Psygnosis n’est plus !

Certes, le Psygnosis qui vient de fermer ses portes n’a plus grand chose à voir avec celui de sa création en 1984. D’autant que, si son rachat par Sony en 1993 avait laissé au studio une certaine indépendance, ce ne fut plus le cas dès 1999, quand la société en était devenue une filiale à part entière, jusqu’à être rebaptisée SCE Studio Liverpool l’année suivante. Mais malgré tout, la compagnie à la chouette (protagoniste de leur succès Agony, développé par les Belges d’Art & Magic !) demeure l’un des plus anciens développeurs du jeu vidéo. À l’image d’un Rare, le studio aura su se réinventer et connaître aussi bien le succès durant l’âge d’or des 16-bit, que passer sans encombre la transition difficile vers la 3D. Ainsi, nombreux sont les joueurs qui ont été marqués par leurs productions, que ce soit sur micro-ordinateurs (Barbarian, Blood Money, Shadow of the Beast, Lemmings) ou sur consoles 32-bit (Destruction Derby, WipEout, Formula One, Colony Wars). Non seulement la société a sans doute été, avec Namco, le principal artisan du succès de la PlayStation, mais elle aura édité les jeux de plusieurs studios talentueux et qui comptent pour la plupart toujours aujourd’hui : DMA Design (devenu Rockstar), Bizarre Creations, Traveller’s Tales (plusieurs jeux Sega et les titres Lego) ou encore Digital Illusions (Battlefield)… On pourrait également parler des musiciens, dont le célèbre Tim Wright (alias CoLD SToRAGE), ou des illustrateurs, notamment Roger Dean et Melvyn Grant, qui ont probablement signé les jaquettes les plus délicieusement mensongères de l’Histoire des jeux vidéo… Il est difficile de comprendre pourquoi Sony a souhaité donner priorité à d’autres studios européens. Peut-être auraient-ils dû d’abord jeter un œil nostalgique à cette vidéo promotionnelle de 1996 :

Lien Permanent pour cet article : http://mag.mo5.com/actu/25600/psygnosis-nest-plus/