Imprimer ce Page

TEST : Verminest (PC)

VERMINEST – PC
Catégorie : shoot ’em up
Joueurs : 1
Développeur : Locomalito
Musique : Gryzor87
Artwork jaquette : Marek Barej
Date de sortie : 15/02/2012
Prix : gratuit
Site : http://www.locomalito.com/verminest.php

Si c’est la deuxième fois que Locomalito développe un shoot ’em up après Hydorah, on ne peut pas l’accuser de s’être répété. Les deux jeux n’ont pas grand chose de commun, ni par l’ambition (« seulement » trois mois de travail pour Verminest), ni par le style visuel, ni même par le gameplay. Mais pour son dernier jeu en date, le créateur a encore fait très fort et très original.

Le concept un peu fou de ce jeu est de nous plonger dans le monde « inexistant » de l’arcade des années 50. They Came From Verminest puise ainsi largement son inspiration dans les films de monstres de l’après-guerre, qui ont eux-mêmes influencé les premiers shoot ’em up comme Space Invaders et Galaga. C’est d’ailleurs surtout de ce dernier que le jeu reprend son gameplay, bien qu’il soit en réalité nettement plus complexe. Par exemple, si le premier niveau se déroule sur un écran fixe avec plusieurs salves d’ennemis, le stage suivant présente en scrolling vertical façon Xevious. Mais ce n’est pas la seule subtilité d’un jeu bien plus varié qu’il n’y paraît.

Les instructions ont beau tenir sur une seule page, avec un unique bouton de tir et une poignée de bonus différents, on ne se retrouve pas face à un simple clone de Galaga. Le vaisseau peut se déplacer légèrement vers le haut et le bas, ce qui permet d’éviter plus facilement les tirs ennemis, assez nombreux pour un « vieux jeu ». Mais surtout, le jeu encourage la prise de risque à la manière de certains manic shooters, puisque vous gagnerez des médailles chaque fois que vous abattrez un ennemi de près ou que vous éliminerez en premier les leaders d’un groupe d’insectes. Voilà le genre d’idée totalement anachronique qui rend l’expérience plus originale.

La réalisation prend elle-même des libertés avec le réalisme historique. Il est évident que Verminest n’aurait jamais pu exister tel quel dans les années 50, ni même au tout début des années 80. Si l’ambiance sonore créée par Gryzor87 est totalement réminiscente des premiers classiques de l’arcade, les graphismes, bien qu’en noir et blanc (en tons de gris pour être exact), sont relativement fins et détaillés. Ils ont surtout été conçus pour être visionnés en 3D-relief à l’aide de lunettes anaglyphes, comme le voulait la mode dans les années 50. Si vous disposez d’une telle paire de lunettes, le résultat est franchement agréable, à condition de régler le jeu en plein écran pour un meilleur confort.

Et dans le cas où vous ne seriez pas « équipé », Locomalito a sorti entre-temps Verminest ’83, une version couleur du jeu qui imite plus précisément des graphismes contemporains de Galaga. Mais les fonds sont donc volontairement moins détaillés par souci d’authenticité. Voilà qui témoigne encore du grand soin du développeur apporté à ses jeux. Sa nouvelle création se voit d’ailleurs accompagnée d’un grand nombre de bonus, comme on n’en avait pas vu depuis Hydorah. Cela dit, ils concernent surtout l’ambitieux trailer ci-dessous, même si cela prouve, encore une fois, la philosophie d’un développeur généreux et attentif au moindre détail.

Les amateurs de challenge old-school seront également ravis d’apprendre que la difficulté est encore une fois au rendez-vous. Et qu’elle est élevée, bien sûr. Les ennemis sont certes moins traîtres que dans Hydorah où ils n’hésitaient pas à tirer du dehors de l’écran, mais les boulettes fusent dès le début et les limitations du déplacement rendent les esquives nettement moins évidentes. Le premier boss, notamment, porte bien son surnom de « bombardier » et se paie le luxe de changer de stratégie en cours d’affrontement. Mais la marge de progression est grande et le gameplay se renouvelle suffisamment pour donner toujours envie de découvrir les cinq planètes que comprend l’aventure.

Verdict : Verminest montre une fois de plus que Locomalito sait faire les meilleures soupes à partir de vieux pots, et qu’un jeu rétro peut très bien faire preuve de variété et d’originalité.

70hbpm

Lien Permanent pour cet article : http://mag.mo5.com/test-verminest-pc/