La Nintendo Classic Mini: NES est disponible !…

Nintendo Classic Mini: NES

…Mais elle est déjà difficile à dégotter, car les scalpeurs ne se sont pas fait prier pour profiter des stocks limités afin de revendre la machine le double de son prix officiel, 60 €, ainsi que sa manette disponible séparément pour 9,99 €… La console dépasse même les 300 € sur Amazon actuellement ! Il faut dire que depuis son annonce en juillet, la Nintendo Classic Mini: NES a fait couler beaucoup d’encre, incitant d’autres fabricants à annoncer leurs propres consoles rétro, comme la Retro-Bit Generations disponible depuis jeudi, ou même des accessoires pour la console comme EMiO avec sa réplique du joystick NES Advantage ! Ce type de phénomène est courant à l’arrivée d’une nouvelle machine, mais c’est assez inédit pour ce genre de mini-console qui n’est même pas amenée à évoluer dans le temps, puisqu’il est impossible d’ajouter de nouveaux titres aux trente jeux inclus ; certains ont même ouvert la bécane pour le vérifier… De manière générale, la presse l’a déjà décortiquée dans le moindre détail et il est sans doute superflu de vous en proposer un « aperçu » comme nous l’avons fait pour d’autres machines rétro, mais nous vous proposons un récapitulatif que l’on espère le plus complet possible :

Les jeux

Pour mémoire, les trente jeux inclus sont Balloon Fight, Bubble Bobble, Castlevania, Castlevania II: Simon’s Quest, Donkey Kong, Donkey Kong Jr., Double Dragon II: the Revenge, Dr. Mario, Excitebike, Final Fantasy, Galaga, Ghosts’n Goblins, Gradius, Ice Climber, Kid Icarus, Kirby’s Adventure, Mario Bros., Mega Man 2, Metroid, Ninja Gaiden, Pac-man, Punch-Out!!, StarTropics, Super C, Super Mario Bros., Super Mario Bros. 2, Super Mario Bros. 3, Tecmo Bowl, The Legend of Zelda et Zelda II: The Adventure of Link. On peut évidemment regretter l’impossibilité d’en ajouter, mais inclure une sorte d’eShop à la console aurait impliqué l’ajout de fonctionnalités web qui auraient sans doute augmenté le tarif de l’ensemble. Dans la mesure où ces titres sont vendus à 5 € sur Console Virtuelle, l’offre demeure intéressante d’autant que la sélection est plutôt bonne, même si elle ne sera jamais idéale pour tout le monde. On aurait notamment pu se passer de certaines vieilleries de Nintendo ou de titres qui visent plutôt le marché américain, mais il faut saluer la présence de jeux d’éditeurs tiers, qui donne bon espoir pour une éventuelle Nintendo Classic Mini: Super Nintendo que beaucoup réclament déjà !

Donkey Kong (NES)

En passant, si le livre Playing With Power: Nintendo NES Classics ne semble pas prévu pour le moment en France, Omaké Books a sorti le hors-série Les Cahiers de la Playhistoire Spécial Nintendo NES pour revenir sur chaque jeu disponible, et pas seulement ceux édités par Nintendo. Le constructeur a toutefois profité de l’occasion pour mener des interviews de ses développeurs auxquelles on accède en cliquant sur le macaron en haut à droite du site officiel. Déjà deux d’entre elles sont disponibles en français, Donkey Kong et Balloon Fight, et elles permettent mine de rien d’apprendre des infos inédites sur la genèse de ces classiques…

L’émulation

Comme on l’expliquait dans cet article, l’émulation ne reprend pas les outils créés pour la Console Virtuelle, mais de tous nouveaux conçus en France par le Nintendo European Research & Development (NERD) ! On vous recommande à ce sujet l’article de William Audureau sur LeMonde.fr, qui évoque le passif de ces développeurs de l’ombre… Au final, la qualité semble surpasser celle proposée sur 3DS et Wii U, déjà très correcte, même si cela n’égalera jamais le rendu d’époque sur TV cathodique, malgré la présence de trois modes d’affichage dont l’un imite le look CRT. Il faut dire que la machine se révèle plus puissante que prévu, comme l’ont découvert ceux qui l’ont désossée… On constate que la PCB n’occupe pas toute la place disponible, peut-être parce qu’elle a été conçue pour se loger également dans la Famicom Mini. Mais l’autre surprise sur laquelle beaucoup ont ironisé, c’est que la console est sur le papier, comme le détaille Gamekult, deux fois plus puissante qu’une 3DS, et presque autant qu’une Wii !

