En janvier sur Console Virtuelle

Des thèmes rétro pour la 3DS

Après une année 2014 plutôt solide, 2015 semble démarrer sur ces bonnes bases pour les services de téléchargement de Nintendo. L’évènement du mois aura sans doute été l’annonce, lors du premier Direct de l’année, de l’arrivée des jeux Wii sur le service, mais la console n’est pas assez ancienne selon nos critères pour que nous les abordions dans cette rubrique. Ce qui ne nous empêche pas de recommander chaudement le très recherché Metroid Prime Trilogy à 9,99 € (pour trois excellents jeux !) pendant une semaine… Sinon, le mois a été marqué par la fin de la première fournée de rééditions promises par Capcom, mais aussi le retour de la série Castlevania sur la Console Virtuelle de la Wii U avec l’arrivée des populaires épisodes sortis sur Game Boy Advance, à commencer par Circle of the Moon (6,99 €). À ses côtés, on trouvera également Fire Emblem: The Sacred Stones, F-Zero: GP Legend et DK: King of Swing issus de la même machine, ainsi que Dig Dug, Lode Runner et Donkey Kong Jr. Math (4,99 € chacun) sur NES et les excellents Axelay et Demon’s Crest (7,99 €) sur Super Nintendo. Ce bon bilan est toutefois entaché par le fait que la 3DS, qui a déjà été quelque peu délaissée ces derniers mois, n’a carrément accueilli aucun jeu en janvier ! La portable doit ainsi se consoler avec l’exclusivité des thèmes (payants) dont certains sont rétro comme la sélection ci-dessus, mais on préfèrera plutôt rappeler la sortie tant attendue de 3D After Burner II, pour seulement 4,99 € en plus !


Fire Emblem: The Sacred Stones (Game Boy Advance, 6,99 €)FIRE EMBLEM: THE SACRED STONES (WII U)
(Game Boy Advance, 07/10/2004 au Japon, 04/11/2005 en Europe)
Catégorie : tactical-RPG
Joueurs : 1
Éditeur : Nintendo
Date de sortie VC : 01/01/2015
Prix : 6,99 €
Page du jeu :

Huitième épisode de la série d’Intelligent Systems, ce n’est que le second à sortir en Occident après le premier volet Game Boy Advance disponible depuis août dernier. Mais étrangement, c’est celui-ci qui a été choisi pour être offert aux fameux Ambassadeurs, les seuls à pouvoir en profiter sur 3DS. Il faut dire qu’il est sans doute encore meilleur que son prédécesseur, car même si la formule demeure globalement inchangée, il apporte son lot de petites nouveautés. Ainsi, c’est le premier épisode de la série à se voir doter de déplacements sur une carte entre les combats. Il est également possible d’opter entre plusieurs embranchements dans l’évolution de ses personnages, histoire d’amplifier le degré de personnalisation, mais aussi votre tristesse lorsqu’ils mourront de manière permanente… Enfin, à un moment donné de l’aventure, vous devrez choisir entre suivre l’un des deux jumeaux Eirika et Ephraim, qui disposent donc de six chapitres spécifiques ; il faudra donc terminer le jeu deux fois pour en voir l’intégralité !


F-Zero: GP Legend (Game Boy Advance, 6,99 €)F-ZERO: GP LEGEND (WII U)
(Game Boy Advance, 28/11/2003 au Japon, 04/06/2004 en Europe)
Catégorie : course
Joueurs : 1
Éditeur : Nintendo
Date de sortie VC : 01/01/2015
Prix : 6,99 €
Page du jeu :

