TEST EXPRESS : PictoQuest

PictoQuest (Switch)PICTOQUEST
Switch
Catégorie : réflexion
Joueurs : 1
Développeur : NanoPiko
Éditeur : Plug-in-digital
Date de sortie : 08/08/2019
Prix : 9,99 €
Site Officiel : https://nanopiko.com/
(copie fournie par le développeur)

NanoPiko est un tout jeune studio français qui a la particularité de vouloir communiquer sur ses jeux uniquement lorsqu’ils sont sortis. Pour PictoQuest: The Cursed Grids (à ne pas confondre avec le jeu homonyme sur DS), l’équipe est composée de trois personnes, Aurélien Regard (The Next Penelope, Away) et Hervé Barbaresi (Pix the Cat, Pang Adventures) pour la direction artistique et Florian Sciberras (Rayman: Jungle Run) à la programmation. PictoQuest est, comme son nom le laisse penser, un mélange de Picross et de RPG. Vous incarnez Flöh ou Arvel, deux aventuriers qui partent (sur une carte linéaire) défaire le maléfique sorcier Moonface et délivrer de son joug le royaume de Pictoria. Ils opèrent ainsi “un combat glacial du bien contre le mal dans un lutte infernale d’une petite fille, d’un enfant animal” pour rendre hommage à une artiste de mon enfance disparue trop tôt. Concrètement, sur cette carte, vous allez vous arrêter à chacune des cent étapes qui sont autant de grilles de Picross. Comme dans beaucoup de jeux de Picross, les tailles des grilles vont de 5×5 à 20×20 mais l’originalité ici est que ce sont souvent des duels. L’adversaire possède une jauge qui se remplit avant de vous frapper (à l’image de l’ATB dans Final Fantasy). Vous le freinez à chaque ligne ou colonne de la grille complétée et vous disposez d’objets pour attaquer ou vous soigner. Ces objets peuvent être achetés dans les magasins ou directement en jeu. Il faut alors réussir la ligne ou colonne spécifique sur laquelle l’objet est apparu. Malheureusement, il reste trop peu de temps et on ne réussit à l’avoir que rarement. On ne peut jouer qu’à la manette ; l’écran tactile de la Switch n’est pas utilisable. Cela me faisait peur au début mais l’équipe de NanoPiko a pensé à quelques trucs pour faciliter la vie comme la possibilité d’aller au-delà des bords pour revenir de l’autre côté ou laisser le bouton appuyé pour remplir en continu des cases. En termes visuel et sonore, PictoQuest est une grande réussite dans son genre ; la direction artistique est toute mignonne, on reconnaît bien la patte de Regard pour tout ce qui n’est pas en pixel et les dessins des grilles sont parfaitement dans l’ambiance et en accord avec le thème du jeu. Les musiques accompagnent parfaitement l’action tout en sachant ne pas perturber la concentration du joueur. Il est possible de changer d’une touche la musique en cours de jeu mais c’est dommage qu’il n’y ait pas un shuffle en début de partie. Là, on a par défaut toujours la même. Les développeurs m’ont dit que s’ils pouvaient se permettre un patch, cette fonction serait alors incluse.

On aime :On aime moins :
  • La maniabilité bien pensée à la manette
  • Les cent grilles de Picross
  • La direction artistique toute choupi
  • Le liant grâce à l’histoire
  • Les items qui disparaissent trop vite
  • Un seul thème musical choisi par défaut
  • Les éléments de RPG pas assez poussés

Verdict : PictoQuest propose 10 à 15h de jeu pour un Picross original, avec des éléments de RPG qui apportent un petit vent de fraîcheur au genre, le tout dans un écrin formel tout choupi.

80 hbpm

Lien Permanent pour cet article : https://mag.mo5.com/actu/170500/test-express-pictoquest/