En décembre sur Console Virtuelle

Le chien de Duck Hunt dans Super Smash Bros. pour Wii U et 3DS

Le chien de Duck Hunt dans Super Smash Bros. pour Wii U et 3DS

Nintendo aura connu une belle année 2014 et ce mois de décembre la clôt d’assez belle manière avec quelques premières sur Console Virtuelle. Tout d’abord, c’est de mémoire la première fois que l’on voit arriver le même jour, à la fois sur Wii U et 3DS, non pas un mais deux jeux rétro : S.C.A.T. et Shadow of the Ninja (NES, 4,99 €). Mais l’évènement du mois, c’est clairement la sortie de Duck Hunt pour la première fois sur le service. Il faut dire que le constructeur a toujours fait le choix discutable de fournir des rééditions « à l’identique » et les entorses à cette règle (Sin & Punishment et EarthBound traduits en anglais) sont rares. Or le classique de la NES a logiquement été reprogrammé pour utiliser le pointeur de la Wiimote en guise de Zapper. Sinon, la console de salon a également vu l’arrivée de Crash ‘N’ the Boys: Street Challenge, Mighty Final Fight et Street Fighter 2010: The Final Fight (NES, 4,99 €) mais aussi de Pokémon Pinball : Rubis & Saphir et, juste pour Noël, de Kuru Kuru KururinMega Man Zero et de Mario Party Advance (Game Boy Advance, 6,99 €). Côté néorétro, 2014 aura aussi été un bon cru mais aurait pu être meilleur si les jeux étaient sortis simultanément aux États-Unis et en Europe, nous privant ainsi (pour le moment) d’Azure Striker Gunvolt, de Shantae and the Pirate’s Curse ou encore de Xeodrifter. D’un autre côté, nous avons eu droit en décembre à deux jeux indé japonais, Fairune (2,99 €) et The Legend of Dark Witch – Chronicle 2D ACT (3,99 €), qu’on aurait eu honnêtement beaucoup de mal à imaginer sur l’eShop européen il y a encore quelques mois…


Crash 'N' The Boys: Street Challenge (NES, 4,99 €)CRASH ‘N’ THE BOYS STREET CHALLENGE (WII U)
(NES, 26 juin 1992 au Japon, octobre 1992 aux États-Unis)
Catégorie : sport/combat
Joueurs : 1-4
Éditeur : Technos/Arc System Works
Date de sortie VC : 04/12/2014
Prix : 4,99 €
Page du jeu : [Crash ‘N’ The Boys: Street Challenge]

Disponible depuis plus d’un an sur 3DS à un euro de moins, Street Challenge est le 8e jeu de la série initiée par notre membre d’honneur Yoshihisa Kishimoto, et le 5e à être adapté au marché américain. Le contexte de compétition entre lycées est ainsi modifié pour un univers urbain justifiant les entorses au fair-play habituelles de la série. D’ailleurs, le préfixe Crash ‘N’ The Boys (qui sera repris dans le comic Scott Pilgrim) devait être réutilisé pour des jeux de hockey, foot et baseball qui ne seront finalement pas localisés. Le jeu propose cinq épreuves : le 400 mètres haies, la natation, le lancer du marteau (teinté de golf), le saut à la perche (teinté de… monocycle) ou une bonne vieille baston. Certaines sont plus fun que d’autres mais elles exigent toutes de l’entraînement, d’autant que l’IA ne vous fera pas de cadeaux. Entre les épreuves, les médailles remportées permettront de booster vos personnages. Notons qu’il est possible de jouer à quatre avec deux manettes car il n’y a jamais plus de deux équipes qui s’affrontent en même temps.


S.C.A.T. (NES, 4,99 €)S.C.A.T. (WII U) (3DS)
(NES, 22 juin 1990 au Japon, juin 1991 aux États-Unis)
Catégorie : shoot ’em up
Joueurs : 1-2 (download play)
Éditeur: Natsume
Date de sortie VC : 04/12/2014
Prix : 4,99 €
Page du jeu : http://www.nintendo.fr/Jeux/NES/S-C-A-T–278821.html

Sorti sur Wii en février 2011 aux côtés de Natsume Championship Wrestling qui a d’ailleurs fait son retour lui aussi il y a peu, il nous revient cette fois sans taxe d’import mais pas pour autant dans sa version européenne, connue sous le nom de Action in New-York. On a donc le plaisir de le retrouver sous son titre américain bien cocasse, derrière lequel se cache un shoot ’em up reprenant le principe initié par Capcom avec Section Z, et affiné avec Side Arms puis Forgotten Worlds. Il en conserve le scrolling multidirectionnel et gère efficacement le fait que le danger vienne de tous les côtés, avec des modules dont on peut régler la position selon la situation. Pour ne rien gâcher, il propose du jeu en coopération – y compris sur 3DS avec une seule copie via le download play – où l’on incarne Arnold et Sigourney ; on vous laisse identifier la référence subtile. Les seuls reproches que l’on pourrait formuler tiennent aux clignotements intempestifs et à une durée de vie assez courte avec seulement cinq niveaux, mais la difficulté est élevée.


