«

»

Imprimer ce Article

En juin sur Console Virtuelle

La mise à jour de la 3DS est donc bien arrivée ce mois-ci, chamboulant nos habitudes jusque dans la date de sortie des jeux, désormais le jeudi. Ce bilan mensuel s’est donc adapté en conséquence pour présenter les nouveautés Console Virtuelle sur Wii et 3DS. N’oubliez pas le mode d’emploi que j’ai concocté pour le service de la portable, même si vous trouverez plus de détails spécifiques aux jeux ci-dessous. Ce mois-ci, la 3DS a donc la part belle avec une grosse fournée de titres. Mais au milieu de jeux Game Boy de première génération, à savoir Super Mario Land (4 €), Alleyway (3 €), Tennis (3 €), Radar Mission (3 €) et Double Dragon (3 €), on trouve tout de même trois indispensables, Link’s Awakening DX (Game Boy Color, 6 €), Donkey Kong (Game boy, 4 €) et Kirby’s Dream Land (Game boy, 4 €). Et n’oublions pas le tout premier 3D Classics de la machine, Excitebike (NES, gratuit) ! La Wii continue quant à elle sur sa lancée pantouflarde, avec seulement Super Adventure Island II (Super Nintendo, 800 points), suite de l’épisode proposé le mois dernier. Pour ce qui est des mois à venir, on attend bien entendu les premiers titres Game Gear sur 3DS, et BurgerTime NES sur Wii pour préparer la sortie du remake.

3D CLASSICS: EXCITEBIKE (3DS)
(NES, 6 septembre 86 en Europe)
Catégorie : course
Joueurs : 1
Editeur : Nintendo
Date de sortie VC : 07/06/2011
Prix : gratuit jusqu’au 7 juillet

Contrairement aux titres Console Virtuelle, les 3D Classics ont été retravaillés, en premier lieu pour ajouter un effet de relief, étonnamment réussi pour un jeu 8-bit. Mais ce n’est pas tout. Si le gameplay pas très profond mais assez technique de l’original est conservé, le développeur Arika a effectué une refonte de l’éditeur de niveaux, le rendant plus intuitif et permettant surtout de conserver 32 circuits, quand la version occidentale du jeu ne permettait aucune sauvegarde ! On ne regrettera que l’absence du mode multi intégré au remake World Rally sorti sur WiiWare en 2009, mais vu que le jeu est gratuit… Le prochain 3D Classics devrait être Xevious !

SUPER MARIO LAND (3DS)
(Game Boy, 21 avril 89 au Japon, 28 septembre 90 en Europe)
Catégorie : plateformes
Joueurs : 1
Editeur : Nintendo
Date de sortie VC : 07/06/2011
Prix : 4 €

Véritable OVNI dans la carrière du plombier, un peu à l’image de la version occidentale de Super Mario Bros. 2, cet épisode a été produit par Gunpei Yokoi, et Shigeru Miyamoto n’a pas eu voix au chapitre ! Le résultat ne pouvait être qu’inhabituel, faisant pas mal d’entorses aux traditions (qui n’étaient de toute façon pas encore bien établies à l’époque). Ne serait-ce que par la présence de phases de shoot ’em up ! Avec le recul, l’aventure est courte et les sprites minuscules gênent la lisibilité (surtout si l’on active le mode graphique vintage – verdâtre et qui laisse des traînées !), mais c’est aussi ce qui lui donne un certain charme, le cachet d’une curiosité.

ALLEYWAY (3DS)
(Game Boy, 21 avril 89 au Japon, 28 septembre 90 en Europe)
Catégorie : casse-briques
Joueurs : 1
Editeur : Nintendo
Date de sortie VC : 07/06/2011
Prix : 3 €

Titre de lancement de la Game Boy dans chaque territoire, tout comme Super Mario Land, Alleyway fait sacrément « jeu de remplissage » dans un line-up. Oserais-je dire qu’il ne casse pas des briques ? Trop tard. Même s’il présente quelques originalités pour l’époque (les briques qui se déplacent dans certains niveaux), il demeure le jeu apéritif que l’on téléchargerait de nos jours sur son smartphone pour s’occuper dans les transports. De ce point de vue il remplit son rôle, et notons que le pad circulaire de la 3DS, bien qu’optionnel, est particulièrement adapté au maniement de la raquette.

