Une main robotique conçue pour jouer à Super Mario Bros.

On a déjà vu Super Mario Bros. (1985) servir de cobaye à toutes sortes d’expériences scientifiques, en particulier dans le domaine de l’intelligence artificielle mais, s’il est ici question de robot, il s’agit de recherches purement mécaniques et il se trouve que le classique de la NES s’y prête très bien. Les chercheurs de l’Université du Maryland s’intéressent en effet au domaine méconnu de la robotique molle. À l’opposé de la vision naïve des cyborgs dans la SF des années 1950, il s’agit de robots composés de matériaux souples et/ou flexibles (silicone, caoutchouc, etc.), contrôlés à l’aide de fluides comme des liquides ou du gaz. Dans le cas de cette main robotique devant parcourir le premier niveau du jeu, l’intérêt est qu’au lieu de contrôler chacun des trois doigts séparément comme on le ferait avec un robot classique, on utilise un unique fluide dont le niveau de pression activera l’un après l’autre les membres. C’est là où le choix de Super Mario Bros. n’est pas anodin, déjà parce qu’on peut finir le premier stage en allant uniquement vers la droite. Au premier palier de pression, un doigt va ainsi appuyer sur la droite de la croix directionnelle ; au deuxième, un autre doigt va presser le bouton de course et au troisième, le dernier va faire sauter le plombier. Ce n’est donc par pour demain qu’un robot mou va terminer Dark Souls, mais il est clair que ce domaine de la robotique se révèle très utile dans le domaine médical, en particulier dans la conception de prothèses moins intrusives. Et ce, d’autant plus que la robotique molle est aussi explorée pour l’auto-réparation voire l’auto-réplication, autrement dit le premier pas vers la future apocalypse que beaucoup prédisent, mais qui sera donc plus douce que prévue !

Source : Nintendo Life

Lien Permanent pour cet article : https://mag.mo5.com/actu/203529/une-main-robotique-concue-pour-jouer-a-super-mario-bros/