«

»

Imprimer ce Article

TEST : Mutant Mudds (3DS eShop, PC)

MUTANT MUDDS – 3DS eShop, PC
Catégorie : plateformes/action
Joueurs : 1
Développeur : Renegade Kid
Date de sortie : 21/06/2012
Prix : 9 €
Site Officiel : http://www.renegadekid.com/mutantmudds.htm
(testé dans sa version 3DS)

Renegade Kid n’est pas forcément un studio réputé pour ses jeux rétro, au contraire, puisqu’il s’est fait connaître pour ses audacieux FPS sur Nintendo DS, Dementium et sa suite ainsi que Moon. D’ailleurs, Mutant Mudds devait être à l’origine un jeu de plateformes en 3D dans l’esprit de Super Mario Sunshine mais la société n’a jamais pu le financer, malgré une pétition (Kickstarter n’existait pas encore !). En même temps, les graphismes avaient l’air plutôt grossiers et la DS ne semblait pas très adaptée au genre. C’est donc plutôt une bonne nouvelle que le jeu ait été ressuscité sur le successeur de la portable, dans un style autrement plus rétro.

Le chiffre sur chaque porte indique le nombre de niveaux à finir pour y accéder.

Le gameplay est on ne peut plus minimaliste. Max le binoclard peut sauter, tirer avec son jet d’eau pour éliminer les monstres boueux, et planer quelques instants comme dans Gargoyle’s Quest. À cela s’ajoute la possibilité de bondir d’un plan à l’autre, comme dans le Wario Land du Virtual Boy, à partir de plateformes spécifiques et en sens unique. On se trouve ainsi face à un jeu extrêmement classique, peut-être trop, où il faut atteindre la sortie dans le temps imparti en ramassant, si possible, les cent joyaux de chaque niveau. Enfin, la structure du jeu évoque quelque peu Mario 64, avec des niveaux qui se débloquent selon le nombre de stages terminés.

Ce principe est le bienvenu, car il permet parfois d’avoir le choix entre plusieurs niveaux. Hélas, il y a tout de même quelques « goulots d’étranglement », puisqu’il faudra impérativement finir le stage 2 par exemple. Et ce dernier montre déjà le côté sadique du jeu, avec des plateformes qui apparaissent de manière asynchrone, ce qui n’est pas très adapté à la possibilité de planer. Certains y verront un hommage à Mega Man, mais les spécialistes de la série de Capcom savent que ce genre d’obstacle se trouve rarement au-dessus de pics, surtout quand ils tuent en un coup… De ce point de vue, Mutant Mudds est bien plus que simplement old-school !

Inutile de préciser qu’un simple saut ne suffira pas…

Mais une fois cette épreuve passée, la difficulté est mieux dosée et on peut changer de niveau si l’un d’entre eux nous pose problème. Ramasser les joyaux de chaque stage permet d’acheter des upgrades dans la boutique, même si un seul d’entre eux peut être équipé. Ils ne rendent pas le jeu beaucoup plus facile, mais donnent l’accès aux stages secrets. Il y en a un par niveau, ce qui en double le nombre, jusqu’à 40. Dommage que ces niveaux cachés, qui ont en plus un look spécial en hommage à différentes machines du passé, ne soient pas accessibles directement une fois débloqués. Cela aurait pu donner un peu plus de variété à un jeu qui en manque…

La réalisation du jeu est plutôt réussie, bien qu’assez inégale. Les sprites ennemis, par exemple, paraissent bien plus détaillés et soignés que certains éléments de décor un peu grossiers. Évidemment, le système de plans tend à renforcer l’effet pixelisé du jeu, mais le tout conserve un certain charme, surtout en 3D. Le jeu demeure toutefois jouable sans, d’autant que les trois plans sont très éloignés les uns et des autres (trop ?) et floutés lorsque Max n’est pas dedans. Enfin, la musique signée Troupe Grammage est totalement dans l’esprit de ce qu’on pourrait attendre d’un tel jeu, et on peut d’ailleurs l’acquérir pour le montant de son choix sur ce site.

L’un des stages secrets, au style Virtual Boy

On a bien compris que la difficulté old-school était à la mode, mais ici, ça va un peu trop loin. Les plans de jeu étant très éloignés, la visibilité n’est pas toujours optimale et on mourra fréquemment à cause de tirs provenant d’ennemis hors-champ, ou en tombant sur des pics qui apparaissent au dernier moment à l’écran. Pire, le level design adore cumuler ce genre de vacherie avec un sol glissant ou des plateformes qui disparaissent. Et n’oublions pas que les niveaux sont longs et que le temps est compté. Si l’on ajoute à ça que le tarif du jeu est anormalement élevé (9 €), on se dépêchera de télécharger la démo pour voir à quoi on s’expose.

Verdict : Mutant Mudds est sacrément old-school, y compris dans le mauvais sens du terme. Avec son gameplay minimaliste, le jeu est souvent plus frustrant que réellement amusant.

60hbpm

Lien Permanent pour cet article : http://mag.mo5.com/actu/25669/test-mutant-mudds-3ds-eshop-pc/