En janvier sur le PlayStation Store

Super Dodge Ball (arcade, 6,99 €)

Après un mois de décembre généreux en grande partie grâce à l’arrivée des jeux PlayStation 2 sur le service, le PlayStation Store a poursuivi sur cette lancée tout en conservant un équilibre entre trois fronts. Du côté des rééditions de classiques PS2, outre l’arrivée du décevant Arc : Le Clan des Deimos et de l’excellent Dark Chronicle (14,99 € pièce), les trois jeux estampillés Star Wars, offerts aux  acquéreurs d’un bundle PlayStation 4, sont désormais accessibles à tous et rejoignent donc Super Star Wars, bel et bien disponible depuis novembre chez nous comme aux États-Unis. Comme lui, ils coûtent 9,99 € chacun. La gamme Arcade Archives revient elle aussi en force avec Super Dodge Ball, Crazy Climber 2 et Ninja-Kid II (6,99 € chacun), et on a eu droit en plus à trois remakes plus élaborés le 19 janvier : Oddworld: New ‘n’ Tasty (19,99 €) sur Vita, Resident Evil 0 HD Remaster (19,99 €) sur PS4 et PlayStation 3 et A Boy and His Blob (11,99 €), donc un peu plus cher que sur les autres supports mais proposé en cross-buy sur PS4 et Vita !


Super Dodge Ball (arcade, 6,99 €)SUPER DODGE BALL (PS4)
(arcade, novembre 1987 au Japon)

Catégorie : sport
Joueurs : 1-2
Éditeur : Technōs Japan/Arc System Works
Date de sortie PSN : 12/01/2016
Prix : 6,99 €
Page du jeu : [Super Dodge Ball]

À ne pas confondre avec l’une de ses « suites » sorties sous le même nom sur Neo·Geo en 1996 (le dernier titre de Technōs avant la faillite), il s’agit du tout premier jeu de sport mettant en scène Kunio, et même de sa seconde apparition après Nekketsu Kōha Kunio-kun alias Renegade. Comme on l’avait déjà raconté au sujet de son portage sur NES, son concept avait été imaginé par un employé de Taito qui avait même hésité à rejoindre Technōs pour le concrétiser, mais c’est bien sûr notre membre d’honneur Yoshihisa Kishimoto qui a intégré à ces matches de balle au prisonnier un aspect beat ’em up ! À vrai dire, beaucoup d’idées sont même nées d’un tournoi amical organisé au sein du studio, et le personnage qui apparaît en bas à droite du flyer ci-contre est d’ailleurs la caricature d’un employé fainéant… Cette version originale, portée fidèlement sur micro X68000 l’année suivante et déjà rééditée en 2006 sur PlayStation 2, affiche des capitaines bien plus grands que leurs équipiers, particularité que l’on retrouve aussi sur PC Engine mais pas sur NES. Ces deux adaptations ont toutefois en commun d’offrir un contenu enrichi…


Arc : Le Clan des Deimos (PlayStation 2, 14,99 €)ARC : LE CLAN DES DEIMOS (PS4)
(PlayStation 2, 20 mars 2003 au Japon, 30 janvier 2004 en Europe)

Catégorie : tactical-RPG
Joueurs : 1
Éditeur : Sony
Date de sortie PSN : 12/01/2016
Prix : 14,99 €
Page du jeu : [Arc : Le Clan des Deimos]

Après trois épisodes canoniques et un spin-off sur la première PlayStation, réédités entre janvier et juin 2012, puis un volet Wonderswan en 2002, ce jeu marque l’incursion de la série Arc the Lad sur PlayStation 2… mais aussi en Europe. Hélas, il marque également un changement de développeur et même s’il demeure un tactical-RPG contrairement à sa suite, il prépare la transition. En effet, les mouvements des unités sont libérés des damiers habituels pour ce premier épisode intégralement en 3D. C’est malheureusement la seule idée intéressante d’un jeu franchement classique et surtout d’une grande mollesse. Le scénario, qui reprend pourtant le concept du double point de vue d’un Suikoden III, est lui aussi soporifique et gâché par une version française d’un autre âge, à l’instar de la réalisation plutôt indigne du support. En bref, si la trilogie initiale n’avait pas pu connaître le succès qu’elle méritait, cet épisode, à la fois le premier et le dernier à arriver en Europe, aura clairement enfoncé le premier clou dans son cercueil…


Star Wars Bounty Hunter (PlayStation 2, 9,99 €)STAR WARS BOUNTY HUNTER (PS4)
(PlayStation 2, 19/11/2002 aux États-Unis, 06/12/2002 en Europe)