Shadow of the Ninja (NES, 4,99 €)SHADOW OF THE NINJA (WII U) (3DS)
(NES, 10 août 1990 au Japon, 25 juillet 1991 en Europe)
Catégorie : action/plate-formes
Joueurs : 1-2 (download play)
Éditeur: Natsume
Date de sortie VC : 04/12/2014
Prix : 4,99 €
Page du jeu : http://www.nintendo.fr/Jeux/NES/Shadow-of-the-Ninja.html

Disponible sur Wii depuis juillet 2010, il s’agit également d’une édition américaine qui nous parvient cette fois sans taxe d’import, puisque le jeu avait été édité par Taito en Europe sous le nom Blue Shadow. Il ne faut pas très longtemps pour réaliser qu’il surfe de manière évidente sur la popularité de la série Ninja Gaiden sur NES ; s’il est sorti plus d’un et demi après le premier épisode au Japon, il est arrivé chez nous quelques semaines avant ! En plus, tout en étant aussi difficile que son rival, il bénéficie d’un mode deux joueurs en coopération bienvenu, et plutôt rare pour l’époque sur la console. Néanmoins, malgré des boss mémorables, son level design n’est pas toujours à la hauteur de son modèle, exploitant peu la possibilité de s’accrocher au plafond et parfois injuste du fait que certains ennemis s’avèrent difficiles à atteindre si l’on n’a pas exactement la bonne arme… Néanmoins, Tecmo semble avoir apprécié « l’hommage » puisque l’éditeur a pris en charge sa suite sur Game Boy, rebaptisée du coup Ninja Gaiden Shadow !


Pokémon Pinball : Rubis & Saphir (Game Boy Advance, 6,99 €)POKÉMON PINBALL : RUBIS & SAPHIR (WII U)
(Game Boy Advance, 01/08/2003 au Japon, 14/11/2003 en Europe)
Catégorie : flipper
Joueurs : 1
Éditeur : Nintendo
Date de sortie VC : 11/12/2014
Prix : 6,99 €
Page du jeu : [Pokémon Pinball : Rubis & Saphir]

Attention au « pinball » du titre, car même si son arrivée peu de temps après les remakes Rubis Oméga Saphir Alpha n’est évidemment pas fortuite, il s’agit bien du jeu de flipper qui accompagnait à l’époque les deux RPG Game Boy Advance. Sorti quelques mois plus tard, il a également marqué aux États-Unis le cinquième anniversaire des épisodes inauguraux Bleu et Rouge, qui avaient déjà fait l’objet d’un spin off en flipper appelé simplement Pokémon Pinball. Ce titre Game Boy Color n’est toutefois pas encore disponible sur la Console Virtuelle de la 3DS, mais cette suite en reprend le principe avec également deux tables (une pour chaque déclinaison du RPG). Mais bien entendu, le but n’est pas que d’engranger des points et vous devrez envoyer votre Pokéball trois fois sur le même chemin pour faire apparaître une cible déclenchant l’un des quatre modes, dont deux permettent de capturer une créature, un troisième de les faire évoluer et le dernier fait changer de zone pour avoir accès à d’autres types de Pokémons. Si les puristes du flipper regretteront une physique légère et l’absence de certaines mécaniques classiques, le jeu se montre accessible et remplir son Pokédex vous occupera de nombreuses heures.


