TEST EXPRESS : Super Hydorah

Super Hydorah (Windows, Xbox One, PlayStation 4, Vita, Switch)SUPER HYDORAH
Windows, Xbox One, PlayStation 4, Vita, Switch
Catégorie : shoot ’em up
Joueurs : 1-2
Développeur : Locomalito
Éditeur : Abylight Studios
Date de sortie : 20/09/2017 (Steam & Xbox One), 13-14/12/2017 (PS4 & Vita), 15/11/2018 (Switch)
Prix : 19,99 €
Site Officiel : http://abylight.com/…super-hydorah/
(testé sur Switch)

Après Cursed Castilla, il s’agit du deuxième freeware de Locomalito à faire l’objet d’une version « EX » bien que l’original soit sorti deux ans et demi avant. On l’avait lui aussi testé à l’époque mais encore plus superficiellement (malgré la longueur du texte), car il était également bien corsé en limitant en particulier le nombre de sauvegardes. Ce n’est pas le cas dans cette nouvelle version qui ajoute même un mode facile dans lequel on dispose d’un bouclier bienvenu – le score est du coup divisé par deux mais ça ne devrait pas donner de remords aux handicapés du joystick. Et puis ça ne devient pas enfantin pour autant car, sans être un manic shooter, Super Hydorah multiplie les boulettes et elles viennent souvent de derrière… Il faut dire que le léger scrolling vertical à la Thunder Force IV (1992), s’il est pensé pour donner un aspect « exploration » au jeu avec plusieurs chemins et des bonus planqués, permet également aux ennemis de tirer depuis le hors-champ ! Cependant, après des débuts difficiles, certains niveaux ou même boss pourront sembler très faciles avec le bon armement qui repose sur un système un peu particulier, lui-même lié à la structure arborescente, peu commune dans le genre là encore, des niveaux. Nombreux mais courts, ils sont parfois facultatifs et on peut y revenir après coup, typiquement pour y débloquer une arme spécifique. En effet, chaque boss vaincu en offre une nouvelle parmi trois types : le tir de base, les bombes qu’on largue au sol façon Gradius et l’arme spéciale. On ne peut pas en changer pendant les niveaux, ni hélas les essayer ; il faudra donc bien choisir sa combinaison avant. L’arme spéciale est cela dit obtenue via un bonus à ramasser au bon moment, car il alterne sinon entre le speed up et le bouclier (uniquement si ce dernier a été endommagé). Et il ne faudra pas trop les stocker car on en perd à chaque vie en moins. À ce sujet, cela fait recommencer la « séquence » (niveau complet s’il est court ou boss) et perdre toutes ses vies renvoie au choix du niveau – les crédits sont comptabilisés mais infinis dans cette version. Côté arsenal, on ne repart pas de zéro à chaque vie perdue mais le niveau de puissance des deux armes descend un peu (ainsi que la vitesse et le nombre d’attaques spéciales, donc) et chaque nouvelle tentative est donc plus difficile… Ainsi, même si je suis allé plus loin cette fois, il m’a été impossible de passer Galactic Inferno. Il faut dire que certaines armes peuvent être plus efficaces sur une partie de ce gros niveau central, mais moins sur d’autres. J’y arriverais peut-être mieux en coopération, option rare et bienvenue dans le genre, même s’il n’est hélas pas possible de rejoindre une partie en cours.

On aime :On aime moins :
  • La réalisation et l’ambiance, toujours au poil avec Locomalito
  • Les niveaux nombreux, variés et pas tous obligatoires
  • Le mode deux joueurs
  • Certains ennemis résistants et/ou bien sournois
  • Le système de bonus basé sur le timing
  • Le tarif élevé pour un ex-freeware

Verdict : L’original était déjà « super » et Super Hydorah est encore plus complet, mais il manque peut-être un peu de nouveautés pour justifier son tarif premium et reste hélas bien difficile.

90 hbpm

Lien Permanent pour cet article : http://mag.mo5.com/actu/176773/test-express-super-hydorah/