Un dossier sur le service après-vente de SEGA France

I2M, l'une des sociétés mandatées pour le SAV des consoles SEGA
I2M, l’une des sociétés mandatées pour le SAV des consoles SEGA

Si notre ami Laurent Comby est surtout connu de la communauté pour exhumer des inédits de la Dreamcast comme Ring dernièrement, son site web lancé au printemps de l’année dernière, à l’occasion de la mise en ligne des bobines de film utilisées pour les publicités de la Mega Drive, lui a permis de mettre en valeur l’élargissement de son champ de recherche à l’Histoire de SEGA. Grâce à ses contacts, il a pu obtenir de nombreux documents tirés des archives de SEGA France, concernant en particulier son service après-vente, et a récemment tiré un joli dossier de leur décorticage minutieux. Couvrant toutes les années 1990, l’article ne promet pas d’être exhaustif mais donne un aperçu captivant de ce métier de l’ombre du jeu vidéo. Par exemple, Virgin Loisirs, l’ancien distributeur de SEGA en France, avait d’abord commissionné à la rentrée 1991 la société Altec à Saint-Maur-des-Fossés (Val-de-Marne) avant de recourir moins d’un an plus tard à pas moins de cinq compagnies réparties dans chaque région française pour gérer cette charge plus forte que prévue – dont I2M à Violaines (Pas-de-Calais) en photo ci-dessus, qui s’occupait aussi de la SAV d’Amstrad et d’Atari. Une partie du dossier est également consacrée au cas particulier de la 32X qui posait pas mal de problèmes avec les premiers modèles de la 16-bit, ou encore la procédure de test utilisée pour la Dreamcast – à une époque où Internet n’est pas encore très répandu en France et où il faut donc passer par le téléphone, le courrier papier voire le minitel… Émaillé de nombreux visuels, chiffres et documents, ce dossier se parcourt à cette adresse.

Lien Permanent pour cet article : https://mag.mo5.com/actu/192702/un-dossier-sur-le-service-apres-vente-de-sega-france/