Une sélection de freeware indé pour H.R. Giger

H.R. Giger travaillant sur le design du tout premier Alien

H.R. Giger travaillant sur le design du tout premier Alien

Décidément, après Masato Masuda le mois dernier et Bob Hoskins la dernière fois, cette rubrique va bientôt devenir une véritable nécrologie – du moins lorsque l’on a pas l’anniversaire d’une console à célébrer. Mais on pouvait difficilement ne pas évoquer ici Hans Ruedi Giger qui nous a quittés en début de semaine… Né en 1940, le designer suisse n’a été impliqué directement dans le jeu vidéo qu’avec le point & click Dark Seed et sa suite, mais son plus grand coup d’éclat – la création de la créature du film Alien en 1979 – a eu une influence telle sur l’industrie qu’il serait bien trop long d’en énumérer tous les exemples… Bien entendu, les jeux de cette sélection glanés sur Indiegames n’ont pas forcément de rapport avec le Monsieur, encore que certains d’entre eux partagent avec l’artiste un goût pour ce qui est dérangeant :

Stazis (Pandolin)

Stazis (Pandolin)

Et il est quand même difficile de ne pas penser à Alien devant Stazis, un survival horror qui débute près de capsules d’hyper-sommeil… Créé dans le cadre d’une game jam, le titre du studio Pangolin n’est pour le moment qu’une démo conçue sous Unity. Mais en dépit de l’usage d’une musique libre de droits, le concept est très prometteur bien que l’on retrouve la sempiternelle lampe torche. Se contrôlant au clavier et à la souris (passez en mode qwerty), le jeu est construit sur deux jauges, l’endurance et la santé mentale, la première diminuant avec les efforts (dont le cri !) et la seconde avec l’obscurité. Toutes deux ont une influence sur le gameplay comme sur l’image qui se troublera peu à peu. Et le joueur ne dispose que de trois actions, tirer avec le peu de balles à disposition, courir, et enfin crier, ce qui pour le moment ne sert qu’à repousser très temporairement les ennemis… Une ambiance pesante à découvrir ici.

Deep Calls To Deep (Romko Pidstryhach)

Deep Calls To Deep (Romko Pidstryhach)

Réalisé dans le cadre de la Ludum Dare 29 sur le thème « sous la surface » que nous avons longuement abordée la dernière fois, Deep Calls To Deep se soumet à la contrainte imposée de la manière la plus simple qui soit. Le jeu de Romko Pidstryhach décline le concept de la course infinie verticalement, avec une chute sans fin dans les abysses… du moins si vous parvenez à ramasser régulièrement des bulles d’oxygène sans percuter les parois ou une méduse. Si le level design généré aléatoirement rend chaque partie différente, il vous prive parfois de bulles trop longtemps ou vous impose un conduit étriqué et bouché par des méduses. Mais la musique envoutante rend l’expérience agréable malgré tout. Celle-ci se vit à cette adresse.

Deepweb (Alec Thomson)

Deepweb (Alec Thomson)

À l’inverse, Alec Thomson (Conway’s Inferno) a choisi une approche du sujet très originale en nous proposant d’explorer « sous la surface » d’Internet. Dans ce mélange étonnant de Démineur et de Carmen Sandiego, vous disposez d’une somme d’argent pour stopper un hacker dans un réseau d’ordinateurs. Le chiffre sur votre position indique à quelle distance il se trouve, mais les choses se compliquent quand le méchant commence à se déplacer, voire à vous attaquer ! Heureusement, vous pourrez récolter de l’argent et des indices, mais aussi débloquer de nouveaux gadgets (dont l’utilisation est coûteuse), pour scanner un ordinateur à distance par exemple. Le seul point commun avec le titre précédent est la nature aléatoire des niveaux qui crée également des situations injustes parfois. Deepweb peut se télécharger pour Windows, Mac OS X et Linux de cette page, où se jouer via Unity directement à cette adresse.

Decisions of the Elders (Boston McShew)

Decisions of the Elders (Boston McShew)

Ces dernières années ont vu l’apparition de nombreux hommages ou même de suites officielles à la série de point & click Space Quest. Et c’est carrément en tant que prequel non officielle que se présente Decisions of the Elders. Développé avec Adventure Game Studio, il offre aux inconditionnels de la saga une authentique aventure, longue et truffée d’énigmes difficiles, tout en conservant l’humour et les graphismes EGA d’antan. Le thread officiel du jeu se situe à cette adresse, où l’on trouve le lien pour le télécharger sous Windows, ici plus précisément.