Après un premier épisode déjà disponible et plus proche de l’original sur Super Nintendo pour réactiver la série au lancement de la Game Boy Advance, ce F-Zero: GP Legend concrétisait la stratégie transmédia pour conquérir un nouveau public. Confié à un studio externe, Suzak, qui a fait faillite en 2012, il était accompagné d’une série animée et était également l’un des rares titres à être compatible avec l’e-Reader. Hélas, ces deux points ne concernaient que le public japonais, qui ne lui a pas réservé pour autant un accueil démentiel. Il faut dire que, dans la grande tradition de la série, la difficulté est très élevée malgré la suppression des versions Expert des courses de la coupe Platine, toutefois présentes dans le code des cartouches. Les timings sont notamment très serrés dans les missions scénarisées tirant parti de l’univers enrichi par la série animée. Il faudra ainsi bien maîtriser le système de boost, apparu dans F-Zero X sur Nintendo 64, mais aussi les attaques latérales introduites par F-Zero GX qui était sorti quelques mois auparavant…


Dig Dug (NES, 4,99 €)DIG DUG (WII U)
(NES, 4 juin 1985 au Japon)
Catégorie : labyrinthe
Joueurs : 1-2 (alterné)
Éditeur : Namco
Date de sortie VC : 08/01/2015
Prix : 4,99 €
Page du jeu : http://www.nintendo.fr/Jeux/NES/Dig-Dug-748864.html

Les fêtes semblent avoir fait des dégâts dans les bases de données du site de Nintendo puisqu’à l’instar des deux jeux précédents, ce titre n’y est référencé que dans sa version 3DS, disponible depuis avril 2013. Sur Wii U, il retrouve en plus son tarif « habituel » de jeu NES, ce qui n’est pas si tragique car à une autre époque – sur Wii, quoi – ce portage du classique de Namco (1982), immortalisé par Chubby Checker, aurait pu faire l’objet d’une « taxe d’import » dans la mesure où il n’est jamais sorti du Japon. Bien qu’il ne bénéficie pas de la même popularité que Pac-Man ou Galaga, ce jeu d’arcade reste plaisant et aura ouvert la voie à d’autres grands jeux comme Boulder Dash et de nombreux clones. Non seulement le joueur peut, pour la première fois, creuser son propre level design, mais éliminer les ennemis en leur faisant tomber des rochers dessus se révèle très amusant ! On notera également la bande-son qui suit littéralement vos moindres mouvements… On pourra toutefois préférer se tourner vers Namco Museum, qui propose une version plus proche de l’arcade même si les graphismes sont zoomés.


Lode Runner (NES, 4,99 €)LODE RUNNER (WII U)
(NES, 20 juillet 1984 au Japon, septembre 1987 aux États-Unis)
Catégorie : plateformes
Joueurs : 1-2 (alterné)
Éditeur : Hudson/Konami
Date de sortie VC : 08/01/2015
Prix : 4,99 €
Page du jeu : http://www.nintendo.fr/Jeux/NES/Lode-Runner–277864.html

Inédit en Europe, ce classique ne l’est pas pour autant sur le service, arrivé tardivement sur Wii en mars 2010 avec une taxe d’import lui aussi. Mais sa valeur est avant tout historique, puisqu’il s’agit du tout premier jeu d’un éditeur tiers sur la NES ! En effet, Hudson Soft avait déjà collaboré avec Nintendo pour réaliser le BASIC de la Famicom, lorsque la société à l’abeille s’est rendu compte que des jeux comme Donkey Kong se vendaient trente fois plus que ses softs à succès sur micro-ordinateur ! Et s’il n’en avait pas l’intention au départ, le constructeur a finalement, non sans réticences, accepté de partager le gâteau avec d’autres sociétés… Ainsi, on ne s’étonnera pas que Lode Runner fasse partie des million sellers de la console, même si cette adaptation du classique de Douglas E. Smith, qui nous a quittés il y a quelques mois, est loin d’être la meilleure. On retrouve certes l’éditeur de niveaux qui a fait son succès, mais « seulement » cinquante niveaux, soit trois fois moins que dans l’original sur Apple ][ en 1983. Et même si la version PC Engine, meilleure, n’est pas disponible sur Wii U, son intérêt demeure discutable.