L'intérieur de la mini NES

Il faut toutefois relativiser cela, déjà parce qu’on peut difficilement la comparer avec des technologies de 2006 et 2011 dont le coût a beaucoup baissé depuis… Mais aussi parce que, comme on le rappelait à l’arrivée des jeux Super Nintendo sur New 3DS exclusivement, il faut toujours que la machine qui émule soit bien plus puissante que celle qui est émulée, à moins de se lancer dans des optimisations pour chaque titre – comme on le ferait pour un vrai portage. Avec une telle puissance, Nintendo avait la garantie que chaque jeu tournerait exactement comme à l’époque (ralentissements et clignotements de sprites compris !) et avec tous les ajouts comme les filtres graphiques et les options que l’on détaillera dans le paragraphe suivant. D’autre part, il est aussi probable que ce hardware sera réemployé pour de futures machines de la gamme, comme une Nintendo Classic Mini: Super Nintendo ou une Nintendo Classic Mini: Nintendo 64

Le software

N’ayant hélas pas eu la machine entre les mains, nous ne pourrons pas donner tous les détails sur l’interface et les menus mais, outre trois modes graphiques, on sait que chaque jeu dispose de quatre points de récupération, contre un seul sur Console Virtuelle. En revanche, on pourra déplorer le fait que les manuels électroniques ne soient pas intégrés à la mémoire de la machine, qui se contente de donner un code QR pour les consulter en ligne. Disponibles à cette adresse, ils sont présentés sous deux formes différentes (mais chaque fois en pdf) pour chaque classique : un manuel électronique en français similaire à ceux que l’on trouve depuis la Wii, et une version numérisée des manuels d’époque américains, que l’on peut bien entendu imprimer ! Enfin, il est important de préciser ici l’un des problèmes principaux de la machine, ironiquement lié à la volonté de Nintendo de reproduire l’apparence de la NES et de sa manette de la manière la plus fidèle possible ; le menu qui permet de changer de jeu ou de sauvegarder sa partie s’ouvre en appuyant sur le bouton Reset de la console… Voilà qui devrait rappeler des souvenirs aux possesseurs de Master System qui devaient aller jusqu’à la machine pour mettre la pause !

Nyko Miniboss

La Nintendo Classic Mini: NES dispose déjà d’une gamme d’accessoires comme la manette sans fil Miniboss de Nyko

Le hardware

Ironiquement, cet inconvénient est compensé par l’autre défaut majeur de la Nintendo Classic Mini: NES, son câble de manette extrêmement court (moins d’un mètre). Ainsi, on a forcément la console tout près de soi, comme si la console avait été pensée pour se jouer à la japonaise, assis par terre devant la machine – les câbles de la Famicom Mini sont d’ailleurs encore plus courts ! Le souci, c’est que le câble d’alimentation USB et le câble HDMI fournis sont également courts, du moins d’une longueur habituelle mais insuffisante pour placer la console loin de la télévision. C’est aussi pour cela que des fabricants tiers proposent déjà diverses manettes sans fil, et disposant souvent d’une touche Home pour accéder au menu de la console. À noter que celle-ci est également disponible sur les manettes classiques de la Wii, compatibles avec la console car employant la même connectique. On regrette cependant qu’il ne soit pas possible de brancher carrément les manettes à une Wiimote pour les rendre sans fil, la console ne gérant visiblement pas le bluetooth. Rappelons toutefois que, contrairement à la Master System, la NES est dotée d’un bouton de pause sur sa manette, ce qui permet au moins de sauvegarder à des moments précis si l’on est trop lent pour atteindre la touche Reset… Mais ce n’est clairement pas satisfaisant pour les joueurs qui veulent utiliser les points de récupération de manière intensive, la console nous rappelant aussi que certains classiques NES étaient assez impitoyables !

En bref

Comme pour n’importe quelle machine ou jeu, la question n’est pas tant de savoir si c’est bien ou pas, mais à quel public cela s’adresse. Certes, il existe des solutions moins chères, mais illégales et souvent moins plug & play de rejouer à tous ces classiques. Mais à la manière du Recreated ZX Spectrum, par exemple, la Nintendo Classic Mini: NES est aussi un bel objet qui transpire la nostalgie et que l’on pourra placer sur son étagère une fois lassé des trente jeux inclus. Et c’est clairement le cadeau idéal pour les fêtes de fin d’année, soit pour les trentenaires qui auraient délaissé les jeux vidéo entretemps ou pour faire découvrir la NES à des enfants, à défaut de dégotter la machine d’origine. La console est certes limitée, mais elle ne coûte tout de même que le prix d’un jeu actuel (ou de l’époque à vrai dire)… Du moins quand Nintendo aura fourni d’autres stocks et que les scalpeurs se lasseront de leurs escroqueries. Le constructeur a déjà promis qu’il ferait tout pour répondre à la demande et, si l’on en croit ce qu’il s’est passé pour les amiibos, les prix devraient donc revenir à la normale à terme. Avant Noël, espérons-le !