Mighty Final Fight (NES, 4,99 €)MIGHTY FINAL FIGHT (WII U)
(NES, 11 juin 1993 au Japon, août 1993 en Europe)
Catégorie : beat ’em up
Joueurs : 1
Éditeur : Capcom
Date de sortie VC : 18/11/2014
Prix : 4,99 €
Page du jeu : http://www.nintendo.fr/Jeux/NES/Mighty-Final-Fight-923474.html

Deux mois après la version 3DS, voici sur la Console Virtuelle de la Wii U ce spin off publié à l’époque juste après le second des trois épisodes de Final Fight sur Super Nintendo, déjà disponibles sur le service. Il revisite le jeu d’arcade original de 1989 avec le casting – cette fois au complet – en mode Super Deformed, mais le titre est hélas jouable uniquement en solo comme sur console 16-bit… Et comme souvent avec les portages NES de Capcom, la réalisation moins spectaculaire a été compensée par une difficulté plus élevée et l’ajout d’un système de levelling, un peu à la River City Ransom, avec six niveaux par personnage. Chaque palier franchi augmente la puissance et la santé, sachant que le quatrième ajoute également une attaque spéciale spécifique et que Mike Haggar démarre l’aventure directement au niveau 3 ! De manière générale, lui, Cody et Guy sont davantage différenciés que dans le jeu original, chacun disposant de sa propre arme blanche. Mais ils ne peuvent toutefois pas en ramasser d’autres…


Street Fighter 2010: The Final Fight (NES, 4,99 €)STREET FIGHTER 2010: THE FINAL FIGHT (WII U)
(NES, 8 août 1990 au Japon, septembre 1990 aux États-Unis)
Catégorie : action/plateformes
Joueurs : 1
Éditeur : Capcom
Date de sortie VC : 18/11/2014
Prix : 4,99 €
Page du jeu : [Street Fighter 2010: The Final Fight]

Sorti pour la première fois en Europe en octobre, ce n’était pas celui que l’on attendait le plus dans la fournée annoncée par Capcom. Car bien que son titre combine ceux de deux classiques, il n’offre pas le meilleur des deux mondes ! S’il se prénomme réellement 2010 Street Fighter au Japon, c’est lors de sa localisation en Occident que le protagoniste, Kevin Straker, a été transformé en Ken Masters, à la retraite après avoir remporté le tournoi – eh oui, ça signifie que Ryu a perdu ! Mais s’il peut lui aussi lancer des boules d’énergie, y compris avec ses pieds (!), le gameplay n’a rien à voir. En tant que flic cyborg, il doit éliminer une cible désignée avant chaque niveau, afin d’ouvrir un portail qu’il faut ensuite se dépêcher de franchir, sinon il faut tout recommencer. Les projectiles peuvent être améliorés avec des bonus, mais ils se dégraderont à chaque attaque subie. Si le jeu a été injustement critiqué du fait de sa localisation trompeuse, il souffre de contrôles approximatifs et est sans doute l’un des titres les plus difficiles de la NES !


Duck Hunt (NES, 4,99 €)DUCK HUNT (WII U)
(NES, 21 avril 1984 au Japon, 15 août 1987 en Europe)
Catégorie : tir
Joueurs : 1-2
Éditeur : Nintendo
Date de sortie VC : 25/12/2014
Prix : 4,99 €
Page du jeu : http://www.nintendo.fr/Jeux/NES/Duck-Hunt-946955.html

L’histoire de Duck Hunt remonte à la création de la toute première console de jeu vidéo, pour laquelle notre membre d’honneur Ralph Baer (RIP) avait inventé le principe du pistolet à cellule photosensible. Or il se trouve que Magnavox avait confié à Nintendo la fabrication de cet accessoire de l’Odyssey. Dès lors, Gunpei Yokoi s’est creusé la tête pour créer de nombreux jouets exploitant ce principe (lire à ce sujet le volume 1 de L’Histoire de Nintendo, la biographie de Yokoi ou encore Before Mario), mais aussi le Laser Clay Shooting System (1973) en arcade, qui aurait été décliné selon certaines sources en… Duck Hunt en 1976 ! Le jeu NES en est donc une sorte de remake, par ailleurs lui aussi adapté en arcade dans le cadre des Nintendo Vs. series. Mais contrairement à la borne qui gérait deux pistolets simultanément, la version console est uniquement solo même si dans le mode A, un second joueur peut contrôler (difficilement) les canards avec une manette classique ! Bien entendu, au lancement de la console, le jeu était disponible dans les bundles « Action Set » et « Deluxe Set » mais aussi séparément.


