[Le Serpent Retrogamer] Réflexions autour de Max Payne

Dans le cadre de notre partenariat avec Le Serpent Retrogamer, retrouvez régulièrement sur le Mag une sélection d’articles du site choisis par l’un de nos adhérents, Le Serpent lui-même.

Max Payne 3, disponible depuis le 18 mai dernier sur Xbox 360 et PS3, et le 1er juin sur PC, marque le retour de la célèbre série de Remedy Entertainment, reprise pour ce dernier opus par Rockstar Games. L’occasion pour nous de revenir en détails sur ce qui fait l’essence de la saga, à savoir le célébrissime bullet time, mode de jeu que le premier Max Payne a installé dans le paysage vidéoludique à sa sortie en 2001. A travers quelques dates et la présentation des différentes utilisations de ce style particulier, on verra comment il a été inclus dans le gameplay, si son apport a été judicieux, et enfin on précisera qu’il n’est pas la propriété des jeux dits de tir. Qu’est devenu le bullet time dans le jeu vidéo depuis Max Payne ?

A la croisée du roman noir, du comic book, du film d’action, un nom résonne : Max Payne. Précurseur sombre d’une génération entière de jeux, d’une approche novatrice du TPS, Max revient pour un troisième épisode, après un passage plus ou moins négligeable sur le grand écran. Est-il à la hauteur de la réputation acquise au fil des ans ? Réussira-t-il à renouveler le genre saturé du TPS mâtiné d’une dimension aventure ? Laissons Le Serpent en chef répondre à cette question et penchons nous en attendant sur ce qui fait que Max Payne dépasse le cadre du jeu pour se muer en une zone de rencontre entre différents genres mais aussi différents supports, et soit devenu un point de basculement dans l’histoire pourtant riche du jeu vidéo. Max Payne : décloisonnement radical des genres ou évènement isolé ?

Lien Permanent pour cet article : http://mag.mo5.com/actu/23944/le-serpent-retrogamer-reflexions-autour-de-max-payne/

  • À noter que Max Payne est disponible en version PS2 sur le PSN pour 10€