«

»

Imprimer ce Article

TEST : Wizorb (Xbox Live, PC, Mac, Linux, PSP Mini, iOS)

Wizorb (XLIG, Windows, Mac OS X, Linux, PSP Mini, iOS)WIZORB – XLIG, PC, Mac, Linux, PSP Mini, iOS
Catégorie : casse-briques/RPG
Joueurs : 1
Développeur : Tribute Games
Date de sortie : 28/09/2011 (Xbox Live Indie Games)
07/11/2011 (Windows)
21/12/2011 (Mac OS X, Linux)
25/07/2012 (PSP Mini)
04/08/2012 (iOS)
Prix : variable (moins de 3€)
Site Officiel : http://www.wizorb.com/
(testé dans sa version PC)

Tribute Games est un studio fondé en septembre 2011 par trois développeurs québécois, et notamment Jonathan Lavigne qui s’était déjà illustré dans le néorétro avec Ninja Senki, mais aussi avec Scott Pilgrim vs. The World pour le compte d’Ubisoft. Épaulé par l’orfèvre de l’animation Paul Robertson, le studio bénéficie déjà d’une patte graphique reconnaissable entre toutes, que l’on retrouve également dans ce Wizorb à la réalisation superbe, aussi bien sur le plan graphique que sonore. L’ambiance, réminiscente des action-RPG 16-bit de la grande époque, déteint aussi sur le gameplay de ce casse-briques un peu spécial.

Le village Tarot

Le village Tarot n’est pas dans cet état au début de la partie !

En effet, vos premiers pas se feront dans un village détruit par les monstres, et ses villageois vous demanderont des sommes d’argent pour réparer leurs maisons. N’ayant pas un sou en poche, votre sorcier devra donc casser de la brique pour récolter des fonds. Dans la pratique, donc, l’aspect RPG est assez limité et se résume à l’utilisation de magies qui permettent d’éviter certains problèmes inhérents au casse-briques. Typiquement, une boule de feu bien placée vous permettra de détruire cette satanée dernière brique restant dans un coin, et la téléportation pourra déposer votre balle dans des endroits difficiles d’accès. Mais tout n’est pas aussi simple.

Certains sorts sont hélas difficiles à contrôler comme la bourrasque de vent et, si la balle enflammée (qui traverse tous les blocs sur son passage) ou la fée sont très pratiques, elles ne peuvent être utilisées qu’au moment où la balle touche la raquette. Ce qui rend leur utilisation assez risquée dans la pratique, et dans le doute on aura tendance à s’abstenir… Et même les boules de feu peuvent rater leur cible du fait de collisions parfois exigeantes ! Mais surtout, chaque magie vide un peu plus votre jauge, qui ne se remplit qu’en ramassant des potions bien peu généreuses. Et encore faut-il pouvoir les attraper, ces bonus…

Un niveau du jeu

Notez la porte menant à une boutique ou un stage bonus nécessitant une clé

Car, dans le genre, Wizorb n’est pas un jeu facile. Avec sa résolution old-school mais des sprites de grande taille, l’aire de jeu est assez petite et, la balle allant de plus en plus vite à chaque rebond, de bons réflexes sont nécessaires. Et si la manette Xbox 360 n’est sans doute pas la plus efficace, l’absence de véritable potard pour ce genre de jeu est dommageable. On se retrouve ainsi bien souvent dans la situation de devoir perdre un bonus pour rattraper sa balle ou, à l’inverse, de ramasser un malus se trouvant sur sa trajectoire… Certains stages bonus peuvent devenir surréalistes quand vous êtes forcés d’ignorer une bonne partie des items libérés…

Même si vous pouvez en gagner, vous débutez avec trois vies. Il est toutefois possible de continuer trois fois gratuitement, mais il faudra reprendre au début du niveau. Par la suite, il vous en coûtera 250 pièces d’or, ce qui ne va pas arranger vos comptes… Il n’est heureusement pas obligatoire de finir chaque monde d’une traite, d’autant qu’ils comportent chacun douze niveaux, et s’achèvent par un combat de boss hélas laborieux du fait de l’absence d’items. Car s’il est possible d’orienter la trajectoire de sa balle comme dans n’importe quel casse-briques, cela reste loin d’être simple, surtout quand vous avez affaire à des ennemis en mouvement !

L'un des boss du jeu

Les boss ne sont pas faciles à toucher d’autant qu’il faudra esquiver leurs attaques en plus de renvoyer la balle

Au final, le vrai problème du jeu est qu’il ne parvient pas à se départir entièrement du côté aléatoire des casse-briques. Même si vous maîtrisez parfaitement votre balle, vous ne pouvez pas savoir par avance dans quelles briques se trouvent les items par exemple. Entre ceux qui arrivent quand vous n’en avez pas besoin ou ceux que vous ne pouvez prendre sans perdre une vie, on se retrouve paradoxalement face à jeu parfois plus frustrant que certains classiques du genre, pourtant bien moins sophistiqués. Mais avec un peu de persévérance et surtout pas mal de chance, on pourra finalement progresser et ainsi découvrir les nombreux lieux et créatures que Wizorb a à offrir, et le jeu en vaut la chandelle car ils sont tous conçus d’une main de maître.

Verdict : Si sa réalisation superbe le rend très attachant et lui permet de sortir du lot, le gameplay de Wizorb conserve hélas certains défauts inhérents aux casse-briques.

70hbpm

Lien Permanent pour cet article : http://mag.mo5.com/actu/31598/test-wizorb-xbox-live-pc-mac-linux-psp-mini-ios/