TEST EXPRESS : Capcom Beat ‘Em Up Bundle

Capcom Beat ‘Em Up Bundle (Windows, Xbox One, PlayStation 4, Switch)CAPCOM BEAT ‘EM UP BUNDLE
Windows, Xbox One, PlayStation 4, Switch
Catégorie : beat ’em up
Joueurs : 1-4
Développeur : Capcom
Éditeur : Capcom
Date de sortie : 18/09/2018 (consoles), 10/10/2018 (Steam)
Prix : 19,99 €
Site Officiel :
(testé sur Switch)

Capcom a toujours joui d’une grande réputation dans le beat ’em up, mais un peu discutable avec le recul ; certes, leurs jeux bénéficient presque tous d’une réalisation somptueuse mais, côté gameplay, c’est parfois basique et on en a quelques exemples (heureusement très minoritaires) parmi les sept classiques proposés. Hormis Armored Warriors (1994), tous utilisent deux boutons et donc, pour les plus anciens, peu d’attaques à répéter ad nauseam. Et pour leur défense, les manuels intégrés en oublient parfois, comme dans Captain Commando (1991) qui propose une attaque sautée amortie (avec bas) à la Streets of Rage ou, à l’instar de Golden Axe, une différente après avoir couru ! Il offre aussi des armes et des montures mais, dans les jeux d’heroic fantasy comme The King of Dragons sorti la même année, sublimes certes, c’est souvent très limité. il faut dire qu’on trouve rarement des armes puisqu’on en a déjà ; c’est le cas typique où la palette de coups est plutôt répartie entre les persos, et il faut donc en changer pour insuffler un peu de variété. Ils essaient de faire illusion avec de vagues éléments de RPG mais à quoi sert le niveau dans un jeu linéaire, où l’on ne peut pas faire de levelling et où les ennemis deviennent eux aussi de plus en plus forts ? Le système d’upgrades (dont des nouveaux coups) à acheter dans le bien plus tardif Battle Circuit (1997) est déjà plus pertinent, mais comme ils sont spécifiques à chacun des cinq persos et s’achètent séparément, cela n’encourage hélas pas vraiment à en changer… Après, ce côté répétitif était forcément moins gênant en arcade où on épuisait sa pile de pièces bien avant de s’ennuyer, mais aussi et surtout à plusieurs – tous sauf Final Fight (1989) se jouent au moins à trois, même si Konami est allé plus loin en la matière – et c’est ici toujours vrai, avec du jeu en ligne en prime. Quand les conditions sont réunies, ça peut donc être très fun d’autant qu’il y a quelques perles inattendues comme le méconnu Warriors of Fate (1992), et surtout Armored Warriors (1994) et Battle Circuit (1997), jamais réédités. Le premier, nous mettant dans la peau de méchas customisables, est vraiment très original, et le second, successeur spirituel de Captain Commando, offre un univers aussi délirant (peut-être un peu trop), même s’il est plus classique côté gameplay. Cela n’empêchera pas certains de regretter des absences (d’autant plus que le Capcom Home Arcade a surpris par l’inclusion d’un jeu à licence), mais ces trois derniers titres, plus récents et bien plus riches, valent (presque) à eux seuls le prix d’entrée. J’ai un faible pour Warriors of Fate, ancêtre des Musō qui approfondit le gameplay et assouplit l’aspect équitation de Knights of the Round (1992, qui a mieux vieilli que The King of Dragons grâce à de bonnes sensations et donc l’originalité des chevaux) mais ça ne le rendra pas pour autant au goût de tous. Cela dit, on aurait aimé nettement plus de contenu (des défis ?) en plus de la simple galerie, même si les options de base sont là, surtout depuis que Capcom a ajouté les filtres graphiques via une mise à jour. À noter enfin qu’il n’y a pas de gestion de crédits ; c’est du freeplay, on peut continuer à l’infini et on ne rentre ses initiales qu’à la fin. Un peu dommage pour ceux qui veulent utiliser un nombre de crédits donné, mais c’est moins laborieux que de matraquer le bouton dédié sans arrêt…

On aime :On aime moins :
  • La réalisation graphique et sonore des jeux, qui a souvent très bien vieilli
  • Armored Warriors (1994) et Battle Circuit (1997), rarement réédités
  • Le multijoueur presque toujours à trois minimum
  • Le freeplay qui évite de se soucier des crédits…
  • …mais qui ne pousse pas à s’entraîner
  • Certains titres plus anciens vraiment ennuyeux en solo
  • L’absence de Cadillacs… et surtout d’AvP réédité récemment
  • Le manque de bonus
  • Le fait que ça n’ait pas suffi à enseigner le bon terme

Verdict : Comme toute compilation, Capcom Beat ‘Em Up Bundle est inégale mais ses titres les plus intéressants ne sont pas les plus célèbres et c’est une bonne occasion de les découvrir…

80 hbpm

Lien Permanent pour cet article : https://mag.mo5.com/actu/190005/test-express-capcom-beat-em-up-bundle/