TENNIS (3DS)
(Game Boy, 29 mai 1989 au Japon)
Catégorie : sport
Joueurs : 1
Editeur : Nintendo
Date de sortie VC : 07/06/2011
Prix : 3 €

Sorti un mois après la console, Tennis est, comme pas mal de jeux de première génération de la portable, un portage d’un classique de la Famicom. Le jeu est toutefois plus détaillé et mignon, et ajoute plusieurs modes de difficulté. Extrêmement basique, avec un coup normal et un lob, la direction de tir dépend du timing, exactement comme dans WiiSports d’ailleurs. Mais là où le bât blesse, c’est que la 3DS ne semble pas pour le moment capable d’émuler le câble link, et donc le mode deux joueurs. Ce qui rend tout de suite l’achat plus dispensable, d’autant que Mario Tennis, sur Game Boy Color, finira bien par arriver un jour sur le service.

LINK’S AWAKENING DX (3DS)
(Game Boy Color, 12/12/1998 au Japon, 1er janvier 99 en Europe)
Catégorie : aventure
Joueurs : 1
Editeur : Nintendo
Date de sortie VC : 08/06/2011
Prix : 6 €

Réédition couleur d’un titre Game Boy de 1993, cette version DX apporte la couleur, mais aussi un nouveau (petit) donjon, et une compatibilité avec le Printer pour imprimer des « photos ». Et le jeu conserve tout son charme, ses secrets foisonnants et parfois vicieux, et cette atmosphère onirique très particulière, puisque l’on croise pas mal de personnages issus de l’univers de Mario ! C’est l’un des rares épisodes dont Koji Kondo n’a pas composé la musique et a priori le premier qui voit l’apparition d’un certain ocarina… Et l’aventure est passionnante, même si l’interface (avec seulement 2 boutons à assigner) paraît un peu lourde aujourd’hui.

SUPER ADVENTURE ISLAND II (WII)
(SNES, janvier 1995)
Catégorie : Action RPG
Joueurs : 1
Editeur : Hudson Soft
Date de sortie VC : 10/06/2011
Prix : 800 points (8 €)

Initialement inspirée par Wonderboy, qui est devenu un Action-RPG dès son second épisode, il a fallu attendre le quatrième d’Adventure Island, inédit en occident, puis le second de la Super Nintendo, pour que le jeu dédié à Takahashi Meijin prenne la même direction. Il laisse ainsi tomber le scrolling forcé, frustrant pour beaucoup, pour un jeu d’aventure non linéaire, avec des armes et de l’équipement à acquérir. Les graphismes sont modestes, les musiques pas aussi réussies que celles de Yuzo Koshiro pour le précédent volet, mais c’est tout de même un bon petit jeu d’aventure, à la fois plus complexe et plus accessible que ses prédécesseurs.

DONKEY KONG (3DS)
(Game Boy, juin 1994)
Catégorie : plateformes
Joueurs : 1
Editeur : Nintendo
Date de sortie VC : 16/06/2011
Prix : 4 €

Attention, chef d’œuvre ! Si le titre laisse penser à un énième portage du succès d’arcade de Nintendo, d’autant qu’il est proposé au milieu de jeux Game Boy assez primitifs, il n’en est rien. Également connu sous son nom de code Donkey Kong ’94, il démarre certes comme le classique de 1981, mais se prolonge pour une centaine de niveaux au level design exemplaire. Doté d’une réalisation graphique et sonore qui pousse la portable noir & blanc dans ses derniers retranchements (même si les apports du Super Game Boy ne sont pas pris en compte ici), le jeu voit même l’apparition de mouvements que le plombier retrouvera dans Super Mario 64 deux ans plus tard… Par ailleurs, il donnera naissance à la série Mario vs. Donkey Kong.

