Rions un peu avec G Blue, une énième console rétro sur Indiegogo

G Blue

Le retrogaming devenant de plus en plus à la mode, le phénomène s’accompagne fatalement d’escroqueries en tout genre et, même si c’est souvent désolant, c’est aussi parfois l’occasion de bien rigoler… Après tout, depuis le lancement de sa campagne Indiegogo il y a plus d’une semaine, la G Blue n’a obtenu que deux soutiens à l’identité suspecte. Il faut dire que dès le départ, elle incite à la méfiance avec son « objectif flexible » qui permet de récupérer tout l’argent misé même s’il n’est pas atteint, technique employée notamment pour la Vega+ ou l’Atari VCS ! Mais en plus, si l’initiateur D3 Projects est censé être basé au Canada, un petit tour sur son site web (où l’on est accueilli par une vidéo bien pompeuse) suggère que la langue de cette société est plutôt le portugais, ce qui explique un anglais approximatif et involontairement comique sur la page : « This handset will redeem every second », « Get eight incredible badges to give your face to your device » ou encore « throw your room into the device »… Mais c’est aussi plutôt cocasse sur le fond, avec par exemple une évocation de la stratégie Blue Ocean qui consiste à créer « une nouvelle demande dans un espace stratégique non contesté » et ne correspond donc pas vraiment au fait de sortir une énième console rétro sur un marché saturé. Et dès la phrase suivante, il est précisé en gras que « [cette console] renforce l’importance de la participation des femmes dans le monde du jeu vidéo » !

G-Blue personnalisée

Elle est tout de même plus jolie une fois personnalisée, non ?… Ah ben non en fait.

Mais arrêtons avec les déclarations et penchons nous sur le hardware… La première chose qui saute aux yeux est évidemment son design particulièrement laid, et influencé par la GameCube dont la G Blue reprend les badges interchangeables sur le dessus, avec huit modèles au choix plus ou moins réussis, mais on dira que ça reste subjectif. L’autre chose que l’on remarque bien vite, c’est la manette générique – même si l’on trouve plus bas sur la page la photo d’un pad Xbox One ! – qui ressemble à s’y méprendre à celle-ci, réputée pour être compatible avec le Raspberry Pi. Tiens, tiens… Car, si vous vous demandez pourquoi ils sont allés mettre le port Ethernet en façade, c’est que cette configuration est exactement celle (avec les deux ports USB horizontaux à gauche et un troisième vertical à droite) de l’Orange Pi PC, avec lequel la G Blue partage aussi ses caractéristiques techniques (H3 Quad-core Cortex-A7, 1 Go de DDR3, etc.). Et en passant, si ce hardware émule un grand nombre de machines rétro sans problème, on émet quelques doutes concernant la PlayStation 3 listée sur la page… Mais pas de panique, les concepteurs ont testé beaucoup de jeux, « dont certains jusqu’à la fin » ! Alors bien entendu, certains me diront qu’on peut ne pas avoir le temps de se bricoler sa console rétro soi-même, mais il existe des tas d’autres solutions déjà disponibles – parfois autrement plus réussies en y mettant le prix. Et surtout elles ne reposent pas sur des campagnes de financement qui offrent hélas peu de garanties…

Source : AtariAge

Lien Permanent pour cet article : http://mag.mo5.com/actu/144580/rions-un-peu-avec-g-blue-une-enieme-console-retro-sur-indiegogo/