Kuru Kuru Kururin (Game Boy Advance, 6,99 €)KURU KURU KURURIN (WII U)
(Game Boy Advance, 21/03/2001 au Japon, 22/06/2001 en Europe)
Catégorie : adresse
Joueurs : 1
Éditeur : Nintendo
Date de sortie VC : 25/12/2014
Prix : 6,99 €
Page du jeu : http://www.nintendo.fr/…/Kuru-Kuru-Kururin.html

Il faut bien avouer que Kuru Kuru Kururin serait nettement moins connu s’il n’avait pas été au lancement de la Game Boy Advance en Europe et au Japon, mais le jeu d’Eighting, un studio également connu pour Battle Garegga et la série Bloody Roar, est à la fois très original et réussi dans son genre. Comme son titre le laisse deviner aux érudits, il met en scène un mouvement de rotation suggéré (comme dans Clu Clu Land) par l’onomatopée kuru kuru, en l’occurrence celui d’une hélice. On doit donc guider celle-ci dans un labyrinthe en évitant de heurter les parois, ce qui vous coûtera chaque fois l’une de vos trois vies en plus d’une pénalité de temps. Et il n’est évidemment pas possible de stopper son mouvement mais uniquement d’alterner entre trois vitesses, et des ressorts dans les niveaux inverseront son sens de rotation. Et si l’on ne peut pas profiter du multijoueur dans cette réédition, de nombreux niveaux répartis dans plusieurs modes garantiront une bonne durée de vie, surtout si vous voulez vous classer dans chacun d’eux.


Mega Man Zero (Game Boy Advance, 6,99 €)MEGA MAN ZERO (WII U)
(Game Boy Advance, 26/04/2002 au Japon, 31/10/2002 en Europe)
Catégorie : action/plateformes
Joueurs : 1
Éditeur : Capcom
Date de sortie VC : 25/12/2014
Prix : 6,99 €
Page du jeu : http://www.nintendo.fr/…/Mega-Man-Zero-947025.html

À part peut-être Demon Crest, disponible aux États-Unis, il s’agit du dernier jeu promis par Capcom pour cette année. Et c’est une bien belle manière de terminer 2014 ! Alors que la série s’était un peu égarée sur consoles 32-bit, le producteur Keiji Inafune avait confié à la société Inti Creates, composée de vétérans de la série, un jeu mettant en scène le charismatique Zero apparu dans Mega Man X et déjà (un peu) jouable dans Mega Man X3. Et ce fut une excellente décision, car le studio a su renouveler la formule, éliminant le choix des niveaux au profit d’un monde ouvert et d’un système de missions, tout en préservant les qualités de gameplay et de level design de la série. Les boss battus n’offrent plus leur arme, mais une puce élémentaire qui, combinée à votre arsenal, fera plus de dégâts contre les boss sensibles à cet élément. Les puristes voudront débuter par cet épisode qui pose les bases d’un univers intéressant, même si la formule sera raffinée par la suite ; on pourra ici trouver la difficulté excessive, et être frustré par l’ajout de levelling et de farming, d’autant que le backtracking n’est pas toujours possible.


Mario Party Advance (Game Boy Advance, 6,99 €)MARIO PARTY ADVANCE (WII U)
(Game Boy Advance, 13/01/2005 au Japon, 10/06/2005 en Europe)
Catégorie : party game
Joueurs : 1-4
Éditeur : Nintendo
Date de sortie VC : 25/12/2014
Prix : 6,99 €
Page du jeu : http://www.nintendo.fr/…/Mario-Party-Advance.html

Lancé quelques semaines après Mario Party 6, vendu avec un micro sur GameCube, il s’agit du tout premier épisode de la série sur portable. Le développeur Hudson Soft a donc dû totalement revoir la formule dans la mesure où sur Game Boy Advance, jouer à plusieurs nécessitait un câble link et souvent autant de cartouches que de joueurs. Héritant d’une réalisation rappelant le RPG Mario & Luigi, le jeu est donc construit autour du mode solo Champiville qui se déroule sur un unique plateau. Avec autant de lancers de dés que vos champignons le permettent, le but est d’effectuer un certain nombre de missions avant d’affronter Bowser, en débloquant au passage quelques-uns des 50 mini-jeux auxquels s’ajoutent 60 gadgets, à la manière des Wario Ware récents. Ils pourront alors être refaits dans d’autres modes dont l’un se pratique en multijoueur, à tour de rôle sur la même console. Il ne sera pas possible dans cette réédition de s’adonner aux rares épreuves jouables à plusieurs simultanément (qui ne nécessitaient cela dit qu’une seule cartouche), mais certains gadgets peuvent s’apprécier à plusieurs en se répartissant les boutons de la même machine ! Mais malgré les efforts accomplis, cet épisode demeure dispensable.


Je vous donne donc rendez-vous le dernier jeudi de janvier pour le point sur les sorties !

Lien Permanent pour cet article : http://mag.mo5.com/actu/62831/en-decembre-sur-console-virtuelle-5/