Nintendo Switch Online les arrivées de Donkey Kong Jr. (1983), Clu Clu Land (1984) et Vs. Excitebike (1988) ainsi que de la version SP de Star Soldier (1986) et, côté Arcade Archives (6,99 € chacun), plus de Neo·Geo donc mais Terra Force (1987), Ninja Gaiden (1988), Buta san (1987), Image Fight (1988) et Alpine Ski (1982). Aussi en matière de rééditions, on a vu ce mois-ci la compilation Castlevania Anniversary Collection (19,99 €), Guilty Gear (1998, 19,99 €), les remasters HD des trois Resident Evil (29,99 € chacun) de la GameCube, Wonder Boy Returns Remix (9,99 €) mais aussi les nettement plus improbables Impossible Mission (1984) et James Pond Codename: RoboCod (1991, 14,99 € chacun). Côté néorétro, la grosse sortie du mois est Shakedown: Hawaii (19,99 €) qu’on a d’ailleurs testé, mais il y a aussi eu VA-11 HALL-A (14,99 €), Venture Kid (10 €), Duck Game (12,99 €), Shadows of Adam (14,99 €), Black Paradox (11,99 €), le RPG Kemco Frane: Dragons’ Odyssey (12,99 €), Lovecraft’s Untold Stories (14,99 €), Blazing Beaks (14,99 €), Super Life of Pixel (9,99 €), Pocket League Story (10 €), Devious Dungeon 2 (6,39 €), Akane (4,99 €), Gunlord X (9,99 €), The Last Door – Complete Edition (14,99 €), Skelly Selest (7,99 €) et Back in 1995 (7,99 €), mais nous aborderons demain Gato Roboto (6,79 €) et Warlock’s Tower (4,99 €) avec les autres sorties de la semaine.


Terra Force (arcade, 6,99 €)TERRA FORCE (Switch)
(arcade, 1987)
Catégorie : shoot ’em up
Joueurs : 1-2
Éditeur : Nichibutsu/Hamster
Date de sortie eShop : 02/05/2019
Prix : 6,99 €
Page du jeu : https://www.nintendo.fr/…TERRA-FORCE-1549863.html

Dans la famille très élargie des Cresta, ce Terra Force est chronologiquement le quatrième jeu, faisant suite à Moon Cresta (1980), Terra Cresta (1985) et au spin-off UFO Robo Dangar (1986) basé sur Goldorak, et précédant Formation Armed F (1988). Et pourtant, malgré son titre plus explicite, ce shoot ’em up ne reprend hélas pas les éléments qui faisaient la « force » de ses prédécesseurs, et son originalité réside plutôt dans l’alternance entre scrollings horizontaux et verticaux. Certes, Life ForceSalamander (1986), inclus dans la compilation Arcade Classics de Konami, l’avait fait l’année d’avant et on pourrait même remonter jusqu’au précurseur Vanguard (1981) pour trouver ça, mais ici le joueur peut lui-même passer d’un mode à l’autre en empruntant des cratères, même si le changement est parfois forcé. Pour le reste, la réalisation se révèle assez sobre comme souvent avec Nichibutsu, et on pourra regretter le faible nombre de boss même s’ils se montrent coriaces. À moins d’accrocher au concept, c’est donc un épisode plutôt mineur.


Ninja Gaiden (arcade, 6,99 €)NINJA GAIDEN (Switch)
(arcade, octobre 1988 aux États-Unis)
Catégorie : beat ’em up
Joueurs : 1-2
Éditeur : Tecmo/Hamster
Date de sortie eShop : 09/05/2019
Prix : 6,99 €
Page du jeu : https://www.nintendo.fr/…NINJA-GAIDEN-1557254.html

Développée en parallèle du jeu NES, la version arcade de Ninja Gaiden a d’ailleurs été quelque peu éclipsée par ce dernier (ainsi que par le reboot de 2004) même si les possesseurs de micros et de Lynx gardent sans doute un souvenir plus vivace de son portage par Ocean. Connue elle aussi au Japon sous le nom de Ninja Ryūkenden (litt. « la légende de l’épée du dragon »), elle est très différente puisqu’il s’agit d’un beat ’em up en perspective, mais se démarquant des autres représentants du genre par les capacités acrobatiques de ses ninjas, qui peuvent effectuer un flip contre un mur ou se suspendre à des éléments du décor en utilisant un bouton dédié directement placé sur les joysticks de la borne. Hélas, la palette de mouvements reste limitée d’autant que la seule arme à ramasser, un katana, ne peut être utilisée que dix fois avant de disparaître. Et comme les ennemis ne sont pas très variés non plus, l’action se montre vite répétitive. La difficulté est en outre élevée, mais un peu moins dans la version japonaise disponible ici, bien que certains éléments étaient été supprimés comme les musiques de boss des stages 2 et 5 ressemblant trop à Iron Man de Black Sabbath, ou l’étoile de David qui apparaît nommant sur le tapis à la fin du quatrième niveau. Bien sûr plus sympathique en coopération, le titre a surtout marqué les esprits par son écran de game overRyū Hayabusa est menacé par une scie circulaire, qui inspirera sans doute celui de Final Fight (1989) quelques mois plus tard.


