Playboy, un rival de la Game Boy par Rare jamais sorti

Alors que Rare reste encore aujourd’hui célèbre pour avoir été un partenaire-clé de Nintendo durant les années 1990, le studio britannique a failli devenir l’un de ses concurrents… Il ne faut pas oublier que les frères Stamper à l’origine de la société avaient un background en hardware, plus particulièrement en arcade, et c’est d’ailleurs leur rétro-ingénierie de la NES qui les a fait remarquer par le constructeur. Or Chris Stamper travaillait justement dans les années 1980 sur une carte d’arcade baptisée RAZZ, pour laquelle a par exemple été conçu un jeu appelé Fleapit qui deviendra au final le Plok! (1993) de la Super Nintendo… Et il se trouve qu’aux alentours de 1988, le studio a créé le prototype d’une console nomade basé sur ce hardware, équipé d’un écran LCD repris à une télévision portable japonaise. La bête affichait des graphismes paraît-il impressionnants comparés à ceux de la NES mais, sans surprise, elle consommait six piles à la fois et les sifflait encore plus vite qu’une Game Gear ! Le fait qu’ils l’aient nommé « Playboy » suggère que le studio ne se prenait pas totalement au sérieux, mais Tim Stamper l’a tout de même emmené au CES de 1989 pour la présenter à de potentiels partenaires – Epyx a d’ailleurs fait de même avec Atari pour la Lynx. Or c’est précisément sur le salon que Nintendo a dévoilé la Game Boy, et Stamper a alors compris qu’ils avaient sans doute plus intérêt à coopérer… Pendant un certain temps, la console a trôné dans la cantine de Rare, à la surprise de pas mal d’employés qui ignoraient totalement son origine, et la machine a actuellement été prêtée au Retro Computer Museum de Leicester.

Source : Time Extension

Lien Permanent pour cet article : https://mag.mo5.com/actu/230232/playboy-un-rival-de-la-game-boy-par-rare-jamais-sorti/