Un collectionneur accusé d’avoir vendu plus de 100 000 € de jeux contrefaits

Le monde de la collection de jeux rétro sur PC a été ébranlé la semaine dernière suite à l’éviction de Big Box PC Game Collectors d’un collectionneur réputé, Enrico Ricciardi, qui a même été l’un des modérateurs de ce groupe Facebook !… Elle fait suite aux accusations de plusieurs de ses membres d’avoir acheté à cet individu des faux exemplaires d’incunables du jeu PC, comme Akalabeth: World of Doom (1980), le tout premier RPG du créateur d’Ultima ainsi que certains des premiers épisodes de la série, ou encore le tout aussi matriciel Mystery House (1980) de Roberta Williams. Le groupe a ainsi publié un document expliquant leurs suspicions, donnant des exemples d’indices (ici et ) montrant comment ces faux, très bien faits, sont trahis par des petits détails (découpage des étiquettes, traces de numérisation antérieures, etc.). Et souvent, la preuve la plus implacable est que les disquettes et cassettes fournies étaient tout simplement vierges, ce qui amuse beaucoup Michel Louvet dans son émission ci-dessus, mais il faut bien comprendre que compte tenu de l’ancienneté et la rareté de ces jeux, ils ne sont quasiment jamais testés puisque cela pourrait même les endommager – sans compter que les collectionneurs ne disposent pas toujours de la machine d’époque. Le groupe a également publié un guide pour éviter que cela vous arrive. Ah, et dernier petit détail amusant (et triste), si la plupart de ces jeux ont été vendus directement aux acheteurs, au moins un exemplaire d’Ultima I: The First Age of Darkness (1981) aurait été évalué par… WataGames, l’agence de notation désormais tristement célèbre dans le milieu de la collection.

Source : Kotaku

Lien Permanent pour cet article : https://mag.mo5.com/actu/224734/un-collectionneur-accuse-davoir-vendu-plus-de-100000-euros-de-jeux-contrefaits/