Buta San (arcade, 6,99 €)BUTA SAN (Switch)
(arcade, 1987)
Catégorie : action
Joueurs : 1-2
Éditeur : Jaleco/Hamster
Date de sortie eShop : 16/05/2019
Prix : 6,99 €
Page du jeu : https://www.nintendo.fr/…Buta-san-1559687.html

Lorgnant clairement du côté de Bomberman, ce jeu signé Jaleco met aux prises des petits cochons bien kawaii qui doivent s’éliminer avec des bombes à retardement. La différence avec le classique de Hudson est que les explosifs sont d’emblée présents à l’écran mais ils n’éclatent qu’une fois lancés et au bout du temps indiqué dessus, à moins qu’ils ne touchent directement leur cible. Uniquement jouable à deux, le titre n’est fatalement pas aussi convivial que son modèle, ce qui explique son succès bien plus confidentiel en dépit d’une réalisation il faut l’avouer assez craquante. Et pourtant, il est paradoxalement plus connu en Occident, car au Japon seul le X68000 en a accueilli un portage en 1993, alors qu’il a été adapté sur plusieurs micro-ordinateurs 8-bit via U.S. Gold, sous le titre plutôt étrange de Psycho Pigs U.X.B.. D’ailleurs, c’est sous le titre Psycho Pigs que ce classique avait fait l’objet d’un remake sur 3DS en juillet 2016.


Image Fight (arcade, 6,99 €)IMAGE FIGHT (Switch)
(arcade, novembre 1988)
Catégorie : shoot ’em up
Joueurs : 1-2
Éditeur : Irem/Hamster
Date de sortie eShop : 23/05/2019
Prix : 6,99 €
Page du jeu : https://www.nintendo.fr/…IMAGE-FIGHT-1563609.html

Sorti en arcade l’année suivant R·Type du même Irem, ce shoot ’em up arbore cette fois un scrolling vertical mais présente des similarités avec son prédécesseur, comme la présence de modules. L’un d’eux se place à l’avant du vaisseau et fait office de bouclier protégeant d’un coup en plus de modifier le tir parmi neuf types, mais il ne peut pas être détaché. Tandis que trois autres pods (bleus ou rouges selon qu’ils tirent tout droit ou dans la direction opposée au déplacement) gravitent autour du joueur et peuvent être projetés vers l’avant en guise d’attaque spéciale. L’une des particularités du titre est cependant que les cinq premiers des huit niveaux constituent un entraînement en réalité virtuelle (d’où le nom du jeu) ; si la note finale est insuffisante, on est ainsi envoyé dans une éprouvante Penalty Area avant de poursuivre… Porté sur consoles et micros au Japon, Image Fight est très populaire là-bas puisque Hiroshi Iuchi le considère comme la source d’inspiration principale de son Radiant Silvergun (1998), et c’est l’un des cinq jeux préférés de Tomonobu Itagaki (Dead or Alive, Ninja Gaiden) ! Hélas, seule la version NES, ratée, est sortie aux États-Unis. Le portage PC Engine se révèle bien plus réussi sauf sur le plan sonore, et même si l’orientation horizontale de l’écran fait beaucoup perdre en visibilité.


Alpine Ski (arcade, 6,99 €)ALPINE SKI (Switch)
(arcade, 1982)
Catégorie : sports d’hiver
Joueurs : 1-2 (alterné)
Éditeur : Taito/Hamster
Date de sortie eShop : 30/05/2019
Prix : 6,99 €
Page du jeu : https://www.nintendo.fr/…ALPINE-SKI-1569966.html

Tournant sur le hardware Taito SJ System lancé l’année précédente, et qui accueillera notamment Front Line (1982) et Elevator Action (1983), Alpine Ski (parfois daté de 1981) est probablement le tout premier jeu vidéo de ski, ce qui ne serait pas étonnant de la part d’un éditeur qui a été parmi les premiers à cloner Pong… Il est donc assez rudimentaire, ce qui ne l’empêche pas de disposer d’une cinématique de montée en télésiège et d’offrir trois épreuves qu’il faut toutefois pratiquer successivement (avec le même chronomètre) : descente, slalom et saut à ski. La borne est ainsi dotée d’un stick permettant uniquement d’aller à gauche et à droite et d’un bouton pour accélérer, mais foncer n’est pas toujours la meilleure solution car des bonus de points souvent placés entre des obstacles feront gagner du temps supplémentaire pour l’épreuve suivante. Il existe d’ailleurs une triche pour obtenir un score délirant en ramassant un malus pour qu’il passe en « négatif » et en se crashant ensuite pour éviter qu’il ne repasse au-dessus de zéro… À noter que ce classique a déjà été réédité au sein de la compilation Taito Legends 2 (2006).


Je ne vous donne donc pas rendez-vous le dernier jeudi de juin, mais à dimanche en huit, aux côtés des autres sorties rétro de la semaine. Faute de vidéo, les rééditions seront sans doute présentées comme ici avec le flyer ou la jaquette et le cartouche d’informations. Il n’est en revanche pas certain que j’aie toujours le temps de rédiger les notices à temps (même s’il n’y en a en général qu’une seule par semaine), mais je tâcherai de les rédiger plus tard, « rétroactivement ».

Lien Permanent pour cet article : http://mag.mo5.com/actu/165050/en-mai-sur-leshop-nintendo-3/