Quand Kickstarter ne tient pas ses promesses…

Confederate Express

Confederate Express ne livrera jamais son colis…

À moins de vivre dans un bunker, on ne peut pas avoir échappé au phénomène du financement participatif auquel nous avions d’ailleurs consacré un édito en mars 2014. Il faut dire qu’avec l’essor du jeu indé, ce système semble idéal sur le papier pour les projets qui n’ont pas de gros éditeurs derrière eux… Hélas, si beaucoup échouent dans leur tentative d’attirer les contributeurs, un succès ne garantit pas la sortie du jeu, surtout dans les délais annoncés initialement. Le site Kotaku a déjà publié deux listes de projets qui ont atteint leur objectif mais n’ont pas (encore) tenu leurs promesses de campagne, et je voulais donc voir si certains d’entre eux avaient été abordés sur le Mag, qui comporte déjà 425 articles avec le tag « Kickstarter » – ce qui ne compte donc pas les projets financés via Indiegogo par exemple ! Heureusement, on n’en trouve aucun dans l’article de février, mais il y en a deux dans celui de décembre. Et le premier est assez grave hélas, dans la lignée du cas de Mansion Lord que j’avais évoqué rapidement en septembre

Confederate Express

Article initial
Financé le 20 novembre 2013 ($39,739)
Promis en juin 2014

Il fallait donc bien se méfier du flou entourant le gameplay de ce jeu à l’univers de zombis alléchant, et à la réalisation soutenue par une gestion élaborée de la lumière. Maksym et Denys Pashanin, les deux initiateurs de la campagne, se sont avérés être d’authentiques escrocs et squatteurs… Moins d’un an plus tard, les deux frères lançaient un nouveau Kickstarter pour un beat ’em up cyberpunk, heureusement annulé cette fois rapidement par la plateforme.


Grapple Knight

Grapple Knight (Windows, Mac OS X, Linux)

Article initial
Financé le 24 décembre 2013 (12,067 dollars australiens)
Promis en février 2014

Il s’agit cette fois d’un cas moins grave, mais hélas très répandu. Ayant été lâché par un de ses graphistes principaux, son concepteur Gonzalo Araya n’a pas donné de signe de vie à partir de juillet 2014, soit plusieurs mois après la date de sortie initialement prévue et peu après la sélection du jeu sur Greenlight. Contacté par Kotaku, il a admis que c’est surtout la honte qui explique son silence, mais qu’il a fermement l’intention de terminer le développement un jour.


Echoes of Eternia

Echoes of Eternia

Financé le 6 mai 2012 ($43,196)
Promis en mai 2013

Celui-là, nous n’en avons pas parlé sur le Mag mais il aurait pu y figurer compte tenu de son statut de JRPG à l’ancienne. Mais c’est l’archétype du projet trop ambitieux pour une petite équipe inexpérimentée, laissant aujourd’hui le concepteur du jeu travailler a priori seul dessus… Je ne suis pas certain à 100% d’en avoir entendu parler à l’époque, mais si je ne l’ai pas abordé sur le Mag, c’est parce que j’ai dû remarquer d’emblée que les graphismes utilisent des ressources génériques de RPG Maker, qui bluffent hélas beaucoup de contributeurs innocents… Cela aurait donc pu être un indice non négligeable du manque de sérieux du projet ; comme quoi, sur ce coup-là, je vous ai plutôt sauvé la mise… Mais ne me remerciez pas, j’ai pas fait exprès !

Lien Permanent pour cet article : http://mag.mo5.com/actu/83250/quand-kickstarter-ne-tient-pas-ses-promesses/