RADAR MISSION (3DS)
(Game Boy, 26 janvier 90 au Japon, 28 septembre 90 en Europe)
Catégorie : stratégie
Joueurs : 1
Editeur : Nintendo
Date de sortie VC : 23/06/2011
Prix : 3 €

Disponible au lancement de la Game Boy en Europe, Radar Mission regroupe en réalité deux jeux. Le premier est tout simplement une bonne vieille bataille navale, avec tout de même quelques variations qui la rendent particulièrement amusante. J’en garde personnellement d’excellents souvenirs. Le second est un ancêtre du récent Steel Diver de la 3DS, vous proposant des combats de sous-marins en vue subjective, le gyroscope en moins. Cela reste donc assez léger, d’autant qu’il n’est encore une fois pas possible de jouer à deux.

DOUBLE DRAGON (3DS)
(Game Boy, 1990)
Catégorie : beat ’em up
Joueurs : 1
Editeur : Tradewest
Date de sortie VC : 23/06/2011
Prix : 3 €

Cette adaptation du classique de Technos est assez proche de la version NES, pour ses graphismes et sa propension frustrante à se transformer en jeu de plate-formes, obligeant à sauter avec les deux boutons simultanément (c’est là que la sauvegarde de la 3DS peut jouer un rôle…). Bien qu’assez court (4 niveaux) et n’affichant jamais plus de deux ennemis à l’écran, la difficulté augmente relativement vite. À réserver aux amateurs de beat ’em up, donc. Et pour une fois, l’absence du mode deux joueurs n’est pas une grosse perte, puisqu’il ne s’agissait dans l’original Game Boy que d’un mode un-contre-un… Et ça n’est pas Street Fighter 2 !

KIRBY’S DREAM LAND (3DS)
(Game Boy, 27 avril 92 au Japon, 5 novembre 92 en Europe)
Catégorie : plateformes
Joueurs : 1
Editeur : Nintendo
Date de sortie VC : 30/06/2011
Prix : 4 €

Kirby’s Dream Land marque non seulement les débuts de la petite boule, heu, blanche à l’époque, mais aussi ceux de son géniteur, le jeune prodige Masahiro Sakurai (Super Smash Bros.). Son ambition initiale était de faire un jeu de plateformes pour débutants et d’ailleurs, si Kirby aspirait déjà les ennemis pour les recracher sous forme de projectiles, il ne pouvait pas encore copier leurs pouvoirs. Il faudra attendre la suite, Kirby’s Adventure sur NES (dispo sur Console Virtuelle Wii), pour que cette nouvelle mascotte acquiert cette capacité et la couleur souhaitée par Sakurai, quand Miyamoto l’aurait voulue jaune ! Simple mais terriblement efficace.

Je vous donne donc rendez-vous le dernier jeudi de juillet pour le point sur les sorties !

Lien Permanent pour cet article : http://mag.mo5.com/actu/11552/en-juin-sur-console-virtuelle-2/

  • gunpei

    Aaaaaaaaaah super mario land !

    Il s’agissait de mon premier jeux sur la gameboy (et jeux vidéo en cartouche tout court d’ailleurs).
    On l’avait eu durant le Nöel 1990 avec la console. Mon frère, lui avait reçu Solarstriker (excellent lui aussi). Ce sont des jeux auquels je joue encore aujourd’hui.

    Franchement, ce mario est vraiment meilleurs que sa suite. Malgré ses graphismes de premier age (ce qui fait son charme, il possède une vrai atmosphère, des musiques cultes et des passages mémorables (level 1-3, 2-3, 4-3… et puis tous les autres niveaux d’ailleurs). Je vais me le refaire sur ma gb du coup.