Axelay (Super NES, 7,99 €)AXELAY (WII U)
(Super NES, 11/09/1992 au Japon, 30/09/1993 en Europe)
Catégorie : shoot ’em up
Joueurs : 1
Éditeur : Konami
Date de sortie VC : 15/01/2015
Prix : 7,99 €
Page du jeu : http://www.nintendo.fr/…/Axelay-948675.html

Les mauvaises langues diront qu’il était facile pour Axelay de devenir l’un des meilleurs shoot ’em up de la Super Nintendo, dans la mesure où elle n’a pas été aussi gâtée en la matière que ses deux concurrentes, en partie du fait de sa conception. Néanmoins, Konami avait déjà prouvé sa maîtrise de la 16-bit avec Super Castlevania IV et Contra III, et la confirme ici une nouvelle fois. Alternant sans heurts les scrollings verticaux et horizontaux à la manière de Life Force, le jeu parvient aussi à échapper à ce que j’appelle le « syndrome Gradius ». D’habitude, la difficulté a tendance à s’estomper au fur et à mesure que l’on cumule les power up, mais à la moindre vie perdue, autant recommencer depuis le début. Ici, pas de bonus, et l’on choisit avant chaque niveau trois armes parmi un arsenal qui s’étoffera au cours de l’aventure. Et lorsqu’on est touché, on perd son arme courante plutôt qu’une vie. Mais le titre n’est pas facile pour autant, notamment du fait de la lenteur du vaisseau qui ne peut donc pas être upgradé… Hélas, le Axelay 2 promis à la fin ne sortira jamais, mais plusieurs membres de l’équipe sont partis fonder Treasure


Demon's Crest (Super NES, 7,99 €)DEMON’S CREST (WII U)
(S.NES, 21/10/1994 au Japon, 01/03/1995 en Europe)
Catégorie : action-RPG
Joueurs : 1
Éditeur : Capcom
Date de sortie VC : 15/01/2015
Prix : 7,99 €
Page du jeu : [Demon’s Crest]

Mega Man Zero arrivé le mois dernier, il ne manquait que Demon’s Crest parmi les jeux promis par Capcom pour 2014. On excusera d’autant plus ce petit retard que ce successeur des Gargoyle’s Quest est non seulement inédit sur le service, mais sa cartouche est très recherchée et se négocie au prix fort, même en loose. Véritable chant du cygne de la Super Nintendo, ce titre tardif bénéficie d’une réalisation somptueuse, une de celles qui ont vraiment fait regretter le passage à la 3D. Et sur console 16-bit, la série n’évolue pas que visuellement car même si l’on retrouve des éléments de RPG, les phases vues du dessus ont disparu. Néanmoins, le jeu n’en est pas plus linéaire pour autant car il faudra fréquemment revisiter les niveaux, équipé de pierres magiques élémentaires qui confèrent à Firebrand des pouvoirs permettant notamment, vous l’aurez compris, d’accéder à de nouvelles zones. Et comme toujours dans les créations de Tokuro Fujiwara, le challenge est sacrément relevé d’autant qu’il faudra collecter tous les objets pour voir la vraie fin ! Mais on peut se contenter de quatre niveaux pour la plus mauvaise…


DK: King of Swing (Game Boy Advance, 6,99 €)DK: KING OF SWING (WII U)
(Game Boy Advance, 4 février 2005 en Europe)
Catégorie : adresse
Joueurs : 1
Éditeur : Nintendo
Date de sortie VC : 22/01/2015
Prix : 6,99 €
Page du jeu : http://www.nintendo.fr/…/DK-King-of-Swing-266529.html