Catégorie : TPS
Joueurs : 1
Éditeur : LucasArts/Disney
Date de sortie PSN : 15/01/2016
Prix : 9,99 €
Page du jeu : [Star Wars Bounty Hunter]

Alors que LucasArts avait finalement sorti assez peu de jeux estampillés Star Wars durant les deux dernières décennies du vingtième siècle, même s’ils étaient quasiment tous réussis, l’arrivée d’une seconde trilogie a hélas bouleversé la donne, comme en témoignent ces trois jeux PlayStation 2 pas franchement inoubliables. Et ce Bounty Hunter est peut-être le plus faible des trois… Promettant aux fans d’incarner leur chasseur de primes favori (ou du moins son père), il profite au moins d’un scénario détaillé et de cinématiques qui expliquent comment il a fini par servir de modèle aux clones de l’épisode deux. Et comme toujours avec les jeux de la licence, la bande son est excellente et bénéficie des musiques de Jeremy Soule (Total Annihilation). Hélas, malgré un arsenal inhabituel (jetpack et lance-flammes notamment), cela reste un TPS assez générique, répétitif et sans subtilité d’autant que la visée est automatique. De plus, la réalisation n’est même pas convaincante avec des bugs de collision, des problèmes de caméra et un framerate qui chute en extérieur. L’archétype du jeu acheté par caprice et revendu dans la foulée…


Star Wars Jedi Starfighter (PlayStation 2, 9,99 €)STAR WARS JEDI STARFIGHTER (PS4)
(PlayStation 2, 10 mars 2002 aux États-Unis, 28 mars 2002 en Europe)

Catégorie : shoot ’em up 3D
Joueurs : 1-2
Éditeur : LucasArts/Disney
Date de sortie PSN : 15/01/2016
Prix : 9,99 €
Page du jeu : [Star Wars Jedi Starfighter]

Lui aussi servant de prequel vidéoludique à L’Attaque des clones et d’ailleurs sorti peu avant le film, c’est de plus la suite du sympathique Star Wars: Starfighter (2001), basé logiquement sur La Menace fantôme. Mais ce qu’il en distingue et aussi des autres jeux de simulations spatiales, c’est l’addition de la Force via l’un des deux protagonistes, une chevalière (?) Jedi. Elle donne ainsi accès à des pouvoirs assez inhabituels dans le genre, comme un bullet time très en vogue à l’époque. De plus, à l’instar d’un Rebel Strike, cette suite permet de pratiquer la campagne à deux joueurs en écran splitté, même si le framerate en prend un coup… La fluidité est d’ailleurs le principal problème de ce jeu, qui ne lui permet pas de se hisser au niveau d’un Rogue Leader. On pourra toujours se donner l’impression qu’on joue sur GameCube en utilisant le X-Wing parmi les neuf vaisseaux à débloquer (avec le TIE fighter et le Slave 1 de Jango Fett)…


Star Wars Racer Revenge (PlayStation 2, 9,99 €)STAR WARS RACER REVENGE (PS4)
(PlayStation 2, 11 février 2002 aux États-Unis)

Catégorie : course
Joueurs : 1-2
Éditeur : LucasArts/Disney
Date de sortie PSN : 15/01/2016
Prix : 9,99 €
Page du jeu : [Star Wars Racer Revenge]

À l’instar du précédent, il est sorti quelques semaines avant L’Attaque des clones, et est aussi la suite d’un jeu inspiré par La Menace fantôme, en l’occurrence le chouette Star Wars Episode I: Racer (1999). Cette fois exclusif à la PlayStation 2, ce WipEout à la sauce Star Wars reprend la formule de son prédécesseur, mais se déroule huit ans après les évènements du premier film et nous met dans la peau d’un Anakin – alerte spoiler – qui commence à basculer doucement du côté obscur. La Force n’est pas de la partie, mais les courses sont bien plus agressives ; vous serez récompensés pour avoir éliminé des adversaires, mais ce sera aussi le game over si vous crashez votre pod. Cette fois confié à Rainbow Studios, surtout connu pour ses jeux de course tout-terrain, le jeu gagne en intensité ce qu’il perd en contenu, avec étrangement moins de pilotes et de circuits, même si ces derniers offrent plus d’embranchements et de variété d’ambiance.