Oxygene (Bitslap)

Oxygene (Bitslap)

Si Oxygene rappelle beaucoup le shoot ’em up Infinite Fame par le minimalisme de sa réalisation et de son concept, ce n’est pas un hasard puisqu’on le doit au même Bitslap. Là aussi, vous n’affrontez qu’un boss et vous ne disposez que d’une seule vie. En revanche, vous n’êtes pas limité à un seul tir, mais cela ne rend pas le jeu aisé pour autant, loin de là, d’autant qu’il y a cette fois des obstacles à éviter. Un trip psychédélique à essayer à cette adresse.

Retro Arcade Adventure Remade n’est techniquement pas un freeware, mais il était supposé coûter à peine un dollar. Au final, il faudra quand même débourser 1,99 € pour acquérir à cette adresse la nouvelle version pour Windows du jeu de SIACTRO. L’original était sorti sur le Xbox Live en mars 2012 et ce remake, en développement de longue date, devait également arriver sur console au mois d’avril. Mais le créateur du jeu semble avoir rencontré quelques difficultés

ScubaBear (Richard "Rilem" Lems, Diane "Ziryf" de Wilde & Shannon "Pongball" Mason)

ScubaBear (Richard « Rilem » Lems, Diane « Ziryf » de Wilde & Shannon « Pongball » Mason)

ScubaBear est un Metroidvania étonnamment long pour un jeu développé en un week-end durant la Ludum Dare 29. Le concept n’a rien d’original, puisque notre protagoniste doit juste collecter tout un tas d’objets à la manière d’un autre ours célèbre, mais la réalisation est soignée et le gameplay solide. Conçue en HTML5, la version jouable en ligne peut toutefois ramer selon l’ordinateur ou le navigateur utilisé, mais il est également possible de télécharger un exécutable pour Windows sur cette page où l’on trouve en outre la bande originale du jeu.

Missile Comes Back To Me (ABA Games)

Missile Comes Back To Me (ABA Games)

On ne pouvait rendre hommage à un cinglé comme Giger sans évoquer un autre créateur fou, Kenta Cho, que l’on retrouve environ chaque mois et cette fois avec deux jeux qui renouent avec sa veine des titres explicatifs. Missile Comes Back to Me vous demande de guider des missiles à tête chercheuse vers leurs expéditeurs, sachant que plus longtemps ils vous pourchassent, plus vous engrangerez de points. Le même goût pour la prise de risque s’incarne dans Lure Away, où l’on attire directement les ennemis en plaçant des leurres, ce qui permet de se faufiler plus facilement, et plus ils sont nombreux autour d’une balise, plus vous gagnez de points. Et dans les deux jeux, les ennemis se multiplient très vite et les parties sont très courtes !

International Jetpack Conference (Adam Parrish & Rob Dubbin)

International Jetpack Conference (Adam Parrish & Rob Dubbin)

International Jetpack Conference est sans doute l’un des jeux les plus old-school traités ici car, non seulement il affiche des graphismes en mode caractères, mais il tourne en plus à l’aide de DOSBox ! Ce jeu d’aventure pour le moins hermétique demande au joueur d’essayer à peu près toutes les interactions possibles et de parler à tous les personnages qui peuplent cette convention, et il ne sera pas facile de progresser malgré l’aide intégrée au jeu de Adam Parrish et Rob Dubbin. Une vraie curiosité pour Windows et Mac OS X à télécharger à cette adresse.

Et on finit avec un titre bien loin de l’esprit tordu de Giger, puisque World’s Dawn s’inscrit dans la lignée de Harvest Moon. Développé tranquillement depuis 2010 à l’aide de RPG Maker, le titre vous demande bien sûr de gérer une ferme, et on retrouvera aussi la possibilité de fonder une famille, sachant que le jeu de David Grund alias Wayward Prophet autorise les relations homosexuelles. De manière générale, les interactions avec les autres personnages et le scénario sont bien plus développés que dans les autres jeux du genre. Ce projet ambitieux n’est toutefois pas fini, mais on peut récupérer la première saison – littéralement – à cette adresse.

Lien Permanent pour cet article : http://mag.mo5.com/actu/51593/une-selection-de-freeware-inde-pour-h-r-giger/