Pour le retour de l’excellent Donkey Kong Country Returns sur le service de téléchargement, Nintendo a souhaité l’accompagner d’autres titres de la licence. Mais comme il y en a déjà eu une sacrée fournée en octobre dernier, il a fallu faire les fonds de tiroir pour trouver quelque chose, et DK: King of Swing fait partie de ces titres plus expérimentaux, comme l’excellent Mario Vs. Donkey Kong, dans lesquels Donkey et sa bande ont figuré en attendant le grand come-back de 2010. Son gameplay n’est toutefois pas ni neuf dans la mesure où il reprend le principe de Clu Clu Land, dont le protagoniste fait d’ailleurs une apparition. Ainsi, le jeu utilise principalement les deux gâchettes pour saisir les plots et tourner autour. Mais si le studio Paon, composé d’anciens de Data East, a plutôt soigné son level design, il est clair que tout le monde n’accrochera pas, sans mauvais jeu de mot, à ce concept. Et ce, d’autant plus qu’il s’avère répétitif sur la longueur et même parfois frustrant quand une mauvaise chute nous renvoie tout en bas du niveau…


Donkey Kong Jr. Math (NES, 4,99 €)DONKEY KONG Jr. MATH (WII U)
(NES, 12 décembre 1983 au Japon, 1986 en Europe)
Catégorie : éducatif/plateformes
Joueurs : 1-2
Éditeur : Nintendo
Date de sortie VC : 22/01/2015
Prix : 4,99 €
Page du jeu : http://www.nintendo.fr/…/Donkey-Kong-Jr-Math-276940.html

Et puisque l’on parle de fonds de tiroir, on arrive à un titre qui n’intéressera probablement que les historiens en herbe, d’autant qu’il est inédit en France. Il ne faut pas oublier que si le krach de 1983 a surtout impacté les États-Unis, sortir la Famicom à ce moment-là tenait tout de même de la gageure. Alors que les micros avaient davantage la cote pour leurs vertus pédagogiques – du moins c’est ce qu’on faisait croire aux parents – Nintendo a jugé bon d’exploiter ses licences populaires pour des titres ludoéducatifs. Ainsi, moins d’un mois après Popeye no Eigo Asobi pour apprendre l’anglais, sortait ce jeu qui reprend le gameplay de Donkey Kong Jr. mais où il faut collecter des chiffres et des opérateurs pour obtenir le résultat demandé. Rudimentaire et destiné à de très jeunes écoliers, le titre est très ennuyeux en solo mais peut s’avérer rigolo à deux joueurs. Il a en tout cas été très mal reçu aux États-Unis où c’est le jeu qui s’est le moins vendu sur NES, tuant dans l’œuf sa possible gamme éducative. Et l’accueil critique n’a pas été plus tendre ; il est souvent considéré comme l’un des pires jeux de lancement jamais créés !


Castlevania: Circle of the Moon (Game Boy Advance, 6,99 €)CASTLEVANIA: CIRCLE OF THE MOON (WII U)
(Game Boy Advance, 21 mars 2001 au Japon, 22 juin en Europe)
Catégorie : action-RPG
Joueurs : 1
Éditeur : Konami
Date de sortie VC : 29/01/2015
Prix : 6,99 €
Page du jeu : [Castlevania: Circle of the Moon]

Après deux incursions décevantes en 3D sur Nintendo 64, la série de Konami a trouvé refuge sur les portables de Nintendo, débutant les années 2000 en reprenant la recette du volet récent le plus populaire, Symphony of the Night. Ce premier opus Game Boy Advance, sorti même au lancement de la console, appartient donc au fameux genre « Metroidvania » qui mêle la structure non linéaire d’un Metroid à des éléments de RPG. Et si cette formule va perdurer durant six épisodes parus sur cette portable et la suivante, chacun d’entre eux se différencie en général par ses personnages et par son système de magie. Ici, ce dernier est baptisé Dual Set-Up System (DSS) et est basé sur des cartes laissées par les ennemis qu’il faut combiner par deux. Un peu plus ardu que les suivants, en particulier au début, cet épisode a surtout été critiqué à l’époque pour ses visuels trop sombres, d’autant que le premier modèle de GBA n’offrait pas un rétroéclairage suffisant. Mais c’est le genre de défaut que corrige parfaitement cette réédition !


Je vous donne donc rendez-vous le dernier jeudi de février pour le point sur les sorties !

Lien Permanent pour cet article : http://mag.mo5.com/actu/64183/en-janvier-sur-console-virtuelle-6/