Crazy Climber 2 (arcade, 6,99 €)CRAZY CLIMBER 2 (PS4)
(arcade, décembre 1988 au Japon)

Catégorie : adresse
Joueurs : 1-2 (alterné)
Éditeur : Nichibutsu
Date de sortie PSN : 19/01/2016
Prix : 6,99 €
Page du jeu : [Crazy Climber 2]

Il s’agit bien sûr de la suite de Crazy Climber, premier jeu de la gamme Arcade Archives débutée en juin. C’est peut-être la jalousie du succès de Donkey Kong, sorti après l’original, qui a poussé Nichibutsu à lancer cette suite, mais l’on peut tout de même s’étonner de la voir arriver huit ans plus tard, d’autant que le concept demeure inchangé. La borne elle-même est toujours équipée de deux sticks pour escalader les façades d’immeuble une main après l’autre, et cette suite ne diffère que par son level design composé de six niveaux (contre quatre pour l’original) qui ne bouclent plus une fois terminés. C’est surtout sur le plan graphique que le titre a naturellement suivi les évolutions de l’arcade, mais le fait que cette borne soit uniquement sortie au Japon et n’ait fait l’objet que d’un seul portage sur X68000 – micro-ordinateur aux spécifications de toute façon très similaires – laisse à penser qu’il n’a pas vraiment connu un énorme succès…


Dark Chronicle (PlayStation 2, 14,99 €)DARK CHRONICLE (PS4)
(PlayStation 2, 28/11/2002 au Japon, 12/09/2003 en Europe)

Catégorie : action-RPG
Joueurs : 1
Éditeur : Sony
Date de sortie PSN : 19/01/2016
Prix : 14,99 €
Page du jeu : [Dark Chronicle]

Bien que baptisée Dark Cloud 2 aux Etats-Unis, il s’agit plutôt d’une suite spirituelle de Dark Cloud réédité le mois dernier, reprenant son principe mais dans un univers différent. On retrouve donc le mélange de construction de village et de hack and slash dans des donjons générés aléatoirement, ainsi que le système de fabrication et d’évolution des armes, même si celles qui sont cassées pourront cette fois être réparées. Mais le gameplay est surtout beaucoup plus riche et varié, incorporant des séquences de pêche et l’utilisation de photos pour « inventer » de nouveaux objets. En outre, le jeu a énormément impressionné à l’époque par sa réalisation visuelle, basée sur le « tonal rendering » mêlant sprites en cel shading et décors plus picturaux. Cette technique sera réutilisée dans Dragon Quest VIII et deviendra même la marque de fabrique du studio Level-5. Élu notamment meilleur jeu PlayStation 2 de 2003 par Gamespot, cette suite surpasse son prédécesseur et n’a été critiquée que pour sa difficulté élevée, et parfois pour son scénario qui traîne en longueur, d’autant que les voix des personnages pourront agacer…


Ninja-Kid II (arcade, 6,99 €)NINJA-KID II (PS4)
(arcade, 1987)

Catégorie : action/plateformes
Joueurs : 1-2 (alterné)
Éditeur : Taito
Date de sortie PSN : 26/01/2016
Prix : 6,99 €
Page du jeu : [Ninja-Kid II]

Il s’agit de la suite de Ninja-kun: Majō no Bōken réédité en juillet sur le service. Toujours développé par UPL et édité par Taito en arcade, il est connu au Japon sous le nom de Ninja-kun: Ashura no Shō et est notamment apparu aux États-Unis en tant que Rad Action. Il reprend trois ans plus tard le principe de son prédécesseur, mais offre un level design plus horizontal et il faudra parfois traverser certains niveaux de part en part plutôt que d’éliminer tous les ennemis qui s’y trouvent. Des stages bonus ont aussi été ajoutés, permettant de débloquer de nouvelles armes comme un boomerang, une bombe ou une roue enflammée. Mais c’est surtout le gameplay qui a été assoupli ; on saute cette fois aux étages inférieurs avec « bas » tandis que « haut » permet de changer d’arme. Notre ninja peut également escalader les murs et sauter de parois en parois, et si une longue chute pourra l’immobiliser quelques instants, il peut l’éviter à l’aide d’une roulade… À noter que le flyer ci-dessus est une nouvelle fois tiré de la version Famicom, signée UPL et assez fidèle, tandis que le portage MSX2 a été ironiquement pris en charge par HAL Laboratory, d’où viendra le futur président de Nintendo, feu Satoru Iwata


Je vous donne donc rendez-vous le dernier mardi de février pour le point sur les sorties !

Lien Permanent pour cet article : http://mag.mo5.com/actu/85330/en-janvier-sur-le-playstation-store-4/

  • sseb22

    Et juste pour info annexe : si j’ai bien compris, les jeux PS2 ont tous des trophées mais seuls ceux à 15€ ont un trophée de platine

  • Ben ça coûte cher le platine ! 😉