Lien Permanent pour cet article : http://mag.mo5.com/actu/105288/la-nintendo-classic-mini-nes-est-disponible/

  • Nikko Berserker

    c’est une vrai arnaque ,pas la console en elle même ,mais la politique commerciale de Nintendo ,rien que dans mon département la plupart n’ont pas été livré ,les pré-réservations non honorées ,c’est une catastrophe ,et bien sur pas de délai de livraison … c’est lamentable ! la vraie question quand sera t-elle en vente REELlEMENT en nombre pour tous dans la plupart des magasins ? pour les revendeurs à la sauvette ,ils peuvent rester avec leur stock ,je préfère attendre plus tard et la payer au prix normal !

  • C’est clair que ça devient hélas une habitude chez eux de (volontairement ?) mal jauger la demande, peut-être pour susciter le besoin… 🙁 Et c’est clair qu’il ne faut surtout pas céder aux scalpeurs et payer plus que 60 € pour ça. Encore une fois, on a vu ce que ça a donné avec les amiibos, que l’on trouve maintenant (presque) tous à leurs prix normaux. Je n’ai jamais payé plus cher que le prix officiel, mais j’en connais qui ont du mal à attendre… -_-

  • Tony

    J’ai fait quelques magasins ce matin (Fnac, Micromania et Auchan) et le plus dingue c’est qu’en plus de n’avoir aucun stock et de ne pas avoir de date de réassort, les vendeurs semblent ne pas connaître l’existence même de la manette supplémentaire vendue à part de la console.
    Petite anecdote de rayon: un gamin d’une dizaine d’années qui était tout content d’aller acheter sa première NES avec sa mère et qui se retrouve bredouille et sa mère qui discute avec le vendeur qui ne peut malheureusement pas lui assurer d’en avoir une pour Noël : « Bon, je prendrai une PS4 à mon fils alors… ». Dommage de voir ça.
    Y’en a marre de cette politique de Nintendo de provoquer la demande à tout prix ces derniers temps…

  • Ben ça dépend, pour la Wii U, y avait du stock… -_-
    Plus sérieusement, même si Nintendo est le premier fautif, il faut aussi taper sur les enseignes qui laissent les scalpeurs acheter plus de 2 articles par exemple. Et je trouve scandaleux qu’Amazon affiche les prix délirants de vendeurs tiers sur les pages de produits sans indiquer le « tarif recommandé » normal. On peut certes supposer que la plupart des gens se douteront que 326 € n’est pas le prix normal de la console, mais faut se mettre à la place des grands-parents par exemple, qui ne sont pas forcément bien informés et qui encouragent donc ce genre de pratique en achetant au prix fort… :'(

  • Olivier

    Je l’avais pré-commandée, pour l’instant, je suis un peu déçu, quelques bugs dans SMB1, SMB3 (un boulet qui accroche un nuage dans le premier monde – bateau pirate). Le pad, bien que très agréable au toucher, ne réagit pas correctement dans SMB3, on a un minuscule délai; ce qui rend quasi impossible les sauts sur les blocs « ? » dans SMB3.
    Je n’ai jamais été bon à Punch-Out mais là aussi ça semble compliqué d’enchaîner correctement les appuis sur les boutons A/B.
    Bien sûr, le fil de la manette est ridiculement court. La solution est un câble HDMI plus long. Ma TV permet d’alimenter la console via le port USB, pratique.

  • Oui, beaucoup d’appareils de ce type sont désormais fournis avec un câble USB pour l’alimentation, vu que la plupart des TV ont des ports USB et que l’on dispose souvent de nombreux embouts pour les prises de courant par ailleurs (chargeurs de mobiles et Cie).

    Pour les bugs, n’étaient-ils pas dans les jeux d’origine ? Parce qu’apparemment, de nombreux bugs de l’époque sont fidèlement reproduits : http://kotaku.com/the-nes-classic-carries-over-classic-glitches-1788930736

  • Olivier

    Sauter sur les blocs « ? » dans SMB3 est quasi impossible sur cette classic mini, crise de nerf garantie.
    Le boulet qui accroche le nuage, je ne l’avais jamais vu pourtant j’y ai joué des heures sur l’original, sur les émulateurs divers et variés. J’espère que les créateurs français de NERD pourront fournir une mise à jour.
    Le code source fournit quelques infos: le nom de code du projet était « Clover », on retrouve le driver du pad et aussi le code venant de la société allwinnertech qui fournit le chip ARM. Sacré boulot!

    https://www.nintendo.co.jp/support/oss/#other

    MODULE_DESCRIPTION(« Nintendo Clover/Wii Classic/Wii Pro controllers on I2C »);

  • Pour les problèmes de latence, il faut peut-être régler ta TV en mode jeux vidéo, c’est du moins ce que recommande Nintendo.

  • Olivier

    Effectivement c’était ça!! Du coup, je la trouve géniale cette console tout d’un coup (nb: ce n’était pas les blocs « ? » mais les blocs « note de musique »)